OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Bastia 3-3 OM
Un point, c'est tout !

Le Dimanche 10 Août 2014 par

Olympique de Marseille
Au terme d'un match âpre et disputé, Corses et Marseillais se sont séparés sur un score-fleuve, mais nul. Une entame de saison en demi-teinte pour des Olympiens qui n'entendent pas faire de figuration lors de ce championnat. Une déception logique alors que les Phocéens ont globalement maîtrisé cette rencontre dans un stade Armand Césari chaud-bouillant et franchement hostile.
Retour sur une soirée à rebondissements.


Tandis que Claude Makélélé titularise Areola dans les buts bastiais en dépit d'une douleur au coude, la surprise de Bielsa s'appelle Sparagna, révélation des matches de préparation, aligné d'entrée de jeu bien qu'il ne dispose pas encore d'un contrat pro.

D'emblée, les Corses tentent d'imposer leur pressing. devant leur public, ils s'appuient sur la vitesse de Maboulou, transfuge de Châteauroux qui évoluait l'an dernier en National.
L'attaquant obtient un bon coup-franc sur une faute de Dja Djé Djé, qui provoque un cafouillage dans la défense phocéenne. Mais l'OM s'en sort bien sur ce coup-là. (4ème)

L'OM réagit et oblige Areola à une belle parade (7ème), mais c'est les Bastiais qui prennent cette entame de match à leur compte.
Un peu inattentifs dans ces premières minutes, les Olympiens laissent trop d'espaces aux Corses. Gillet parvient à transmettre à Maboulou qui enchaîne à vingt mètres d'un boulet de canon sur lequel Steve Mandanda ne peut rien.

SCB 1-0 OM (9ème)

Le nouveau coach de l'OM a toutefois su transmettre son esprit combatif à ses garçons et les Provençaux ne se laissent pas abattre par cette déconvenue et se mobilisent aussitôt.
Imbula transmet à Mendy, qui adresse un caviar déposé au millimètre sur la tête de Gignac. Imparable !

SCB 1-1 OM (12ème)

Dans ce premier quart d'heure, les Bastiais restent dangereux et la défense marseillaise, fébrile. Brandao en profite pour tenter sa chance mais Sparagna veille et contre proprement. Boudebouz cherche à son tour la lucarne, mais son centre-tir est capté sans problème par Mandanda.

Les Marseillais, eux, continuent d'aller de l'avant. Thauvin repique à l'angle de la surface. Sa frappe à ras de terre est cadrée et Alessandrini se trouve sur la trajectoire. Il n'a plus qu'à pousser le ballon dans le filet d'Areola, mais il se fait griller la politesse par... Romaric qui, en tentant de dégager, dévie le ballon dans son propre but.

SCB 1-2 OM (17ème)

Durant les vingt-cinq minutes qui suivent, l'OM prend l'ascendant sur des Corses qui multiplient les fautes. Le briefing d'avant-saison du corps arbitral, qui suggère de privilégier la fluidité du jeu, est un peu trop pris au premier degré par M. Jaffredo qui oublie de siffler plusieurs fautes grossières, qui justifierait autant de biscottes.
Le match conserve cependant, possiblement en partie grâce à ces nouvelles directives, un rythme soutenu, mais les Bastiais peinent à se créer de véritables occasions et celles des Marseillais sont systématiquement anéanties.
C'est donc sur ce score que les deux équipes se séparent à la pause.

Sparagna, convaincant en première mi-temps en dépit de son inexpérience, a été légèrement touché aux ischios. Bielsa opte pour la prudence et le remplace dès le retour des vestiaires par Mendes, qui prend l'aile gauche. Morel glisse dans l'axe tandis que Nkoulou verrouille son couloir droit. Une configuration inédite dont Morel semble fort bien s'accommoder, mais dans laquelle Mendes paraît un peu mal à l'aise.

Cette seconde période, plus hachée que la première, émaillée de fautes, se révélera moins riche d'occasions quoique prometteuse sur le plan comptable.

Une grossière faute de main de Squillacci dans la surface offre aux Olympiens un tir de penalty transformé par un Gignac tout en décontraction, "à la bieng".

SCB 1-3 OM (62ème)

L'OM a creusé l'écart, mais Bielsa ne veut pas entendre parler de verrouiller le jeu. De toutes façons, il ne dispose pas (encore) de l'effectif nécessaire pour blinder davantage sa défense.
C'est plus que n'en réclamait Bastia, qui profite d'une vilaine faute de Mendy sur la fusée Maboulou dans la surface. Pénalty logique et indiscutable. Tallo se charge de rendre justice à son coéquipier momentanément sorti du terrain pour se faire examiner après sa chute.

SCB 2-3 OM (66ème)

Quelques instants plus tard, Maboulou, de retour sur le terrain, déboule dans la surface. il perd le ballon mais la défense olympienne se troue et l'attaquant corse récupère et tire à ras de terre.

SCB 3-3 OM (73ème)

Cette égalisation intervient au plus mauvais moment. L'OM n'a cependant pas l'air émoussé et continue de pousser et de tenter. En vain. Jaffredo oublie de siffler un penalty en faveur des Marseillais sur une faute commise sur André Ayew, ce qui n'arrange évidemment pas les affaires des Phocéens.

L'OM doit donc se contenter d'un point, c'est tout, au terme de ce premier match de la saison de Ligue 1, après une rencontre animée et riche en rebondissements, mais au final, moins satisfaisante qu'on l'aurait espérée.
Le principal enseignement que l'on pourrait tirer de ce premier match est qu'il devient urgent pour l'OM de profiter des dernières semaines du mercato pour étoffer sa défense, pas totalement rassurante en dépit d'assez bonnes prestations individuelles.









Réagir sur Facebook

La rencontre
Bastia - Marseille
Championnat - Journée 1
Sam 09/08 à 21H00/2014
Feuille de match - Historique