OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

2008/2009 : Bilan de la saison

Le Vendredi 05 Juin 2009 par

Olympique de Marseille
Après un recrutement ambitieux : Vitorino Hilton (Lens), Hatem Ben Arfa (Lyon), Bakari Koné (Nice), Elamin Erbate (Dhafra), Rudy Riou (Toulouse), Hilario Muñoz (SO Cassis Carnoux), Tyrone Mears (Derby Country) et Mamadou Samassa (Le Mans), l'OM débuta cette nouvelle saison avec la ferme intention de décrocher une qualification directe pour la ligue des champions et aussi avec l'ambition de glaner un titre : soit une des deux coupes nationales (coupe de France ou coupe de la ligue) ou alors le titre de champion de France et de rendre une copie honorable en ligue des champions.

Championnat : Le match d'ouverture à Rennes pour la première journée se finira sur le score de 4-4, malgré une prestation offensive de grande qualité, l'OM montrera tout de même des signes de faiblesse surtout au niveau défensif. Lors de la 5éme journée ils auront affronté Bordeaux au Parc Lescure et ils ramèneront un match nul qui aurait pu se transformer en victoire sans le manque de réalisme des olympiens et sans les oublis de l'arbitre qui ne siffla pas deux pénaltys pourtant évidents (premier tournant de la saison). Les Marseillais resteront invaincus jusqu'à la 10éme journée (cinq victoires et quatre nuls, avec seize buts pour et neuf buts contre), la série d'invincibilité se terminera au vélodrome contre Paris lors du classico, les Parisiens s'imposeront sur le score de 2-4, les Marseillais prendront un grand coup de massue ce soir là. L'OM redressera la barre avec trois résultats positifs (deux victoires et un nul), mais cette nouvelle série sera encore brisée au vélodrome contre Lorient cette fois, pourtant les olympiens menaient au score 2-0 avant que les Bretons n'inversent la tendance dans les vingt dernières minutes pour finalement l'emporter 2-3, la partie fut aussi marquée par un incident de jeu qui mettra Niang fou de rage, parfaitement servi dans la profondeur par Ben Arfa, l'attaquant Marseillais allait tromper la vigilance du gardien de Lorient, mais l'arbitre de touche décida de refuser le but à la surprise générale, malgré ce fait de jeu qu'il ne faut pas oublier, les olympiens sont tout de même coupables de cette déconvenue (deuxième tournant de la saison). Les hommes du lion de Rekem reprendront leur route cahin-caha, un nul péniblement obtenu contre Lille à domicile (merci « Bolo » Zenden), un point pris à Toulouse face à des Toulousains difficiles à bouger et enfin une victoire à domicile contre Nice. Nous sommes à la 18éme journée et il est venu l'heure d'affronter le roi Lyon, tout le monde en salive d'avance, mais cette montagne accouchera d'une souris, un 0-0 pâlichon à l'image de la prestation des deux équipes, même si l'OM ce jour là avait des intentions de jeu, les lyonnais ne prirent jamais le moindre risque... Dommage pour le spectacle. Pour la dernière rencontre avant la trêve l'OM reçoit Nançy, le match sera une mauvaise surprise, la rencontre tourna au cauchemar avant les fêtes de fin d'année, les Lorrains gagneront au vélodrome 0-3 (troisième tournant de la saison).

L'OM est 5éme à la trêve, à six points du leader Lyonnais, les Marseillais auront marqué 28 buts et ils en auront encaissé 20. Sur ces 20 buts encaissés, les Marseillais en auront pris 14 en quatre matchs (contre Rennes, Paris, Lorient et Nancy). Ils finiront la première partie de saison invaincus à l'extérieur avec trois victoires et six matchs nuls, par contre à domicile le bilan et moins glorieux : cinq victoires, deux nuls et trois défaites.

Avant cette reprise pour la seconde partie de saison, Pape Diouf et la cellule de recrutement à la demande de Gerets sont allés chercher un homme d'expérience et un attaquant au fort gabarit pour apporter plus de profondeur à l'effectif olympien : Sylvain Wiltord et Brandao (Shakhtar Donetsk) seront les seules recrues de ce mercato hivernal.

L'OM débute les matchs retour à l'extérieur à Auxerre, ils s'imposeront 0-2, puis ils enchaîneront avec une seconde victoire contre Le Havre à domicile, toujours sur le même score, avant de perdre à Sochaux 1-0 sur un terrain gelé, le match nul aurait été logique, mais les olympiens reviendront à Marseille la tête basse. Pour le compte de la 23éme journée les Marseillais reçoivent des Bordelais euphoriques, la victoire est impérative, comme à son habitude dos au mur les olympiens feront l'essentiel et ils s'imposeront 1-0 avec un but marqué par Chamack (csc). Après la victoire contre Bordeaux, l'OM confirme sa série positive (deux victoires et deux nuls), arrive la 28éme journée et le fameux classico OM-PSG, le match aller a laissé un goût amer dans la bouche des joueurs phocéens, le match sera maîtrisé par l'OM du début jusqu'à la fin, victoire 1-3... Marseille encore dos au mur avant ce match reste en course pour le titre. Deux victoires plus tard (contre Nantes et St Etienne), l'OM étrille Grenoble 4-0 au vélodrome et quelques heures plus tard Lyon concède le match nul contre Monaco à domicile... Marseille est leader du championnat ! L'OM va maintenant se déplacer deux fois : à Lorient et à Lille, deux fois menés au score face à ces deux équipes les hommes d'Eric Gerets reviendront dans le match et finiront par l'emporter 1-2 à chaque fois. Toulouse et Cédric Carrasso viennent au vélodrome pour faire un coup lors de là 34éme journée, le match est fade en première mi-temps, la seconde période sera intense. Gignac ouvre la marque, quelques minutes plus tard Niang égalise, puis Gignac double la mise pour le TFC... Alors que Niang égalise dans la foulée, le match devient fou, mais Carrasso multiplie les exploits, à la fin du match l'ancien Marseillais semble partagé entre le sentiment du devoir accompli et entre la déception d'avoir fait perdre deux points importants à ses anciens partenaires (quatrième tournant de la saison). L'OM gagne le derby du sud à Nice victoire 0-2 avec un match abouti, arrive la 36éme journée et le choc tant attendu : OM-OL, tout les supporteurs attendent ce match comme une passation de pouvoir, mais malheureusement le sort en aura décidé autrement, Benzema ouvrira la marque pour Lyon sur un penalty et il doublera le score un peu plus tard dans la parti, Wiltord entré en jeu en seconde mi-temps inscrira le but de l'espoir, les olympiens pousseront... Mais Juninho enterrera définitivement le dernier souffle olympien en scorant sur coup franc le troisième but de l'OL, Niang et Cheyrou auront touché les poteaux de Lloris et Monsieur Lanoix aura rendu une copie de mauvaise qualité dans l'ensemble en oubliant un pénalty flagrant pour les Marseillais... Bordeaux prend le leadership avec trois points d'avance (Cinquième et dernier tournant de la saison). Les olympiens gagneront leurs deux derniers matchs contre Nançy et Rennes (1-2 et 4-0), mais le miracle n'aura pas lieu, Bordeaux ne fera pas de faux pas et l'OM finira second de ce championnat.

Marseille finit second et remplit son objectif initial en se qualifiant directement pour la ligue des champions, la déception est immense c'est sûr, mais la saison fut belle et accompli. Ils auront joué le titre jusqu'au bout en étant fabuleux (surtout à l'extérieur) et si il y a des regrets à avoir c'est surtout sur les performances à domicile, c'est sans doute au vélodrome que l'OM a perdu le titre (Lorient, Nançy, Toulouse, Lyon), mais le match aller à Bordeaux a aussi pesé dans la balance.

Enfin ne soyons pas trop déçus l'OM a réalisé une saison de toute beauté, les chiffres sont criant : second avec 77 points (soit 15 de plus que la saison passée), première attaque avec 67 buts inscrits, sixième défense avec 35 buts encaissés, meilleur goal average (+32), plus petit nombre de défaites (5), meilleure équipe à l'extérieur avec 42 points glanés pour une seule défaite, record de victoire à l'extérieur en championnat (12) dont 8 consécutives, là aussi un record... Bravo à eux et à l'année prochaine.

Bilan à domicile :

35 points, 10 victoires, 5 nuls, 4 défaites, 35 buts pour, 22 buts contre.

Bilan à l'extérieur :

42 points, 12 victoires, 6 nuls, 1 défaites, 32 buts pour, 13 buts contre.

Coupe de la ligue : Un petit tour et puis s'en vont, cette compétition n'a jamais passionné l'olympique de Marseille et une fois de plus les Marseillais tombèrent eu premier tour contre Sochaux 1-0 sur un but inscrit sur coup de pied arrêté.

Coupe de France : le recordman des victoires en coupe de France débute la compétition à Besançon, le match aura lieu sur un terrain à la limite du praticable. Sur cette pelouse gelée les marseillais vont réussir à se qualifier au bout du suspense, Besançon ouvre la marque, puis Taiwo égalise en toute fin de match sur pénalty. Dans les prolongations les deux équipes ne se départageront pas et l'OM se qualifiera aux tirs au but.

Pour le tour suivant les phocéens se déplace à Gerland, le match sera une déception de plus, jamais rentré dans le match l'OM pliera 1-0, les joueurs sans envie laisseront les Lyonnais dominer gentiment la rencontre que ce soit au niveau technique, tactique et physique, en bref un match à oublier, au revoir la coupe de France.

Ligue des champions:

Tour préliminaire : L'OM joue ce tour préliminaire contre Brann Bergen, le match aller aura lieu en Norvège. Dans un match maîtrisé de la tête et des épaules par les Marseillais, les phocéens ouvriront la marque par Cheyrou après un déboulé de Ben Arfa, qui sera auteur ce soir là d'une performance de grande qualité (0-1).

Le match retour sera plus tendu, et il faudra deux erreurs du même joueur et défenseur de Brann Bergen pour que Niang trompe la vigilance du portier Norvégien par deux fois. L'OM est donc qualifié pour le premier tour de la ligue des champions (2-1).

Premier tour : L'OM commence la ligue des champions au vélodrome en accueillant Liverpool, les olympiens démarre bien le match et ils sont récompensés par un superbe but de Cana dont Cheyrou est à l'origine avec une inspiration digne des plus grands, malheureusement la suite démontra la différence entre un grand d'Europe et un Marseille encore ne phase d'apprentissage à ce niveau. Gerrard joueur culte des reds égalise dans un premier temps sur une frappe majestueuse avant de donner un avantage définitif à son club en inscrivant le but de la victoire sur pénalty, les phocéens auront réalisé un match très honorable contre un très grand club et c'est déjà beaucoup (1-2).

Pour le second match les Marseillais se déplace en Espagne chez l'Atlético de Madrid, dans une enceinte en feu, les supporteurs olympiens seront pris à parti par la police...Pathétique ! Sur la pelouse le match est viril mais correct, les Espagnols ouvrent le score, mais Niang égalise rapidement. L'OM est dans le match, la suite montrera encore les limites des phocéens en ligue des champions, habitué à cohabiter avec le Barça et d'autres grands d'Espagne, l'Atlético Madrid semble plus habitué aux joutes de hauts niveaux, ils doubleront la marque et montreront toute leur maîtrise à ce niveau, dommage car l'OM n'a pas démérité (2-1).

La qualification se jouera donc entre les Marseillais et les Hollandais du PSV Eindhoven, en Hollande l'OM passera au travers de son match, sans doute l'un des plus mauvais matchs des Marseillais sur la scène Européenne cette saison. Tout les joueurs olympiens furent transparents, pas un pour rattraper l'autre, résultat une défaite sèche (2-0).

Ce match retour entre l'olympique de Marseille et le PSV Eindhoven est capital, si l'OM bat le club Batave 3-0, ils prendront le bon chemin pour préserver leur troisième place synonyme de qualification pour la coupe de l'uefa. Le match sera difficile mais à l'arrivée l'OM réalisera l'exploit à la suite de deux passes décisives magiques de Ben Arfa, Koné et Niang inscriront deux buts et la suite d'une passe de Koné, Niang inscrira le but capital. Décidément Marseille est un club pas comme les autres, au bord du précipice les phocéens répondent toujours présents (3-0).

A Anfield Road les olympiens donneront tout, ils rendront une copie de qualité une fois de plus, mais ils se laisseront surprendre sur une erreur défensive qui emmènera le but de Liverpool inscrit par... Gerrard évidement et de la tête en plus, il sait tout faire le garçon ! Une fois de plus l'expérience et la maîtrise des joueurs de Bénitez auront raison de l'OM, mais Marseille est encore à créditer d'un match honorable... On progresse, on progresse (1-0).

Pour le dernier match la défaite est interdite, si le PSV Eindhoven perd contre Liverpool et que l'OM fasse au minimum match nul contre les Espagnols, ils seront qualifiés. Le match ne sera pas à ranger dans les annales, la partie ne fut pas de mauvaise qualité, mais on fut loin d'une rencontre de niveau ligue des champions. Chaque équipe se procura des occasions pour l'emporter sans les concrétiser, résultat : l'olympique de Marseille et l'Atlético de Madrid se séparent sur match nul logique, l'OM est qualifié pour la coupe de l'uefa, vu que le PSV Eindhoven a perdu à domicile contre Liverpool (0-0).

Coupe de l'uefa :

Seizièmes de finale : Le FC Twente vient défier l'OM au vélodrome pour le match aller, les hollandais solides et opiniâtres ouvrent le score sur la pelouse des phocéens. Les Marseillais seront incapables de revenir au score, toujours agressés par les Bataves, dos au jeu les joueurs du lion de Rekem ne porteront jamais le danger devant les buts du FC Twente(0-1).

Au match retour le duel sera épique, il tournera au combat de gladiateurs, les fautes pleuvent et les cartons aussi, les coups bas se multiplient, c'est une lutte acharnée. L'OM ouvre le score sur coup franc lunaire de Ben Arfa, un missile de trente cinq mètres ! Le score en restera là, à la fin du temps réglementaire... Prolongations. Les prolongations seront stériles et on aura droit à une série de tirs au but, les Marseillais se qualifieront à l'issue de cette série toute aussi tendue (0-1).

Huitièmes de finale : Dans un match ouvert à l'aller, l'OM battra son nouvel adversaire, l'Ajax d'Amsterdam, qui réduit à dix une longue partie de la seconde mi-temps, évitera une addition plus salée et les Bataves iront jusqu'à réduire le score sur pénalty. Cheyrou et Niang avaient marqué les buts olympiens auparavant, le match retour s'annonce palpitant (2-1).

Le match retour donnera lieu à un match dominé par l'Ajax d'Amsterdam, les Hollandais ouvrent le score, mais Niang égalise dans la foulée. En seconde mi-temps les Bataves doublent la mise et la pression se fait de plus en plus forte, mais le roseau olympien ne rompt pas... Prolongation, une fois de plus ! Sa bataille sévère lors de cette prolongation et alors qu'il ne reste plus que quelques minutes à jouer, un coup franc est sifflé, le ballon arrive sur la tête de Taiwo qui dévie pour Samassa qui prolonge pour Mears qui propulse le ballon d'une tête rageuse dans le but du portier Hollandais, l'arbitre siffle la fin du match après que Ben Arfa se soit fait gentiment tamponner par un joueur de l'Ajax d'Amsterdam qui sera expulsé, l'OM est qualifié (2-2).

Quart de finale : Pour ce quart de finale l'OM affronte le Shakhtar Donetsk, le match aller se déroule en Ukraine dans un stade comble. Le match se jouera sous un faux rythme du début jusqu'à la fin du match. Le tournant du match sera la frappe de Niang sur le poteau du gardien ukrainien, le Shakhtar Donetsk ouvre la marque contre le court du jeu avant la mi-temps. Les Marseillais vont ainsi courir après le score durant toute la seconde mi-temps, le Shakhtar Donetsk double la mise et enterre les derniers espoirs de l'OM (2-0).

Le match retour au vélodrome sera une soirée à oublier, l'OM imposera son jeu et se créera une tripotée d'occasions (29 tirs pour trois cadrés), les ukrainiens ouvriront le score sur un but chanceux contre le cours du jeu. L'OM égalise juste avant la mi-temps sur un but rageur de Ben Arfa, malheureusement l'OM ne se qualifiera pas et en toute fin de match le Shakhtar Donetsk marque le but de la gagne... mais la messe était dite depuis longtemps (1-2).

Bilan des joueurs :

Steve Mandanda : Il aura fait une bonne saison dans l'ensemble, avec des arrêts monstrueux et il aura rapporté pas mal de points à son équipe. Il a largement confirmé son éclosion au plus haut niveau et même si cette saison il a commis plus d'erreurs que la saison dernière, Steve Mandanda demeure un des tous meilleurs gardiens Français.

Laurent Bonnart : « Lolo » à gambader et il a tout donner comme à son habitude, si il a encore était bon défensivement, il a moins apporter offensivement que la saison dernière. Il paye sans doute le fait d'avoir beaucoup jouer, étant donner qu'il n'y avait de doublure à la hauteur de son talent. Il a fini par se blesser et il est rester absent deux mois, au final ce n'est pas une saison exceptionnelle mais ça peut se comprendre (4 passes décisives).

Renato Civelli : L'Argentin était la dernière roue du carrosse en début de saison et beaucoup de supporteurs Marseillais souhaitaient son départ, malgré ça il restera à Marseille. Renato va s'accrocher en bon Argentin qu'il est et il va démontrer qu'il a fait des progrès ébouriffants, il a canalisé sa rage qu'il lui faisait faire des fautes grossières. Sa grinta et son style rentre-dedans ont fait de lui le parfait complément de Vitorino Hilton, son jeu de tête, sa relance mieux soignée et son sens du placement ont fait de lui un très bon défenseur central, mais il doit encore bosser pour être plus sûr. Mais en tout cas il aura réalisé une seconde partie de saison de très belle facture... Et qu'il l'aurait cru (2 buts).

Elamin Erbate : Appelé à être le complément de Vitorino Hilton ou la doublure de Taye Taïwo, Elamine Erbate n'aura rien montré du tout. Il restera comme un souvenir flou et son passage éclair à l'OM ne restera pas dans les mémoires des supporters olympiens.

Vitorino Hilton : Il a alterné le mauvais, le moyen et le très bon, dommage car sur quelques matchs il a montré que c'était aussi un défenseur de classe, sa relance et son sens du placement font de lui un défenseur solide et élégant, mais son irrégularité entache sa saison. Des petites blessures ainsi que des soucis personnels ont pourri son mental et ses performances, c'est ce qu'il a déclaré, souhaitons que « Vito » revienne fort la saison prochaine pour effacer cette saison moyenne (1 but).

Tyrone Mears : Arrivé pour être la doublure de Laurent Bonnart, le joueur prêté par Derby County aura connu des débuts fantomatiques à Marseille, blessé à un genou... il passera son temps au soin pendant la première partie de la saison. La blessure du titulaire va lui être favorable, il prend la place de « Lolo » au poste de latéral droit, ses premiers matchs ne sont pas fantastiques, mais il fait le boulot. Son plus beau fait d'arme sera son but plein de hargne inscrit contre l'Ajax d'Amsterdam, son but offre la qualification pour le prochain tour à l'OM. Ensuite, il perdra sa place au profit de Charles Kaboré et on ne le reverra plus jamais (1 but).

Julien Rodriguez : Il n'a pas beaucoup joué cette saison, la faute à des blessures chronique et à chaque fois qu'il a été titularisé, il a semblé lourd et emprunté. Sans doute la faute à ses défaillances physiques qui l'ont bien handicapé et c'est frustrant quand on connaît ses qualités de défenseur central.

Taye Taiwo : Cet homme est une force de la nature, son pied gauche dévastateur et sa puissance athlétique font de lui, un des tous meilleurs latéral gauche de ligue 1... si ce n'est le meilleur ! Il aura réalisé sa saison la plus complète à l'OM, il a gagné en régularité et il a été quasi parfait que se soit sur le plan défensif ou offensif, une saison énorme (4 buts et 4 passes décisives).

Ronald Zubar : Tout le monde sait que Zubar à un potentiel énorme et il a montré sur quelques matchs, notamment en ligue des champions où au match retour contre Liverpool où il avait étouffé Fernando Torres, ou bien au match aller en championnat contre Lyon où il avait muselé Karim Benzema. Auteur de belles performances défensives, il a malgré tout gâché ce bel ouvrage avec des boulettes à répétitions, il a eu sa chance à plusieurs reprises, mais ne l'a pas saisi. Dommage qu'il ait ses problèmes de concentration car Zub' pourrait être un très grand défenseur central (1 but et 1 passe décisive).

Lorik Cana : Le capitaine olympien n'aura pas fait sa meilleure saison, mais il aura encore apporté sa rage de vaincre et sa soif de victoire à ses coéquipiers. Toujours très présent à la récupération, hargneux et généreux, il n'a jamais baissé les bras et a toujours cru au titre, il est le guide idéal et sans lui l'OM ne serait pas l'OM... il est indispensable, c'est le leader mental (3 buts).

Benoît Cheyrou : Le frère de l'autre Cheyrou est un joueur hors norme, techniquement et tactiquement, c'est probablement le meilleur milieu relayeur de notre championnat. Son sens de la passe et du dribble juste, font de lui un pion essentiel du jeu de l'olympique de Marseille, il a fait une très, très belle saison (5 buts et 5 passes décisives).

Charles Kaboré : C'est un peu l'homme à tout faire de l'OM, il a joué milieu défensif, milieu relayeur et pour finir, il a aussi joué latéral droit... Sans broncher. Ce gamin est attachant, son talent est immense et si il l'exploite, nul doute qu'il a un bel avenir à l'OM, surtout en tant que milieu défensif, il est auteur d'une saison prometteuse (1 but et 1 une passe décisive).

Modeste M'Bami : Décevant de bout en bout, accumulant les pertes de balles et les passes mal ajustées, il a été très loin de son niveau passé. Il est libre en fin de saison et pour tout dire... tant mieux, on ne le regrettera pas.

Boudewijn Zenden : Son expérience, son professionnalisme, sa technique et son sens tactique ont beaucoup apporté à l'OM cette saison. Il a mis quelques jolis coups francs et il a aussi distribué quelques caviars. Sa polyvalence aura été un atout, que se soit en doublure de Benoît Cheyrou ou en milieu offensif à gauche, « Bolo » aura fait une belle saison, même si il n'a plus les jambes de ses vingt ans (4 buts et 3 passes décisives).

Karim Ziani : Après une saison 2007/2008 cauchemardesque, on se demandait tous si l'ancien Sochalien allait rester à l'OM quand bien même certains souhaitaient son départ. Finalement Karim est resté et pour quel résultat, repositionné dans un poste de milieu relayeur à droite, dans un 4-4-2 en losange, il s'est senti plus à l'aise. Il est donc auteur d'une belle saison, dommage qu'une blessure ait gâché sa fin de saison, mais désormais le vent a tourné pour Karim... Les supporteurs phocéens l'ont adopté (3 buts et 2 passes décisives).

Olympique de Marseille
Hatem Ben Arfa : Le minot à un talent fou, ça c'est clair, mais sa saison à l'arrivée est moyenne. Après un début de saison de feu, il s'est éteint petit à petit gêné par une blessure handicapante aux adducteurs, il a fini les deux derniers mois de la première partie de saison sur les rotules à cause de ses douleurs à répétitions. En seconde partie de saison, il perdra sa place au profit de Mathieu Valbuena, il rentrera en court de jeu et sera aussi quelques fois titulaires. Au final il aura quand même aussi montré de belles choses, que ce soit dans la finition ou dans la construction du jeu et il a aussi montré tout son bagage technique.
Que se soit sur un débordement décisif et magique contre Braan Bergen, contre le PSV Eindhoven avec deux passes d'orfèvre que lui seul peut délivrer, ou bien contre Twente avec un coup franc de 35 mètres à tomber par terre. Enfin si les blessures veulent bien le lâcher, qu'il prenne confiance en lui et qu'il devienne un peu plus régulier, et que la Dech lui accorde enfin une confiance totale et qu'il gère correctement sa condition physique, il pourrait être un atout de poids dans le futur pour l'olympique de Marseille (8 buts et 6 passes décisives).

Elliot Grandin : Il aura joué huit matchs avec l'OM cette saison, avant d'être prêté à Grenoble, dommage car ce joueur à un potentiel important, souhaitons que son avenir soit encore à Marseille (2 buts et 1 passe décisive).

Mathieu Valbuena : Il a débuté la saison blessé, la première partie de saison fut un chemin de croix pour lui, il revient dans le groupe en cette fin de première partie de saison, il jouera quelques matchs, sans être encore au top physiquement. En seconde partie de saison il prendra une place de titulaire en poste de meneur de jeu et c'est ce qu'il souhaitait avant la reprise de cette saison. Il alternera le très bon et le très mauvais et il semble ne pas avoir les épaules pour être le patron du jeu de l'OM à son grand regret (ironie), son jeu de passe est limité, il a tendance à mal gérer le ballon et il se trouve plus souvent sur les cotés que dans sa zone pour organiser le jeu. De plus il a enchaîné les déclarations manquant de modestie et a fait souvent preuve d'égoïsme dans ses choix sur le terrain... très inoffensif (3 buts et 3 passes décisives).

Brandao : Arrivé au mercato d'hiver, le brésilien laissa septique pas mal de monde, il fit des débuts prometteurs sur le plan tactique, sur le plan technique dans la temporisation du ballon et sa combativité emmena dés ses débuts des perspectives positives, mais ne se créant que très peu d'occasions... Le doute l'entoura au plus vite. Il fera taire ses détracteurs en s'adaptant très vite sous ses nouvelles couleurs et en marquant des buts décisifs, il est le rouage essentiel de l'OM en cette seconde partie de saison (7 buts et 1 passe décisive).

Bakari Koné : Un peu à l'image de Ben Arfa, il a connu une saison moyenne, ennuyé par pas mal de blessure et positionné sur un coté alors qu'il préfère l'axe, il a toujours fait le métier et mouillé le maillot. Il a parfois était très bon, parfois moyen et quelque fois transparent, à l'instar de Valbuena, mais ses soucis physiques ne l'ont pas aidé, mais malgré tout ça, il a su être décisif à la passe comme à la finition, en marquant pas mal de but d'anthologie. Comme Hatem, Baky peut être un élément de poids à l'avenir, si la guigne veut bien lui lâcher la grappe (10 buts et 5 passes décisives).

Mamadou Niang : L'homme providentiel de l'OM c'est lui, râleur, combatif, têtu et hargneux, il ne renonce jamais. Il est hauteur d'une belle saison, qui aurait pu être énorme sur le plan individuel pour lui s'il n'avait pas connu une salle blessure en fin de première partie de saison (fracture à un orteil). Dans le sprint final il aura tout donné inscrivant des buts décisifs à la pèle, « Mamad » est vraiment un grand joueur (21 buts et 5 passes décisives).

Mamadou Samassa : Il est arrivé au dernier moment pour remplacer Djibril Cissé parti en Angleterre à Sunderland. Bien qu'ayant des qualités, Samassa semble loin du niveau technique qu'il faut pour prétendre à jouer au plus au niveau dans un grand club comme l'olympique de Marseille. Mais il aura eu le mérite de ne jamais renoncer et de donner son maximum sur la pelouse... Il n'a peut être pas sa place à l'OM, mais il mérite le respect (1 but et 1 passe décisive).

Sylvain Wiltord : Il a encore l'appétit d'un jeunot et le voir se morfondre dans les tribunes pendant les matchs de l'OM en coupe de l'uefa, en se rongeant les ongles il montre que son esprit de compétiteur est encore intact. Il aura emmené avec lui son professionnalisme, son expérience et sa joie de vivre, il aura manqué de réussite devant but, mais il aura aussi marqué un but symbolique pour lui contre Lyon (1 but).

Rudy Riou, Djibril Cissé, Mohamed Dennoun et Guy Gnabouyou n'ont pas assez joué pour être jugé.

Eric Gerets : Il aura rempli la mission définie par les dirigeants, en qualifiant l'olympique de Marseille pour la troisième fois consécutive en ligue des champions. Il rêvait du titre et il a échoué d'un rien, il peut partir l'esprit libre... Merci « Monsieur » Gerets.

Bilan final :

2éme du championnat (Qualification directement pour le premier tour de la ligue des champions).
Coupe de la ligue : Elimination au premier tour.
Coupe de France : Elimination au deuxième tour.
Ligue des champions (premier tour) : 3éme du groupe (Qualification pour la coupe de l'uefa).
Coupe de l'UEFA : Elimination en quarts de finale

  • Olympique de Marseille
  • Oh collègue, tu sais pas quoi te mettre cet été ?
    Bah vé un peu ces beaux tee-shirts !
    Fais-toi plaisir ! Figure de Poulpe !!
    Commande directement ici.

Réagir sur Facebook