OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Une journée avec Vincent Labrune

Le Mardi 24 Juillet 2012 par

Olympique de Marseille
Comme nous l'avions fait l'année dernière avec Julien Rodriguez, nous avons passé toute une journée avec le président de l'OM, Vincent Labrune. La journée du 20 juillet très exactement. Un président, vous allez le voir, très occupé et déterminé.

09h00 : Vincent Labrune arrive au siège du club après avoir fait le voyage en avion depuis Paris, où il habite. "j'y rentre tous les soirs et je reviens le matin. C'est important de se sentir chez soi pour bien travailler."

09h02 : Vincent salue son nouvel entraîneur, Elie Baup. Ce dernier lui tend un petit papier avec une liste de recrues potentielles. Le président lui promet de l'analyser avec rigueur et de faire son maximum pour contribuer au succès de l'équipe première.

09h03 : Un agent d'entretien grogne. Après avoir pourtant passé deux heures à nettoyer les lieux, il trouve encore un petit papier sur le sol.

09h07 : Vincent prend son café du matin. Il en profite pour installer les tous nouveaux gobelets orange censés symboliser la mixité sociale de la ville.

09h15 : Le président s'installe à son bureau et décide de faire le point sur les dossiers en cours.

09h16 : Vincent Labrune quitte son bureau avec le sentiment du devoir accompli.

09h30 : C'est l'heure du conseil d'administration du club. Vincent rejoint la grande salle prévue à cet effet où l'y attendent ses collaborateurs.

09h31 : Vincent salue tous ses collaborateurs. Il y a l'actionnaire majoritaire, le directeur sportif, le directeur général, le responsable des ressources humaines, le directeur de la cellule de recrutement, celui du centre de Formation. Il y a également l'intendant, le responsable de la sécurité, et le surveillant de nuit. Puis le directeur général de l'attribution des numéros, le coordinateur en chef de la détection des jeunes joueurs, et enfin le sous-responsable des objets de bureau.

09h47 : "La réunion peut commencer", lance avec autorité le boss olympien.

09h48 : Vincent invite chacun à lui faire part de ses problèmes et autres requêtes. Tout le monde lève le doigt pour prendre la parole.

09h49 : Comme le veut la coutume, c'est le membre le plus haut hiérarchiquement (après lui, l'actionnaire et le directeur sportif) qui prend la parole en premier. Le sous-responsable des objets de bureau se plaint de la baisse du budget alloué à l'achat de stylos. Vincent lui rappelle qu'en temps de crise, tout le monde doit faire des efforts.

10h53 : C'est au tour d'Elie Baup de prendre la parole. Il sort un dossier contenant plusieurs photocopies de sa liste de recrues. Un dossier orange. José Anigo félicite son entraîneur pour ses efforts d'intégration.

10h54 : Vincent Labrune renverse accidentellement son café sur la short-list de Baup.

10h55 : Margarita Louis-Dreyfus est brutalement réveillée par le mot "recrue". Elie Baup s'excuse. Vincent Labrune souffle quelques mots de réconfort dans l'oreille de sa patronne. Elle semble apaisée.

10h58 : José Anigo propose de repeindre les murs en orange. Vincent Labrune le note sur le tableau des idées. Mais il n'y a plus de place. Il sacrifie une ancienne idée de Didier Deschamps : "recruter un arrière-gauche".

11h00 : Guy Cazadamont prend la parole et évoque la possibilité de remplacer Jérémy Morel. Vincent Labrune est choqué.

11h03 : Guy Cazadamont doit partir en urgence. Son domicile vient d'être cambriolé.

11h07 : José Anigo annonce fièrement avoir détecté un jeune avant-centre de grand talent. "Il a 19 ans, s'appelle George-René Yougou-Mabiyik et a inscrit 8 buts en 19 matchs dans le championnat du Gabon la saison dernière. On l'a vu jouer au moins deux fois, et nous sommes à peu près sûrs qu'il peut devenir un grand joueur."

11h08 : "Il est en fin de contrat" ajoute le directeur sportif olympien. Margarita Louis-Dreyfus s'éponge le front.

11h10 : Fin de la réunion. La décision est prise de faire un nouveau point sur tous ces dossiers lors du prochain conseil d'administration, prévu le 17 août.

11h11 : "On a bien bossé", lance Labrune à son bras droit. Maragarita acquiesce.

Vincent Labrune nous quitte le temps de régler quelques problèmes personnels et de déjeuner. Nous le retrouvons à 13 heures...

13h00 : Vincent Labrune est de retour au siège de l'OM. Il rejoint son bureau pour faire le point sur la situation financière du club.

13h08 : Vincent, la mort dans l'âme, annonce qu'il faudra désormais alimenter la cantine avec des produits de sous-marque uniquement.

13h09 : José Anigo s'inquiète. Il craint que l'achat de peinture orange pour la salle de réunion ne soit remis en question.

13h20 : Vincent Labrune reçoit des nouvelles d'Alou Diarra. Ce dernier est toujours en vacances et refuse de rentrer à la date prévue.

13h25 : Après une longue réflexion sur le type de sanction à infliger au joueur, Vincent décide finalement de se passer fermement la main dans les cheveux pour afficher son mécontentement.

13h45 : Vincent Labrune rédige à la main une offre ferme de 5M€ à déstination de Chelsea. "Si à ce prix là ils ne nous prennent pas Azpi, franchement... On sera obligé de descendre à 4M€."

13h47 : Le boss marseillais s'aperçoit qu'il a fait une faute d'orthographe. Dans un souci d'économie et de réstriction budgétaire, il refuse de gaspiller une feuille et tente d'effacer son erreur avec le côté bleu de la gomme empruntée à l'un des fils de Margarita. "J'allais pas en acheter une, faut pas déconner (rire)".

14h12 : Vincent Labrune se résigne à utiliser une nouvelle feuille. Il envisage d'attaquer le fabricant de la gomme en justice pour le préjudice financier. "Et moral" @ Margarita Louis-Dreyfus.

15h30 : C'est l'heure de partir pour Nimes, où l'OM y rencontre l'équipe locale en amical à 19h30.

15h31 : Vincent nous réclame une participation pour le prix de l'essence.

15h50 : Durant le trajet en bus, Vincent Labrune visionne le best-of de Florian Raspentino à Nantes.

15h51 : Vincent Labrune éteint son lecteur, visiblement satisfait et serein.

16h27 : André Ayew décide que le moment est venu de bizuter les nouveaux. Il demande aux recrues de former un cercle.

16h28 : "Les cons, on a oublié du monde à Marseille je crois." lance le ghanéen.

16h30 : Raspentino tente d'impressionner ses nouveaux coéquipiers : "Je me souviens parfaitement de tous les buts que j'ai inscrit la saison dernière". André-Pierre Gignac décide de s'assoir aux côtés de son nouveau coéquipier et d'en faire un ami.

17h00 : Arrivée à Nimes. Le groupe doit s'isoler. Vincent Labrune nous demande de le retrouver dans les tribunes pendant le match.

19h30 : Début de la rencontre. Vincent Labrune est bien là. Il affirme attendre de cette rencontre qu'elle valide ses "choix audacieux en terme de gestion.".

20h15 : But de Gignac. Vincent sort son téléphone et se connecte sur Transfermakt dans l'espoir d'y voir une incidence sur la valeur marchande de son attaquant.

20h18 : Vincent réalise que Raspentino est passeur décisif. Euphorique, il passe plusieurs coups de fil à Marseille et ordonne la rédaction d'une prolongation de contrat avec clause libératoire de 2M€.

20h21 : Le président olympien consulte la liste des milieux-droits en fin de contrat en juin 2013.

21h00 : Leyti N'Diaye égalise. Vincent Labrune nous parle de Lyon, qui cherche un défenseur central.

21h25 : Le match est terminé. Vincent Labrune apprend qu'une offre de prêt vient d'être faxée à Marseille. Le Gazélec Ajaccio souhaite emprunter Leyti N'Diaye, sous contrat jusqu'en en juin 2019.

21h26 : Nous quittons Vincent Labrune. Dans un état second après cette accumulation de bonnes nouvelles, il décide de rentrer directement à Paris. "C'est là-bas que se prennent toutes les grandes décisions du club". Avant de partir, il nous félicite d'avoir choisi la bonne journée pour le suivre. "Vous avez de la chance, c'était la journée la plus animée de notre mercato !"

Nous voilà ravis.


Réagir sur Facebook