OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

OM 0-2 Montpellier
Misère, misère, désolation !

Le Lundi 18 Août 2014 par

Olympique de Marseille
Les supporters pensaient avoir eu leur lot de mauvaise surprise après la remontée au score subie face à Bastia le week-end dernier (3-3). Mais il semblerait qu'à défaut de le faire sur le terrain, les joueurs peuvent se surpasser pour prendre à contre pied leur 12ème hOMme...

Sans doute êtes vous en train de tiquer sur le timing du résumé... Autant vous dire qu'aucun des rédacteurs ne s'est rué sur son ordinateur pour vous concocter un résumé aux oignons. Il est inutile de vous signaler - et c'est bien pour ça que je vais le faire - que la pâle copie rendue par notre OM hier n'est sans doute pas anodine à cette gueule de bois dans la rédaction. Une rédaction qui qui plus est à vécu le match de l'intérieur. OhaiMe Passion était en effet réuni en nombre hier pour vivre une première au Vél' qui devait être une fête. Flex (rédac' chef), OM Panache (designer) et moi-même en Virage Sud, Renaud (rédacteur) en Virage Nord et Bab à quelques centaines de mètres de là. Je remercie au passage les Dodgers Bédarieux pour ce sympathique trajet en bus. Mais autant vous dire que la fête a carrément tourné au vinaigre pour se conclure en une tragédie au scénario lisible bien avant le dénouement final...

Malgré la déroute défensive observée en Corse et un manque criant de vrais défenseurs dans l'effectif, Bielsa persiste et signe pour son 3-3-3-1. Les seuls changements par rapport au match de Furiani sont la titularisation de Romao en lieu et place de Sparagna (pourtant vendu par Bielsa comme étant le meilleur défenseur intrinsèque) et d'Ayew. Un André Ayew loin, très loin de ses plus belles prestations. Sa polyvalence va toutefois se vérifier en cours de match puisqu'il prendra la place de 10 qu'occupait jusque là Thauvin. Au final c'est sans doute davantage sa sortie prématurée due à une pénurie de maillots floqués à son nom (à croire que personne en tribune ne lui en aurait filé un), le visage en sang qui sera à l'image d'un OM en manque total d'inspiration.

A moins que les olympiens aient été subitement pris par l'émotion de la chaude ambiance d'un Vél' - qui avait sorti de superbes tifos à l'occasion, la déconvenue d'hier est difficilement compréhensible. En effet, au delà d'un résultat finalement faible compte tenu des occasions montpelliéraines, c'est la manière qui pose problème. Cette entame de championnat ratée abonde en mon sens (voir Bielsa, ça change quoi ?) : pour mettre un tel système en place, il faudra du temps à Marcelo Bielsa. Mais autant le nul en Corse laissait présager d'un fond de jeu intéressant basé sur l'offensive. Autant hier aucun secteur du jeu ne put faire oublier l'autre. L'animation offensive tout aussi bien que la rigueur défensive n'étaient pas au rendez-vous. Après Bastia, on se disait que le recrutement d'une paire de défenseurs pourrait suffire pour gagner des rencontres avec panache. Bref, il y avait un terreau. Après la rencontre d'hier cette base là semble s'être volatilisée. En conférence de presse, Marcelo Bielsa en perdra la raison : "Entre le match de Bastia et celui d'aujourd'hui, il y a une progression." C'est pourtant un sentiment de "misère, misère, désolation" qui prédomine au sortir du stade...




C'est donc fort logiquement que Montpellier a marqué par deux fois. D'abord par l'intermédiaire de Mounier bien aidé par une erreur défensive de Dja Djé Djé (19è) puis après l'heure de jeu par Sanson qui n'avait plus qu'à pousser le ballon dans le but vide (69è). Les tentatives de Gignac, Batshuayi a nouveau aligné aux côtés du Martégal pour une fin de rencontre dans un 4-4-2 plus classique ou d'Imbula n'y changeront rien. Pas plus d'ailleurs que l'entrée du très jeune Jérémy Porsan-Clémente qui faisait là ses tous premiers pas en L1 à 16 ans seulement !

Loin de moi l'idée de partir dans un pessimisme ambiant, mais la pâle copie d'hier n'est tout de même pas anodine. Peut être que le dépit de Bielsa, qui est de plus en plus éloigné de la politique menée par la direction (le loft, le départ d'Amalfitano, le recrutement d'Alessandrini, comme il l'a laissé entendre ne viendraient pas de lui) s'est répercuté sur ces 11 pantins désarticulés... Toujours est-il que le temps presse déjà, histoire de ne pas être trop loin d'adversaires comme Bordeaux ou Sainté se détachant dangereusement. Histoire d'exister. Aujourd'hui l'OM est à une modeste 15ème place, méritée.

Le luxe d'une victoire dans ce beau Vélodrome parti en fumée, la victoire à Guigamp dans l'antiquité qu'est le Roudourou s'avère impérative. Entre temps le recrutement de quelques éléments défensifs tout autant qu'une remise en question de tous aussi bien le staff que les joueurs s'avèrent impératifs. Les procédures disciplinaires et autres ajouts dans un loft qui recèle un défenseur (tiens tiens... ), Rod Fanni, font que les joueurs n'avancent pas dans une atmosphère saine. Ces nombreux ajustements, plus que souhaitables, incitent à penser que cela ne devrait pas chômer cette semaine du côté de la Commanderie...

  • Olympique de Marseille
  • Oh collègue, tu sais pas quoi te mettre cet été ?
    Bah vé un peu ces beaux tee-shirts !
    Fais-toi plaisir ! Figure de Poulpe !!
    Commande directement ici.

Réagir sur Facebook

La rencontre
Marseille - Montpellier
Championnat - Journée 2
Dim 17/08 à 17H00/2014
Feuille de match - Historique