OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Tribune Libre : Arbitres, boucs émissaires ?

Le Jeudi 09 Mai 2013 par

Olympique de Marseille
Comme d'habitude, OM-Passion vous ouvre sa "Une" pour une Tribune Libre, un sujet sensible qui vous tient à coeur. Aujourd'hui, El Diablo nous donne son point de vue sur l'arbitrage.

Parc des Princes, le 5 mai 2013. En match de clôture de la 35ème journée de ligue 1, le PSG reçoit Valencienne. Si l'adversaire n'est pas des plus prestigieux, des frissons de plaisir parcourent les épaules de milliers de supporters parisiens. Une victoire permettrait en effet au PSG d'être consacré champion au vu d'un écart de point notable sur le 2ème et une différence de buts très favorable. C'est donc des milliers de personnes qui se voient déjà fêter un titre tant attendu, attente abondamment relayée par les média. Bref, tout est réuni pour passer une soirée idéale. Et pourtant les choses ne vont pas aller dans le sens espéré.

Tout d'abord, Valencienne ouvre le score. Peu importe se diront la plupart, rien de bien méchant à rattraper lorsqu'on compare les noms sur le papier. Mais le vrai tournant se déroule à la 43ème. Semblant retenir l'arbitre, le défenseur central du PSG, Thiago Silva, l'une des idoles des supporters, se voit expulsé en raison d'une règle prônant cette sanction pour tout joueur posant les mains sur un arbitre. La rencontre se soldera finalement par un match nul 1 partout mais surtout, par un coup de sang du directeur sportif du PSG, Léonardo, donnant dans les couloirs un coup d'épaule à l'arbitre. Ledit malotru se justifiera à posteriori en expliquant que ce n'était pas du tout intentionnel. Mais le mal est fait et la polémique enfle. La commission de discipline inflige une suspension de deux matchs à Thiago Silva et une suspension à titre conservatoire de Léonardo. C'est alors un déchaînement sur les réseaux sociaux et forums car, faisant écho aux propos des joueurs du PSG, de nombreux supporters parisiens s'indignent des décisions arbitrales. Estimant celles-ci scandaleuses, ces supporters s'en prennent verbalement à l'arbitre de la rencontre, l'estimant incompétent. Cherchant un défouloir à leur colère d'avoir été privé du titre espéré lors de cette soirée, ils évoquent ouvertement un complot de la ligue et une propension des arbitres à sanctionner le PSG plus que les autres clubs. L'arbitre étant né à Lyon et un match crucial les opposant dès la semaine d'après à l'OL, un lien entre l'expulsion du défenseur et ce match est très vite mis en avant. L'arbitre est ainsi conspué, vivement critiqué, mis plus bas que terre.

Une situation rare ? Oh que non, et ce n'est pas lié au PSG.

Olympique de Marseille
Chaque week-end, les hommes en noir (en bleu ou en jaune, c'est selon) font l'objet de critiques et parfois d'insultes. On le sait bien, il s'agit d'une propension du supporter de foot lambda d'insulter l'arbitre. C'est d'ailleurs un fait que l'on retrouve dans d'autres sports. En revanche, le foot se situe probablement à la pointe des sports dans lesquels un arbitre est autant critiqué et vilipendé. Que voilà une position respectable. Ainsi, au delà des supporters, ce sont bien les joueurs et dirigeants qui font preuve d'un comportement peu honorable, n'hésitant pas à remettre en question chaque fois qu'ils l'estiment nécessaire les compétences d'un arbitre, suite à des décisions qu'ils jugent injustifiées et préjudiciables à leurs intérêts.

Loin de moi l'idée de dire que les arbitres sont infaillibles, cependant le procès leur étant intenté et dont on observe des mises en pratiques puantes depuis plusieurs années me donne la nausée. Comment se fait-il que le football, l'un des sports les plus populaires au monde, soit aussi peu protecteur de ses arbitres et clair sur les règles ? Car c'est là un fait bien établi, nombreux sont ceux estimant qu'ils connaissent très bien les règles alors que rien n'est plus faux. C'est en particulier le cas des commentateurs sportifs, parfois ex-joueurs, donnant leur point de vue à tout va mais appliquant bien peu le principe du tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de parler. Desproges disait qu'il vaut mieux se taire et passer pour un con que parler et ne laisser aucun doute sur le sujet. Il est assez fascinant que nombre de commentateurs ou spécialistes autoproclamés du foot illustrent régulièrement cette maxime.

Donc, tout ce beau monde s'arroge le droit, que dis-je, le devoir même de critiquer les arbitres, mettre en doute leur compétence, leur niveau, leur capacité à exercer ce métier. Existe-t-il d'autres professions subissant autant le mépris quotidien de milliers de personnes mais surtout, une analyse permanente de gens n'exerçant pas ce métier ? Car si la critique est prompte, la reconnaissance d'un match bien arbitré est bien plus rare. Les esprits taquins diront que c'est probablement parce qu'il y a plus de matchs mal arbitrés que de biens. Peut-être. Mais qu'est ce qu'un bon arbitrage ? Le fait d'être juste ? On exige donc d'hommes qu'ils soient infaillibles dans leurs décisions ? Et comment pourraient-ils l'être ? Qui parmi tous ces supporters, dirigeants ou commentateurs reconnaît une propension à la malhonnêteté et à la tricherie sur terrain particulièrement développée chez les joueurs de foot ? Tout un chacun s'indignera lorsqu'un joueur de l'équipe adverse fait une simulation grossière mais combien s'indigneront autant lorsqu'il s'agit d'un joueur de sa propre équipe ?

Et c'est bien là le problème. L'arbitre ne peut être que critiqué, car il portera forcément des décisions défavorables à l'un des camps. Et que ces décisions soient justes ou non, elles seront quand même remises en question. C'est ainsi que chaque fois qu'un joueur commet une faute sur un autre, au coup de sifflet, il proteste. C'est ainsi que sur les bancs de touche, les entraîneurs passent leur temps à réclamer des fautes ou de sortir le carton pour un joueur adverse. On appréciera pour le coup l'esprit fair-play très particulier au foot. On verra également régulièrement les joueurs se masser en nombre autour de l'arbitre chaque fois qu'une décision est à prendre, essayant de l'influencer dans un sens ou dans l'autre.

Cela, on ne le voit pas, ou du moins dans des proportions bien moins importantes, dans d'autres sports collectifs. Pourquoi ? Question de règles spécifiques au jeu sûrement, mais surtout d'éducation avec un respect absolu de l'arbitre enseigné dès l'enfance. Ce respect est une notion partagée et admise au point qu'un joueur critiquant un arbitre sera rabroué par son propre entraîneur. Ce n'est pas le cas du foot. Se situant dans un monde où la principale règle est de gagner, peu importe les conséquences, les joueurs sont autorisés à à peu près tout du moment qu'ils ne sont pas pris et que les sanctions ne faisant pas suite à une sanction de l'arbitre sont bien peu nombreuses et appliquées. Combien de joueurs se sont fait sanctionner suite à une simulation en match non vue par l'arbitre ? Combien de clubs se sont vus retirer des points lorsqu'ils ont remporté la victoire sur une simulation permettant d'obtenir le coup-franc ou pénalty victorieux ?

Cette situation de l'arbitrage spécifique au football est de plus en plus reconnue. Nombre de solutions sont proposées pour y remédier telles que l'arbitrage à cinq ou l'usage de la vidéo. Ces solutions ont leurs avantages et leurs inconvénients mais il reste une certitude : l'arbitrage ne sera jamais parfait. Alors puisqu'on ne peut réduire à néant l'erreur d'arbitrage, faisons en sorte que les conditions favorisant ces erreurs soient moins nombreuses.

C'est ainsi que parmi les solutions proposées, personne n'a pensé tout simplement à deux voies d'action complémentaires : l'éducation et la sanction. La sanction d'un joueur simulant, même une fois le match fini, ainsi que le club (en cas de récidive de plusieurs de ses joueurs) peut constituer un exemple de pratique à mettre en œuvre. C'est également tout un travail éducatif à mener à partir de la base avec une règle simple : c'est l'arbitre qui décide et peu importe ce qu'il décide, on la boucle. Cela ne serait pas sans bénéfice pour des arbitres de championnats extérieurs dont les salaires sont bien inférieurs à leurs collègues exerçant en Ligue 1 et dont les jeunes joueurs à arbitrer sont influencés par ce qu'ils voient chez les "pros".

Il existe un terme pour désigner la situation des arbitres : bouc émissaire. Car mettant tout sur le dos de l'arbitre, les vociférants se gardent bien d'analyser les autres faits et notamment le comportement des joueurs sur le terrain.

Il est plus facile de trouver un bouc émissaire pour une situation qui nous déplaît plutôt que de prendre du recul et analyser objectivement les faits. C'est ainsi que les supporters parisiens ont préféré déverser leur colère sur l'arbitre plutôt que de trouver Thiago Silva stupide de poser ses mains sur l'arbitre et Léonardo encore plus stupide de le bousculer. C'est ainsi qu'ils préfèrent expliquer ce qui est avant tout une contre-performance comme résultant de la faute de l'arbitre, plutôt que de onze clampins qui se voyaient sûrement gagner facilement et qui sont très loin d'avoir brillé. C'est ainsi qu'ils préfèrent se réfugier derrière un pseudo-complot anti-PSG car (et attention c'est parti pour les stéréotypes et certitudes ridicules) c'est bien connu, les Français n'aiment pas l'argent, sont envieux, jaloux et puis ce sont pour la plupart des provinciaux, des bouseux qui n'aiment pas Paris parce qu'elle représente tout ce qu'ils ne sont pas. Paranos, les supporters parisiens ? Ce ne sont pas les seuls. Dois-je citer le complot anti-OM (en faveur du PSG bien sûr, car ils ont l'argent et que c'est indispensable qu'ils gagnent pour faire briller la Ligue 1), au complot anti-"petites équipes" (parce que c'est mieux d'avoir des grosses équipes sur le podium), au complot anti-corse (parce que probablement les dirigeants n'aiment pas la gastronomie corse) ou que sais-je encore, le supporter aimant bien l'idée que son club est honni de tout le monde, et seul contre tous. Pourtant dans les faits, il est établi que les erreurs d'arbitrage s'équilibrent au cours d'une saison et que ce sont les clubs qui s'estiment les plus lésés qui sont bien souvent les moins défavorisés (Lyon et le PSG en étant des bons exemples). Le PSG est désavantagé intentionnellement, réellement ? Les supporters parisiens trouvant scandaleuses l'exclusion et la suspension de deux matchs de Thiago Silva se sont-ils indignés pareillement lorsqu'un joueur de l'OM fut exclu suite à une simulation d'un joueur parisien ? Et fut également sanctionné de deux matchs fermes, soit une double peine que l'on pourrait considérer comme particulièrement injuste ? Ces mêmes supporters ne se sont-ils pas gargarisés quand des décisions arbitrales telles celle-ci leur furent favorables ?

A cet arbitre qui déchaîne les colères comme d'autres avant lui, j'apporte mon total soutien. Car si moi aussi en tant que supporter transi, parfois au cours d'un match, je peux lui inventer des surnoms fleuris à lui ou un de ses collègues, ce n'est là qu'un état passager lié à la crétinerie du supporter qui n'est pas objectif. Dans le fond, je respecte et estime beaucoup leur travail. Est ce que les arbitres commettent des erreurs ? Oui, comme tout salarié. Est-ce que certains sont peu compétents ? Peut-être, mais ce n'est pas au supporter lambda d'en juger et surement pas au point de l'insulter lui ou sa famille. Dans tous les cas, le bouc émissaire est bien commode pour occulter les défaillances et défauts de ceux le pointant du doigt.

A tous ceux se permettant d'être des pères ou mères la-bonne-parole-parce-que-moi-je-sais-mieux-que-les-arbitres, si vous pensez effectivement être meilleurs qu'eux, tentez de prendre leur place. Sinon, foutez leur la paix. Ils n'en feront que mieux leur travail.

  • Olympique de Marseille
  • 30% de réduction sur votre prochain tattoo ça vous intéresse ? En vous présentant au salon de notre partenaire Massilia Ink de la part de OhaiMe-Passion, vous aurez droit à une remise de 30% sur votre tatouage !

Réagir sur Facebook