OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

OM 1-2 Milan AC
Frustrant ...

Le Mercredi 16 Septembre 2009 par

Olympique de Marseille
Stade Vélodrome, 15 Septembre 2009

Pour son entrée en Ligue des Champions, l'Olympique de Marseille recevait le Milan AC, une affiche loin d'être banale pour l'OM et ses supporters. D'un côté, une équipe de l'OM sur la pente ascendante qui s'est renforcée pour pouvoir jouer le titre au niveau national mais aussi pour pouvoir faire plus que de la figuration de la Ligue des Champions, ceci gràce à Didier Deschamps notamment, capitaine lors de la fameuse finale de mai 1993. C'est un Vélodrome évidemment en fusion qui accueillait un Milan AC en difficulté dans son début de calcio, notamment avec un 0-4 concédé face au rival Interiste à domicile, pour le plus grand bonheur de jay-jay et pour le plus grand malheur de mikapagis14, ceci suivi d'un pauvre 0-0 à Livourne. Mais la Ligue des Champions est une autre compétition ...

Et les Milanais l'ont démontré, notamment emmenés par ses célèvres vétérans : Pirlo, Seedorf ou bien le redoutable buteur rossoneri Pipo Inzaghi. L'OM s'est pourtant hissé à la hauteur de l'évènement, il a montré une envie de gagner plus saignante que les années précédentes. Les joueurs Olympiens avaient même plutôt bien débuté la rencontre prenant la maitrise du ballon, prenant le dessus au milieu de terrain, utilisant bien les côtés notamment sur les côtés par l'intermédiaire de Kaboré, côté gauche, ce fut plus difficile, Oddo montant peu, et Flamini restant proche de lui, et se distinguant par des tacles plus que virils, sans oublier un Taiwo un peu à côté de la plaque en première mi-temps. On remarqua surtout Cheyrou dans l'axe qui a fourni une prestation de niveau international si vous voyez ce que je veux dire ... Dans un premier temps, l'OM cherchait Brandao par de longs centres, essentiellement distillés par Kaboré, mais aucun n'atteignant hélas sans cible. Et alors que le Milan AC ne s'était pas illustré en ce début de rencontre, il se montrait par contres, un conclu par une frappe de Pato trop à droite, l'un sauvé in-extremis par un tacle de Souley Diawara, qui avait sorti la tenue de guerrier pour ses débuts avec l'OM en Ligue des Champions. Enfin, le réalisme froid d'une équipe telle que le Milan AC glaça le Vélodrome. A la 27ème minute de jeu, Seedorf crochète et centre pour Inzaghi, absolument seul, oublié par la défense Marseille, et ... en position de hors-jeu, qui bat Mandanda à bout portant. 0-1. C'est dur. Mais les joueurs n'ont pas abdiqué, et se sont repris petit à petit, et ont plus provoqué qu'ils ne l'avaient fait jusque-là, notamment avec Edouard Cissé Lucho Gonzàlez qu'on avait peu vu jusque-là. Mais c'est Cheyrou qui se montre le plus dangereux, voyant sa demi-volée du gauche repoussée des deux poings par Storari juste avant la mi-temps. Le Milan est resté solide jusqu'à la mi-temps.

Mais à peine plus ... En effet, les joueurs phocéens sont revenus des vestiaires prêt à en découdre, et à la 49ème, Cheyrou, sur un coup-franc excentré côté gauche trouve Heinze au point de pénalty qui égalise d'un coup de tête rageur. 1-1. Le match est relancé. Juste avant, Lucho avait vu sa volée du gauche filer au ras du poteau gauche, dévié par Nesta. Autant dire que ça chauffait d'entrée sur le but Milanais. L'OM ne va pas s'arrêter là, reprenant complètement l'emprise du ballon et ne laissant que peu respirer l'armada Milanaise, alors que Flamini évite le rouge pour un de ses plusieurs mauvais gestes de la soirée. Mais plus le temps passe, plus il devient difficile d'approcher les buts de Storari, Brandao disparaissant doucement mais surement de la circulation, alors que Niang régale par sa technique, notamment lorsqu'il mystifie deux défenseurs Milanais par une talonnade mais voit son centre pour la tête de Brandao s'envoler. Cheyrou, lui, continue de nous régaler sur coup de pied arrêté et voit un coup-franc claqué par Storari. Puis, c'est un autre gaucher qui vient prendre sa chance d'une frappe lourde de loin, Taiwo, qui s'est repris depuis la pause et a apporté plus de tranchant offensivement, hélas en vain. Puis, alors que l'OM tient bien son match, un moment de flottement s'empare de la défense Marseillaise, un ange passe, et but. Alors que Ben Arfa rentre à la suite d'un coup-franc milanais, ceux-ci jouent vite, Seedorf est servi dans le dos de Kaboré et trouve Inzaghi dans l'axe qui bat Mandanda d'un extérieur du droit en force, imparable, 74ème, 1-2. C'est la dure réalité du froid réalisme italien. L'OM ne lachera pas, mais sans réussite, l'expérience et l'efficacité l'ayant emporté face à la fougue marseillaise. Si la manière est très encourageante, les joueurs paient encore des erreurs de naiveté face à un adversaire intransigeant, mais en voyant la prestation de Lucho, on ne peut se dire que l'OM ne peut que s'améliorer, lui qui a pêché dans le dernier geste, mais qui montre dans ses intentions qu'il n'est pas le premier venu.

Marseille : Mandanda - Kaboré, Diawara, Heinze, Taiwo - M'Bia, E. Cissé (Morientes, 88ème), Lucho Gonzalez (Ben Arfa, 76ème), Cheyrou - Brandao, Niang

Milan AC : Storari - Oddo, Nesta, Thiago Silva, Zambrotta - Pirlo, Ambrosini (Gattuso, 58ème), Flamini, Seedorf (Abate, 90ème) - Pato (Huntelaar, 87ème), Inzaghi

Les Notes Olympiennes :

Mandanda (6,5): Soirée frustrante pour lui qui prend deux buts imparables sans avoir eu d'arrêts déterminants à faire.

Kaboré (6): Du mieux à ce poste face à un adversaire de haut niveau, il a souvent profité des espaces dans le dos de Zambrotta, sans réussite. Distrait sur le deuxième but Milanais hélas.

Diawara (6,5): Un guerrier, plusieurs interventions importantes, mais surpris lui aussi par Inzaghi.

Heinze (6,5):Un guerrier lui aussi, il est allé au combat et a marqué son premier but d'un coup de tête rageur, ceci agrémenté d'un solide match défensif.

Taiwo (5): Une première mi-temps à oublier, en difficulté constamment en défense et coupable sur le premier but, en panne offensivement. Mais redevenu lui-même à la pause.

MBia (5); En difficulté une grande partie du match, il eut beaucoup de mal à contenir Pirlo et Seedorf.

E. Cissé (5,5): De bonnes choses, mais moins en vue en deuxième mi-temps, il a cependant fait son match. Remplacé par Morientes (88ème)

Lucho Gonzalez (5): De bonnes intentions, dans les dribbles, dans les passes, dans les frappes, mais un problème de finition, et un petit manque de chance peut-être ont gâché son match. Remplacé par Ben Arfa à la 76ème, qui a essayé de provoquer durant cette fin de match, donnant un centre en retrait pour Niang notamment, dont la frappe fut contrée.

Cheyrou (7,5): Le Vélodrome, et Raymond Domenech ? ont pu assister à un Benoît Cheyrou Trois Etoiles lors de cette rencontre, l'Olympien du match, il a tout simplement fait plus que rivaliser avec le milieu Rossoneri.

Niang (6): Combatif, généreux, virevoltant, il a souvent gêné les défenseurs milanais par sa technique mais n'a eu que peu d'occasions à se mettre sous la dent.

Brandao (5): Une bonne première mi-temps où il remporte pas mal de duels dans le jeu aérien, mais complètement transparent après la pause.

Côté Milanais, Inzaghi s'est montré d'une efficacité à faire froid dans le dos devant, Seedorf a produit une prestation de haut vol, alors que Storari, avait lui montré des signes de fébrilité. Il reste à souhaiter que l'OM prenne confiance en championnat pour aborder le match du Real avec le même état d'esprit que face au Milan AC, mais avec plus de réussite. Allez l'OM anyway !


Réagir sur Facebook

La rencontre
Marseille - Milan AC
Champions League - 1
Mar 15/09 à 20H45/2009
Feuille de match - Phase de groupes