OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Lille - OM
Rio Mavuba répond à vos questions

Le Mardi 03 Décembre 2013 par

Olympique de Marseille
Rio Mavuba n'est pas seulement notre adversaire du soir. Il n'est pas non plus seulement un footballeur de talent. Rio Mavuba est avant tout un type sympa.
Agréable et disponible en dépit de la pression qui monte, forcément, à quelques heures d'un match opposant deux concurrents directs au podium, il a accepté de consacrer un peu de son temps pour répondre aux questions des membres du forum d'OMP.


Comment avez-vous vécu le début de la saison et quels sont maintenant vos objectifs ?
Après le départ de Rudi Garcia et l'arrivée de René Girard, nous sommes repartis sur de nouvelles bases. C'est un entraîneur que nous connaissions, et moi particulièrement, pour avoir été sous ses ordres en équipe de France espoirs. Nous avons réussi à bien rentrer dans cette saison, sans faire de bruit, avec des jeunes et des plus anciens. Aujourd'hui et à presque la moitié de la saison, nous arrivons a être réguliers et en haut du classement. L'objectif a toujours été l'Europe et le top 5.

Que penses-tu de la situation actuelle de l'OM ? Non seulement sur un strict point de vue comptable, mais aussi sur le plan sportif, voire extra-sportif ?
Marseille est une grande équipe. Mais comme nous ou d'autres équipes, le plus dur est toujours de confirmer après une bonne saison. C'est souvent la suivante qui est la plus compliquée. Mais je ne me fais pas de souci pour eux. Malgré une mauvaise série et les critiques, ils sont en train de remonter au classement et de revenir dans leurs objectifs de pré-saison. Ils ont l'effectif pour, de toutes façons, et il faudra compter avec l'OM jusqu'à la fin de la saison.

As-tu envie de porter ce maillot un jour ?
Comme je le disais, Marseille est un grand club. Je ne me suis pas posé la question d'y jouer un jour, il faudrait que l'on me contacte pour ça (rires). Je suis au Losc avec qui je vis de bons moments depuis plusieurs années, après ma formation à Bordeaux et mes premières grandes émotions en tant qu'homme et footballeur.

Que penses-tu de la situation de Bordeaux, justement, qui évolue en dents de scie depuis plusieurs années ?
Je suis Bordeaux avec attention de là où je suis. Cela reste un club qui compte beaucoup pour moi. Il y a apparemment des raisons économiques qui font que Bordeaux doit faire avec les moyens du bord. Mais le football n'est pas une science exacte et l'argent ne fait pas tout, même si cela aide. Avec la Coupe d'Europe en moins, Bordeaux sera sûrement plus frais dans les semaines a venir, et pourra sûrement réaliser d'aussi bonnes performances que face a Ajaccio ce week-end.

Avec le recul, comment analyses-tu ton passage difficile en Espagne ?
J'avais besoin de connaître autre chose à l'époque. C'était important pour moi. Villarreal s'est présenté et était un grand club au niveau européen. Ma principale erreur a été de ne pas consulter l'entraîneur, car c'était d'abord le Président qui souhaitait ma venue. Après, je ne regrette rien car cela m'a endurci mentalement, et cela m'a fait progresser techniquement. Là-bas, tout va plus vite et le fait de tout le temps vouloir jouer l'attaque m'a plu. C'était un passage enrichissant même si la réussite n'était malheureusement pas au rendez-vous et que j'aurais eu besoin de jouer davantage.

Quel est le meilleur souvenir de ta carrière ? Le pire ?
Il y en a eu beaucoup de bons souvenirs. Mon premier titre avec Bordeaux était quelque chose de marquant, au Stade de France. Mais il y a aussi le doublé coupe-championnat avec le Losc qui sont certainement les titres les plus importants. Je n'oublie pas les sélections avec l'Equipe de France qui sont à chaque fois de grands moments de fierté. Je n'ai pas eu de pires moments. Peut être ma première sélection avec les Bleus... On m'avait chargé, ce soir-là ! (rires) Mais c'est une expérience qui fait aussi avancer.

Le LOSC semble aujourd'hui un club un peu "à part" en L1, avec une obligation d'austérité financière qui cadre mal avec l'inauguration de votre Grand stade. Et la réception très "policée" des supporters adverses (interdiction de banderoles, de mégaphones, de drapeaux...) dans ce nouveau stade, que t'inspire-t-elle ?
Les clubs français sont en train de construire de grands stades en vue de l'Euro qui approche. On se doit de donner l'exemple, d'éviter tout débordement et que le football reste un plaisir pour tous les spectateurs, que tout le monde profite. Après, je n'ai pas à commenter ces règles, ce n'est pas mon rôle. Il y a aussi de très bons groupes de supporters qui respectent tout cela et ne dérangent personne. Malheureusement, les bons payent pour les mauvais.

Quel regard portes-tu sur la "nouvelle" équipe de France, et le sélectionneur Didier Deschamps ?
Pour avoir vécu ça de l'intérieur, il fallait peut-être passer par ce barrage et ce score de l'aller pour se révéler et prouver que l'on méritait d'aller à la coupe du monde. Même avec la défaite 2-0, on y croyait, on avait conscience de nos qualités. Nous avons un bon groupe, une belle équipe avec de grands joueurs. Je suis confiant pour l'avenir, et je pense que la France va bien figurer au Brésil.

Un petit mot sur Florian Thauvin ?
Florian a fait un choix qui a mis le club dans l'embarras, car il comptait sur lui, pour l'avoir fait signer tôt. Mais comme il était à part et qu'il n'a pas tellement participé à la préparation avec nous, nous avons fait sans lui. Aujourd'hui, tout le monde est heureux. Lui a eu ce qu'il voulait, et le club a dû s'y retrouver, même si cette affaire aurait pu se conclure plus tôt afin de nous éviter ces remous. Au final, cela ne nous a pas perturbés, chacun vit sa vie, c'est du passé. Passons à autre chose.

Un petit pronostic pour le match ?
Nous sommes à domicile, devant notre public. Pour continuer notre belle série et rester en haut, il nous faut la victoire même si bien-sûr, ce ne sera pas évident. Ce sera un beau match et notre public répondra présent.

Un petit mot, ou même deux, pour présenter ton association Les Orphelins de Makala ?
Mon association a maintenant quelque années. Nous nous occupons d'orphelins d'un quartier de Kinshasa, en République Démocratique du Congo. Nous sommes en perpétuelle évolution et nous accompagnons ces orphelins en leur apportant un lieu où dormir, des repas complets et équilibrés, ainsi que tout le côté santé, sans oublier l'éducation. Nous accueillons de nombreux enfants et les dons nous aident à en accueillir de nouveaux afin de leur donner toutes les chances de réussir. Cela me tenait à coeur de faire quelque chose qui serve réellement, me rendre vraiment utile. Et le plaisir de voir de la joie dans les yeux d'enfants qui n'ont pas mérité leur sort, ça n'a pas de prix ! Je vous engage d'ailleurs à vous rendre sur le site de l'orphelinat afin d'avoir tous les détails, et de pourquoi pas nous aider et les aider à grandir, à leur apporter du bonheur. Steve Mandanda est d'ailleurs lui aussi impliqué, et il n'hésite pas à nous aider des qu'il le peut.

Merci Monsieur Mavuba, et bon match !

  • Olympique de Marseille
  • 30% de réduction sur votre prochain tattoo ça vous intéresse ? En vous présentant au salon de notre partenaire Massilia Ink de la part de OhaiMe-Passion, vous aurez droit à une remise de 30% sur votre tatouage !

Réagir sur Facebook

La rencontre
Lille - Marseille
Championnat - Journée 16
Mar 03/12 à 19H00/2013
Feuille de match - Historique