OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Paris 1-1 OM
Mais est-ce encore un classico ?

Le Lundi 03 Septembre 2007 par

Olympique de Marseille
Le terme "classico" n'a aujourd'hui que très peu de sens, en effet avant le match le nom des 2 équipes décoraient la 2ème partie du surprenant classement de notre pauvre Ligue 1, très loin des places d'honneur qu'ils se disputaient il y'a de cela quelques années (je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaîtreuhhh) et surtout à quelques années lumières des objectifs avoués des deux clubs en début de saison.

Quelques jours après l'une des plus grosses claques (de mémoires de supporters) avec une défaite, avec la manière qui plus est, contre le redoutable ogre Niçois, dans un stade Velodrome il y a peu encore considéré comme une forteresse imprenable, les Marseillais se devaient de montrer une tout autre image à leur supporters décidés à s'offrir la tête du coach sur un plateau.

Son sort étant menacé, Albert Emon avait pour l'occasion, une nouvelle formation en tête, un 4-4-2 à plat dans lequel la présence de Nasri coté gauche et celle de Modeste M'Bami en lieu et place de Cheyrou aux cotés de Cana pouvaient faire débat, mais force est de constater que le début de match lui donnait raison. Les Olympiens se montraient ainsi incisifs, techniquement et physiquement présent, le ballon bougeait, vivait et on se surprenait à penser qu'une page allait sans doute se tourner et que notre saison allait peut-être enfin pouvoir débuter, c'était mal connaître l'Olympique de Marseille...

En effet, un but de Cissé plus tard on vit comme à son habitude un tout autre OM, baissant de pied, ne remportant plus les duels du milieu de terrain et surtout incapables de poser leur jeu, abusant de long-ballon sur la tête de Cissé ou même de personne lorsque celui-ci revenait soutenir ses coéquipiers mal en point défensivement. Vision bien triste représentative d'un des débuts de saisons les plus pauvres footballistiquement parlant de l'histoire de notre OM.

Heureusement, les Parisiens n'étaient que légèrement plus inspirés, s'en remettant uniquement à un Rothen des grands soirs et à un Luyindula revanchard pour espérer l'emporter. Ce ne fut pas le cas et les 2 équipes se séparèrent finalement sur un score nul.



LES NOTES DES OLYMPIENS

Steve Mandanda (7) :
3ème match en l'absence de Carrasso et 3ème prestation de haut niveau pour l'ancien Havrais, auteur de sorties aériennes pleines d'autorité et de réflexes étonnants.

Jacques Faty (6) :
Il su parfaitement suppléer à Gaël Givet malgré quelques interventions en retard, une présence physique intéressante et aucune erreur de placement à souligner.
79' : Ronald Zubar (non noté) : On a aussi peu vu le Guadeloupéen que son vis à vis (Pauleta).

Julien Rodriguez J. (5,5) :
Un peu à l'image de Faty, quelques retards à déplorer se matérialisant par des coups-francs dangereux, en dehors de quelques fautes de concentrations, il se montre toujours aussi précieux dans les duels.

Laurent Bonnart (4,5) :
Un début de match à son avantage où il prit plusieurs fois l'initiative de venir soutenir les offensives, malheureusement la suite lui fut bien moins favorable une fois que son équipe a baissé de pied, face à un Rothen des grands soirs, il ne se montra jamais à son avantage et le laissa centrer bon nombre de fois. Un peu court également sur le but, mais la faute vient-elle vraiment de lui ?

Taye Taïwo (5,5) :
En difficulté en première mi-temps, il est monté en puissance petit à petit, obligeant les Parisiens à changer leurs plans. Il fut parfois un peu timide offensivement, ne proposant pas une aide qui aurait pu parfois être précieuse.

Lorik Cana (6) :
Pas grand chose à reprocher à notre néo-capitaine, un abattage au milieu de terrain toujours aussi important, espérons que sa volonté de bien faire soit communiquée davantage à ses partenaires à l'avenir.

Modeste M'Bami (5,5) :
Titulaire surprise en lieu et place de Benoît Cheyrou, le Camerounais est à créditer d'une solide performance, quelques pertes de balle mais défensivement présent et combatif.
68' : Benoît Cheyrou Be. (4) : Malgré quelques interventions intéressantes, une entrée contrastant avec ce dont-il est capable, il a ainsi perdu une bonne moitié de ses ballons sur des passes mal ajustées et surtout ne fut pas capable de mettre au fond ce ballon qui trainait dans la surface qui paraissait pourtant facile.

Karim Ziani (4) :
La principale déception de ce début de saison, le maillot de Ribéry semble pour le moment bien trop grand pour lui. Il ne fut pas non plus aidé, il est vrai, pas le manque de présence physique de Bonnart l'obligeant à se coltiner une part trop importante du travail défensif.

Samir Nasri (5,5) :
Techniquement à l'aise en début de match, il symbolisa l'envie de bien faire coté Marseillais, orientant le jeu intelligemment et perdant un nombre infirme de ballon, malheureusement trop discret par la suite pour espérer jouer un rôle décisif pour la victoire de son équipe.

Mamadou Niang (4,5) :
Peut-être juste physiquement, on le sent moins percutant et moins juste techniquement que la saison dernière, un peu de repos lui fera certainement du bien.
53' : Matt Moussilou (5) : On ne peut lui reprocher son envie de bien faire, il avait visiblement l'intention de ne pas rester timoré sur son coté gauche et tenta de percuter à chacun de ses ballons joués, sans réussite néanmoins en dehors de quelques corners obtenus.

Djibril Cissé (6) :
En dehors de son but marqué sur corner, toujours aussi peu de soutien pour l'international. Djibril nous montre néanmoins une nouvelle fois qu'aussi bien techniquement qu'en déviation ou dans le sens des responsabilités il a franchi un palier. Il se montre en effet beaucoup plus juste et investi que par le passé. Quel dommage néanmoins qu'il ne concrétisa pas son occasion en tentant un lob difficile.


Réagir sur Facebook

La rencontre
Paris - Marseille
Championnat - Journée 7
Dim 02/09 à 18H00/2007
Feuille de match - Historique