OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Paris - OM
Faites vos jeux !

Le Dimanche 15 Mars 2009 par

Olympique de Marseille
En cette journée dominicale où l'Angleterre a étrillé la France dans un sport cher aux yeux de Kelto, l'OM s'apprête à défier le PSG dans son antre. Comme vous le savez, OM-Passion est un forum où l'ennemi sacré est toléré, et ce énième clasico va lui permettre de s'exprimer en tête d'affiche du site, une fois n'est pas coutume. Par ailleurs, il y a eu quelques soucis qui ont retardé la publication de cet édito et je m'excuse au nom de la rédaction. Maintenant, choisissez votre camp :

Ici c'est Paris!

Attention Mesdames et Messieurs, çà va bientôt commencer!

Et non, il ne s'agit pas du dernier spectacle de Michel Fugain, mais bel et bien du "clasico", appellation ridicule s'il en est pour un match de L1 entre deux équipes dont la rivalité a été créée ex nihilo histoire de vendre du papier et de faire monter la sauce...

On se retrouve avec un match entre le PSG et l'OM, pour une fois avec un réel enjeu sportif en haut du classement, chose on ne peut plus rare depuis la relégation de l'OM en 1994, date d'ailleurs du dernier titre de champion du PSG...

Mais bon, le passé, c'est bien gentil, mais c'est pas çà qui fait rêver, bien au contraire, çà ne fait que raviver les blessures du niveau de nullité parfois atteint depuis les grandes périodes de réussite. Alors que là tout de suite, à la seconde de maintenant et au jour d'aujourd'hui, on a envie de rêver du côté du camp des loges... et là, il ne s'agit pas de rêver à une victoire face au rival "historique" histoire de sauver une saison pourrie en milieu de tableau (oué, pour sauver une saison toute pourrie où on évite la relégation, on préfère gagner une coupe de la ligue, histoire de pouvoir dire "oué mais on attend pas plus de 15ans pour gagner quelque chose"), non, il s'agit de continuer à rêver au titre de champion.

Pour en revenir au match face à l'OM, force est de constater qu'on ne se présente pas dans des conditions idéales : Sessegnon ne sera pas là (heureusement, Makélélé le sera... qui ne saute pas n'est pas lyonnais, çà marche aussi pour les suspensions...), et avec lui c'est une bonne partie de notre force de percussion qui nous manquera. Toujours est-il que niveau fatigue, on sera tous logés à la même enseigne (avec le même gus qui appuie sur un bouton à la réception).

Et pour la première fois depuis un bon ptit moment, la réception de l'OM au Parc, je l'attends sereinement. Il flotte dans l'air comme un sentiment de tranquillité autour du PSG, comme si rien ne pouvait nous atteindre... Typiquement, le match face à Lorient en est la parfaite illustration : On vendange pas mal, un péno pour nous n'est pas sifflé, et à la 83ème y'a péno injustifié pour eux. Bah la même situation, y'a quelques mois, c'était match nul dans le meilleur des cas, voire défaite stupide dans les arrêts de jeu, là on a gagné quand même. Moralité, croustibat rien peut nous battre!

Bref,de notre côté, on ne vise que la victoire, la mise sous pression des autres, à commencer par Lyon qui doit flipper pour son titre, l'OM qui devra batailler ferme pour accrocher la LDC.

Mais la chose principale à retenir côté parisien, c'est que l'important, c'est nous et pas les autres, notre destin, nous l'avons entre nos mains à nous, et l'OM a beau être un rival tant "historique" que sportif cette fois-ci, bah l'important c'est quand même le PSG et rien d'autre... Pour paraphraser Gary Lineker, j'aimerais pouvoir dire lundi "le football est un jeu qui se joue à 11, et où à la fin le PSG gagne".

Par Evandro Roncatto

Convaincus ? Voyons toujours la version Olympienne :

Ils tiennent les Paris !

Le croupier Paul le Guen a les cartes en mains, face à lui Eric Gerets se présente avec un jeu sinusoïdal. Le joueur belge est livré à lui-même, comme au poker il se retrouve souvent en position d'attente, il attend les meilleures mains. Difficile pour lui de deviner quel coup il va pouvoir jouer, faut dire qu'il n'est pas tout le temps bien servi. Parfois il gagne avec éclat, et parfois il perd sans avoir tout donné, comme si ses qualités de tacticien avaient disparu. Masqué par la fumée de son cigare, l'homme au visage imperturbable, semble à un tournant de sa carrière, va-t-il emporter la mise ou va-t-il tout perdre ? Aux jeux de hasard, il n'y a rien d'écrit à l'avance, il arrive qu'on rafle tout sur son passage ou qu'on reparte les poches vides. Paul Le Guen en sait quelque chose, lui qui a traversé à maintes reprises des moments terribles l'année dernière, il est aujourd'hui en passe de faire sauter la banque.

Les Parisiens ont donc le moral gonflé à bloc, ils respirent la sérénité, la chance est dans leur camp. Ils ne sont pas loin du chip leader Lyonnais, à un coup exactement, pourquoi avoir la pression alors que les mauvais souvenirs semblent s'éloigner. En début de saison, qui aurait misé un euro sur eux, pas grand monde à vrai dire, si peut-être les médias, enthousiasmés par le retour en France de Claude Makelele et de Ludovic Giuly. Le Paris Saint-Germain doit beaucoup au recrutement du regretté Charles Villeneuve, qui a abattu un travail considérable. Le match de ce soir couronne le boulot accompli par les hommes de Paul Le Guen, en gagnant ce clasico Paris ferait une opération importante, ils mettraient l'Olympique de Marseille à six longueurs, et ils resteraient dans le sillage de Lyon. Mais cela se fera sans Stéphane Sessegnon, suspendu à cause d'une Zinédite aigue (maladie qui pousse le malade à donner des coups de têtes compulsifs), reste à savoir maintenant si le PSG peut se passer de son stratège pour un match aussi capital.

Coté Marseillais, c'est un matche à quitte ou double, les dirigeants et les joueurs olympiens sont sur la sellette. En ce dimanche soir, l'OM peut tout perdre ou peut encore rester en course pour le titre. Et du coté de la cité phocéenne on aime ce genre de défi, on aime ces moments qui sentent la poudre. A Marseille on aime être au pied du mur, c'est une tradition olympienne de longue date. Et à ce niveau là, les joueurs actuels de l'OM se sont bien adaptés, donc souhaitons qu'ils fassent ce que l'on attend d'eux. Qu'ils finissent les bras en « V », en signe de victoire à la fin des quatre-vingt-dix minutes, c'est tout ce qu'on leur demande. En bon maître d'œuvre Eric Gerets devrait reconduire le système tactique employé contre l'Ajax d'Amsterdam jeudi soir, ce qui laisse entrevoir un retour à l'offensive dans les rangs Marseillais. Car ce match se gagnera avec de l'envie et de l'audace, et aussi avec un peu de réussite comme à pile ou face.

Dans un Parc des Princes chaud bouillant, les deux équipes vont se battre pour une issue dépassant le cadre d'un des classiques de notre championnat. L'enjeu est de taille pour les deux équipes, souhaitons que l'enjeu ne tue pas le jeu, et que le football sorte grandi de cet énième PSG-OM. Croisons les doigts pour que les vingt-deux acteurs nous livrent un spectacle à la hauteur de l'évènement. En tout cas, en ce dimanche soir Paris est favori, et Marseille outsider, qui l'eût cru en début de saison, cette tendance tient en haleine les parieurs qui se posent cette question : Qui du PSG ou de l'OM sortira vainqueur ?

Par Zizouten


Réagir sur Facebook

La rencontre
Paris - Marseille
Championnat - Journée 28
Dim 15/03 à 21H00/2009
Feuille de match - Historique