OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Bastia - OM
5 mai 1992, 20h23. Avi Assouly témoigne...

Le Vendredi 05 Mai 2017 par

Article initialement publié le 5 mai 2012.

C'était un jour de football, un jour de fête. J'avais 16 ans et depuis mon réveil ce jour là, toutes mes pensées étaient vouées à n'aller qu'en Corse. Comme celles de mes collègues au lycée, insouciants que nous étions... oui, l'Olympique de Marseille allait s'imposer à Bastia et ainsi disputer la finale de la Coupe de France 1992, quelle question ! Mais le 5 mai, à 20h23, le football s'est arrêté. Il a basculé dans l'incompréhension. L'horreur.

Olympique de Marseille

Intenable depuis le matin, je regardais fiévreusement le JT de TF1 avec, soyons honnête, l'attente que ce bon vieux PPDA nous balance un "sans transition" tout droit sorti des "Guignols de l'Info". Je rigolais encore à ce moment là, les derniers soupçons sur la stabilité de cette bien drôle de tribune ayant été officiellement balayés. Puis ai-je seulement la notion, l'idée, la compréhension de ce qu'on vient de raconter en ouverture du Journal à 20 heures ? Non.

Olympique de Marseille

Il est 20h23. "Mon" monde bascule, "mon" football n'est plus. Avec quelques minutes de retard, d'improbables images défilent sous mes yeux. Furiani, lieu de fête, est devenu sépulture. Mais tout cela n'est rien, je n'étais que devant un poste de télévision à Besançon chez ma brave femme de mère elle aussi supportrice de l'Olympique de Marseille. Avi Assouly, que nous avons joint, a accepté de témoigner de l'enfer que fut le stade Armand-Cesari ce soir là. Lui-même blessé dans l'effondrement dans la tribune, il aura survécu à trois semaines de coma. Il se souvient :

Olympique de Marseille

"C'est très difficile pour moi, j'étais à Furiani, j'ai vécu cet enfer et la pelouse du stade Armand-Cesari n'a pas voulu m'ensevelir avec ceux qui nous ont quittés ce soir là le 5 mai 1992 ! Dans mes nuits blanches je me pose la question souvent très souvent, mon Dieu quelle chance que j'ai eue, moi ! Je souffre aujourd'hui bien entendu mais en silence, sans me plaindre, je n'ai pas le droit !

Il y a eu pire, moi je suis vivant, je suis un miracle vivant, je suis vivant et je ne dois rien dire... Furiani pour moi pendant 20 ans je n'en parlais pas, ni à ma famille ni à mes amis, c'est un sujet tabou ! C'était interdit, même avec mes confrères qui ont vécu avec moi ce drame, on n'en parlait pas. Par pudeur mais surtout pour ne pas y penser...

Comment oublier la souffrance quotidienne, comment oublier tous ces morts à Furiani ? Les victimes, 18 morts et plus de 2000 blessés sont là, et bien sûr après 20 ans, enfin la direction du football français a daigné aujourd'hui à ce qu'il n'y ait aucun match au programme pour la mémoire de ces victimes : il était temps !

Merci aux filles de mon ami défunt Pierre Jean Guidicelli de s'être battues pour que le monde du football dans son ensemble prenne conscience qu'à cause de gens immoraux, ceux qui ont fait de ce match là une affaire de fric, ces assassins : il y a eu ce drame, cette catastrophe nationale ! Aujourd'hui il faut se souvenir de tout ça et ne plus voir un match se jouer un 5 mai. C'est rendre hommage aux victimes !

Au bout de 20 ans ça ressurgit. Il faut remercier la nouvelle génération de journalistes qui nous ont "forcé", le mot est dur, à témoigner. Alors je l'ai fait une bonne fois pour toutes, pour le livre Furiani - 20 ans !
"

Nous remercions vivement monsieur Avi Assouly pour ce poignant témoignage auquel il n'est nul besoin d'ajouter quoi que ce soit. Toute l'équipe d'OhaiMe-Passion se joint à moi pour renouveler tout son respect aux familles des victimes et à leurs proches. Que leurs âmes reposent en paix.

Rappelons à tous nos lecteurs que monsieur Avi Assouly a participé, au même titre que tous les intervenants, bénévolement à l'écriture du livre à but caritatif "Furiani 20 ans", édité par l'Union des Journalistes de Sport en France (section Provence). Les bénéfices récoltés par la vente de cet ouvrage, disponible notamment dans les boutiques de l'OM et à la Fnac, serviront à l'achat de lits médicalisés pour des hôpitaux de Marseille et de Corse.

Allions devoir de mémoire et bonne action, "Furiani 20 ans, le livre" est toujours disponible.




Réagir sur Facebook

La rencontre
Bastia - Marseille
Coupe de France - 1/2
Mar 05/05/1992
Feuille de match