OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Brava Massalia, la fin des braves ?

Le Samedi 24 Novembre 2012 par

Olympique de Marseille
En marge des incidents qui ont émaillé la rencontre entre l'OM et Fenerbahçe jeudi soir, la Brava Massalia (groupe de supporters non officiel de l'OM mais présent à chaque match autant à domicile qu'à l'extérieur) vient de se voir interdire tout bâchage par le club, que ce soit au Vélodrome ou dans les autres stades... Pourquoi ? Parce qu'ils sont accusés d'avoir provoqué la colère des supporters Turcs en brandissant un drapeau Grec...

Ce même drapeau qui symbolise pourtant la fondation de notre belle cité par le peuple Grec, et qu'ils brandissent avec fierté à chaque rencontre... La Brava Massalia, groupe fondé en 2008, a affiché depuis sa création ses couleurs et son appartenance au peuple Grec dans chaque stade où l'OM a joué.

Pourquoi cette punition alors ?

Le groupe qui affirme n'avoir jamais eu l'intention de provoquer qui que ce soit, mais au contraire de revendiquer la filiation de la cité phocéenne avec le peuple Grec comme ils le font à chaque match, s'est fendu d'un communiqué pour relater les incidents qui ont eu lieu au vélodrome :

"Jeudi soir, on a touché le fond. Alors que l'OM avait assuré que le club de Fenerbahce était prévenu et qu'aucun supporter turc n'aurait accès a une autre tribune que la tribune qui leur était allouée. Alors qu'un dispositif policier exceptionnel était déployé. Alors que la France se dit pays des Droits de l'Homme. Alors que le peuple Grec est le peuple fondateur de notre belle cité. Malgré toutes ces raisons, d'innombrables supporters turcs étaient présent en tribune Jean Bouin (supposée leur être interdite).

Ces mêmes supporters turcs ont pris comme une provocation la présence d'un drapeau Grec dans notre carré (drapeau présent dans notre tribune depuis le début du groupe). Ils se sont mis à tout casser et à bombarder le virage de sièges. Au lieu de faire leur boulot et d'intervenir à l'encontre des Turcs, la sécurité de l'OM a préféré nous accuser d'avoir (je cite le responsable de la sécurité) "déclenché un incident diplomatique". La bonne blague.

Non content de nous enlever le drapeau grec, ils nous ont forcé à enlevé l'ensemble de nos bâches et ont obligé certains d'entre nous a quitter le stade. Pendant ce temps, des supporters arborant les couleurs de Fenerbahçe se baladaient librement dans le virage.

Nous tenons à affirmer certaines choses :

- Nous avons toujours suivi les directives que le club nous a données et nous avons toujours su maintenir le dialogue. Nous ne comprenons pas le double discours qui nous est tenu ces dernières années et plus particulièrement au cours de cette saison.

- Ce drapeau n'était aucunement destiné à provoquer les Turcs. Il est présent dans notre groupe depuis le début. Notre attachement à nos racines grecques a toujours été clairement affiché. L'OM avait tout loisir de nous en informer avant le match. Ce que la sécurité a d'ailleurs fait à propos d'un drapeau Arménien, nous précisant au passage que "le drapeau grec était toléré". La Grèce est pour nous synonyme de la fondation et des racines de notre cité. Elle symbolise, à nos yeux, l'arrivée de la civilisation et de ce qui fondera plus tard la France. Son drapeau symbolise une part de notre identité et n'est quelque soit le contexte aucunement une provocation ou une insulte à l'égard de qui que ce soit.

- Nous voulons ajouter que ce n'est pas la première fois que notre liberté d'expression est bafouée..."


Lire la suite du communiqué sur le site de La Brava Massalia.

OM-Passion s'engage avec la Brava Massalia pour que justice soit faite, que les supporters de l'OM puissent s'exprimer et encourager leur équipe sans craindre de décisions aberrantes.

Voir aussi le communiqué des South Winners

Retrouvez Camille et ses billets d'humeur sur 100% OM et sur OM-Passion.com.

  • Olympique de Marseille
  • Oh collègue, tu sais pas quoi te mettre cet été ?
    Bah vé un peu ces beaux tee-shirts !
    Fais-toi plaisir ! Figure de Poulpe !!
    Commande directement ici.

Réagir sur Facebook