OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

OM : La défaite et son lot de satisfactions

Le Vendredi 08 Novembre 2013 par

Olympique de Marseille

Défait 3-2 sur la pelouse de San Paolo lors de la quatrième journée du groupe F, l'OM se retrouve de surcroît éliminé de la Champions League. Un constat amer mais prévisible, qu'il convient cependant de nuancer eu égard aux progrès entrevus ce mercredi...



Décidément, Élie Baup et la Champions League, ça fait deux ! Le coach à la casquette reste sur douze matches (répartis sur trois clubs différents) sans victoire dans cette compétition. C'est à croire d'ailleurs que cet homme, actuellement dans la tourmente, n'y croyait déjà plus. Troquant son costume qu'il nous a bien vendu en conf' de presse au nom du respect de l'Olympique pour un survêtement assez honteux, il faut le dire, il aura de lui-même perdu toute crédibilité mercredi soir en s'affichant dans cet accoutrement. Sa réaction après le but phocéen colle au personnage, avec son enthousiasme débordant. Heureusement que ses protégés montraient davantage de panache sur le terrain...



Il faut en effet admettre que le spectacle proposé par les vingt-deux acteurs fut des plus plaisants. Rythmé par les passes, les mouvements, la volonté d'être incisif, ponctué par des buts. Les plus pessimistes diront que l'OM n'a toujours pas gagné depuis fin septembre. Les mêmes souligneront les trois nouveaux buts encaissés par une défense décidément perméable. Mais ils ne pourront guère monter au créneau quant à la volonté des Phocéens d'aller vers l'avant et de produire du jeu.



Le bloc équipe, très haut avec en particulier un Cheyrou plus en 8 qu'en 6, a permis à cet OM là de dominer le milieu de terrain napolitain. En particulier en seconde période. Un dispositif qu'il conviendra de renouveler à l'avenir, la défaite ne devant pas hypothéquer ce choix bénéfique tant offensivement qu'esthétiquement. Mais pour cela, il convient de s'appuyer sur une défense solide - la satisfaction de l'an passé - pour ne pas prendre un bouillon... et deux buts en deux minutes !



Il semble toujours manquer quelque chose à cet OM pour le voir se lancer définitivement dans une dynamique victorieuse. Mercredi, la solidité défensive. Souvent, un avant-centre... Toutefois, l'OM et son recrutement onéreux a des atouts à faire valoir. Les deux ailiers, André Ayew et Thauvin pour ne pas les citer, étaient d'ailleurs dans tous les bons coups. Pour le Ghanéen, c'est pas nouveau. Dans un registre classique, ce dernier s'est montré décisif aussi bien par sa combativité que par son jeu de tête. Le jeune espoir français s'impose quant à lui à droite, où il peut entrer avec son pied gauche. Rapide, vivace et détonnant, ce dernier a donné le tournis à Albiol et Armero, pourtant loin d'être des tocards... Si je m'appelais Serge, je vous dirais bien volontiers qu'il pourrait être le Ribéry de 2006 à Rio...



Sans mettre la charrue avant les boeufs, l'équipe phocéenne dans la tourmente a répondu présent pendant 88 minutes, sans rien lâcher, à l'image d'un Thauvin décidément dans tous les bons coups et n'hésitant pas à aller récupérer le cuir dans ses 18 mètres. Cet enthousiasme, ce panache entrevus doivent être les morceaux de tissu qui, mis bout à bout, reconstruiront l'écusson phocéen sur lequel est brodée la devise "Droit au but".



De cette élimination en Italie, l'OM doit, et a les armes pour, se relancer tout en proposant un spectacle supérieur à ce qu'il nous montre depuis de longs mois. Cette défaite ne doit pas pousser le camarade Baup à se retourner vers un jeu stéréotypé, prétendu plus efficace. Bien au contraire, cette défaite (où deux buts sur trois sont plus ou moins discutables), doit être l'exemple vers lequel il lui faut se tourner. En effet si l'OM peut se permettre de marquer deux buts sans avant-centre digne de ce nom à l'extérieur en C1, il peut voir venir pour le futur.



L'élimination prévisible dans ce groupe doit permettre à un effectif rajeuni de mûrir à vitesse grand V, et de relever les défis dans une Ligue 1 où bon nombre d'adversaires sont à sa portée. Arrêter aussi de se trouver des excuses et de voir les adversaires plus beaux qu'ils ne sont. L'OM, avec un effectif respectable, doit arrêter de se morfondre, et viser un podium à sa portée. Lille, Saint-Etienne ou Nantes n'ont certainement pas un effectif plus fringant. Mais chez eux, la machine est huilée, le moral au beau fixe. Aux Olympiens de transformer l'essai, afin de jouer les premiers rôles en fin de saison. Pourquoi ne pas viser aussi une victoire en Coupe de France, celle-là même qui nous échappe depuis 1989 ?



Joueurs, dirigeants, supporters, rien n'est perdu, à condition de se montrer solidaires et de vibrer encore et toujours. A la santé de l'Olympique !


Réagir sur Facebook