OhaiMe-Passion » Actualité » Bastia 1-2 OM : Ça, c'est fait !

Actualité

Bastia 1-2 OM : Ça, c'est fait !

Le Jeudi 13 Décembre 2012 par

Bastia 1-2 OM : Ça, c'est fait ! Les Corses n'avaient pas oublié leur cargaison de bombes agricoles, les autorités locales avaient prévu les écrans géants aux abords de Furiani. Résultat : une ambiance de feu - à tous les sens du terme - aux alentours d'Armand Cesari, qui démontre non seulement la totale inutilité des huis-clos comme moyen de coercition mais de surcroît, les réels problèmes de sécurité que cela peut occasionner autour des stades le cas échéant.

C'est donc dans une atmosphère tendue que les Olympiens pénètrent sur le champ fraîchement labouré à coups de pioche qui sert de pelouse, et avec la pression du favori qu'on attend au tournant à la suite d'une très mauvaise série : un match-piège, duquel les hOMmes d'Elie Baup se tireront finalement la tête presque haute. Enfin, au-dessus de la ligne de flottaison, en tous cas.


Et ô miracle, il semblerait que l'"explication musclée" évoquée par le coach après la débandade face aux Merlus ait porté ses fruits de mer. Celle là je te l'offre, c'est cadeau.
Bref, comme dirait Khojandi, les Phocéens montrent d'entrée de jeu un tout autre visage que celui trop vu ces derniers temps. Possible que la faiblesse des Corses y soit pour quelque chose, n'empêche, le pressing marseillais paye dès le premier quart d'heure, grâce à un beau mouvement collectif initié par Amalfitano, prolongé par Fanni et splendidement terminé par Ptivélo : les Bastiais voulaient faire un lancer de nain, c'est le nain qui leur a fait un lancer-franc.

Bastia 0-1 OM (14ème)

Quelques minutes plus tard, J. Ayew est bien près de doubler la mise, mais son coup franc, dévié d'une main non sifflée, rase le poteau. Par la suite, égaux à eux-mêmes, les Olympiens vendangeront plusieurs occasions. L'OM, ou l'art de ne pas tuer le match, et c'est sur ce score logiquement en faveur des Olympiens, mais qui aurait mérité d'être plus lourd, que les deux équipes retournent aux vestiaires.

La seconde période commence à l'image de la première : beaucoup d'intention de la part des Provençaux, mais pas récompensée au tableau d'affichage. Peu à peu, le rythme s'essouffle et les bastiais en profitent pour se montrer (un peu) plus conquérant. Un tacle irrégulier de Morel sur Maoulida aurait pu offrir un tir de pénalty aux Corses, mais c'est finalement, deux minutes après, les Marseillais qui bénéficieront d'un face-à-face avec Bonnefoi, auteur d'une vilaine sortie sur J. Ayew.

Les esprits s'échauffent sur le banc corse, Baup s'en mêle, le match est interrompu quelques instants, mais ce léger contretemps n'empêche pas André de rendre justice à son petit frère.

Bastia 0-2 OM (70ème)

Comme souvent lorsque l'OM mène au score, l'équipe se relâche, les lignes se distendent. Une énième occasion vendangée, une défense moins attentive, et un sursaut de fierté de la part des Corses, et ce qui devait arriver arriva : Khazri récupère dos au but et remet à Rothen, qui centre pour Modeste. ce dernier, qui portait bien son nom depuis le début de la rencontre, ne se prive pas et son tir croisé trompe un mandanda très esseulé.

Bastia 1-2 OM (83ème)

Les dernières minutes et les remplacements successifs de Valbuena par Loïc Rémy et de A. Ayew par Gignac renouent avec le souffle du début de rencontre : le ballon va vite d'un but à l'autre. Mais M. Ennjimi siffle la fin de la rencontre sur ce score qui ne bougera plus.

On peut trouver motifs de satisfactions à ce Bastia-OM qui fait de Marseille la meilleure équipe à l'extérieur, et permet aux Olympiens d'engranger une victoire de plus au compteur que leur adversaire parisien (10 contre 9), au contact duquel ils restent à égalité de points.
On peut même trouver sympathique le visage plein d'allant offert par les Marseillais sur le champ de patates de Furiani, et se réjouir de l'état d'esprit et es qualités techniques de Barton et d'Abdullah.

Mais ces trois précieux points ne doivent pas faire oublier que l'adversaire du soir n'était que Bastia ; ni que le retour précoce d'APG dissimule mal une profondeur de banc étique.
Un résultat qu'il conviendra donc de confirmer à Toulouse ce samedi à 15H00.

Photo : Tony Selliez

Réagissez

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour laisser un commentaire.

Nom d'utilisateur :   Mot de passe :   Se souvenir de moi ?  
el diablo el diablo
15 Décembre 2012 à 22H39

Que ce club retourne en L2, sa vraie place et encore ...
Xeryus Xeryus
15 Décembre 2012 à 09H54

oh ba oui c'est vrai sa la ligue s'acharne contre Bastia, leurs supporter ont juste foutu un bordel monstre et ont juste etais super viloent je vois pas pourquoi la mechante ligue puni ce pauvre petit club innocent
Bab Joo Bab Joo
14 Décembre 2012 à 23H26

ben voyons...

Ceci-dit, c'est vrai que se faire suspendre alors qu'ils étaient à huis-clos, ils ont fait fort, les Corses :mrflex:
forzaOMdu34 forzaOMdu34
14 Décembre 2012 à 23H05

@el diablo
:lol:

Heureux de te retrouver parmi nous Panaché ! :D

Sinon :

Incidents Bastia-OM : Jo Bonavita, dirigeant du Sporting, entame une grève de la faim

Jo Bonavita, coordinateur sportif et responsable logistique du SC Bastia, âgé de 73 ans, a décidé ce matin d'entamer une grève de la faim pour protester contre la sanction de la commission de discipline de la LFP qui a suspendu hier le stade Armand-Cesari à titre conservatoire après une multiplication d'incidents, dont ceux survenus mercredi soir au moment de l'arrivée et au départ du bus de l'OM à Furiani.

Durant le match - à huis-clos -, les supporters corses qui suivaient la rencontre sur un écran géant installé derrière la tribune Sud, ont également fait usage d'un "arsenal impressionnant d'engins pyrotechniques instaurant manifestement un climat d'insécurité autour du stade".

Pour rappel, les Olympiens ont été visés par des bombes agricoles et des pétards à leur descente du car, Vincent Labrune et Guy Cazadamont ayant même échappé au pire puisque l'un de ces puissant projectiles a explosé juste à côté d'eux. Un délégué a également été touché à la jambe alors que des cris de singe ont aussi été entendus à ce moment-là.

Il a fallu que Vanina Guidicelli, veuve de l'une des 18 victimes de Furiani, vienne se mettre au milieu, sidérée, pour calmer cette frange d'irresponsables. La courageuse femme était simplement là pour le recueillement prévu autour de la stèle érigée en hommage aux victimes de la catastrophe... Le dépôt d'une gerbe par les dirigeants de l'OM avait même dû être repoussé d'une demi-heure, le temps que ces excités se dirigent de l'autre côté du stade.

Mais, pour Jo Bonavita, le Sporting est victime d'un acharnement des instances fédérales. "Ils attendent le moindre écart de notre club ou de nos supporters pour nous sanctionner... Et puis, pourquoi mettre le match contre Marseille à huis-clos ?, s'interroge-t-il sur le site officiel du SC Bastia. Je crois que personne ne s'est posé la question. C'est simplement parce qu'il y aurait eu 16000 spectateurs, qui ont payé, ça c'est important, peut-être que nos 10500 abonnés peuvent porter plainte contre la Ligue pour suppression de spectacle... Il y aurait eu aussi 500 supporters marseillais qui allaient venir, cela aurait peut-être engendré du désordre en ville et autour du stade. C'est pour ça qu'ils ont mis ce huis-clos, si au lieu de l'OM, c'était Nancy, le match aurait eu lieu normalement." 7

LaProvence.fr
Bab Joo Bab Joo
14 Décembre 2012 à 22H53

mais allez vous faire mettre ! :fuck:
el diablo el diablo
14 Décembre 2012 à 22H45

C'est pour ça qu'une femme qui a de l'esprit c'est louche :mrgreen:
OMPanache OMPanache
14 Décembre 2012 à 21H47

Grand esprit, grande **** !
On connait tous le dicton ! :mrgreen:
el diablo el diablo
14 Décembre 2012 à 21H41

La marque des grands :sm6:
Du moins par l'esprit :mrgreen:
OMPanache OMPanache
14 Décembre 2012 à 21H21

Il est bien ce prénom hein el diablo ? :hehe:
el diablo el diablo
14 Décembre 2012 à 20H57

On m'a appelé ? 8-)
Voir plus de commentairesVoir tous les commentaires