OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Guingamp 0-1 OM
Marcher sur l'eau

Le Samedi 23 Août 2014 par

Olympique de Marseille
Depuis trop longtemps, et en particulier depuis la reprise du Championnat, l'OM marche sur la tête. Après s'être bêtement fait remonter à Armand Césari par des Bastiais qui n'en espéraient pas tant et s'être lamentablement écrasés à domicile face aux médiocres Montpelliérains, les hOMmes de Marcelo Bielsa devaient impérativement rectifier le tir lors de cette troisième journée.
Dans un stade du Roudourou quasi comble, les Olympiens se sont logiquement imposés face à des Bretons totalement impuissants. Mais que ce fut dur ! Il leur aura fallu marcher sur l'eau durant toute la première période avant de concrétiser enfin leur domination, par le plus étriqué des scores.


L'En Avant de Guingamp engage, mais c'est l'OM qui prend d'emblée le jeu à son compte. Efficaces derrière et agressifs devant, les Marseillais étouffent rapidement toute tentative des Bretons et font le pressing dans la surface adverse.
Face à un Thauvin bien lancé, Samassa doit se montrer décisif dès la 6ème minute. Une minute plus tard, rebelote, avec les deux mêmes adversaires. Mais c'est une nouvelle fois le portier de l'EAG qui remporte son duel.
Trop enthousiaste, Samassa décoche d'ailleurs involontairement une semelle sur son défenseur Baca, qui doit sortir, remplacé par Lemaître. (9ème)

L'OM accélère et Thauvin est encore une fois dans le coup. Sur un ballon piqué d'Imbula, il remise, dos au but, pour Payet. Mais la frappe de ce dernier passe juste au-dessus de la transversale. (11ème)

Les Olympiens n'en finissent plus de pousser, alors que les Guingampais n'en touchent pas une. Durant les 30 premières minutes, le taux de possession du ballon par les Phocéens frôle les 80%. Mais ça pèche à la finition en dépit d'occasions nombreuses et souvent bien construites. Si Dja Djé Djé se rate complètement (19ème), ce n'est pas le cas de Gignac qui se permet même de dribbler Mathis avant de déclencher une frappe puissante aux 25 mètres, claquée de justesse en corner par Samassa (20ème).
Le trio d'attaque n'en reste pas là : si Gignac manque de peu récupérer le centre de Payet, Thauvin jaillit pour créer le surnombre. samassa, dans un bon jour, parvient cependant encore une fois à le gêner. (22ème)
Quelques instants plus tard, Payet tire un corner. Au premier poteau, Gignac reprend d'une tête puissante, mais sa tentative ne fait que frôler le cadre. (25ème)

Les Bretons, étranglés dans leur surface, demeurent totalement impuissants, incapables de faire quoi que ce soit des rares ballons qu'ils parviennent à toucher. Seul Beauvue semble en mesure de conserver la balle assez longtemps pour tenter de sortir ses coéquipier du bourbier dans lequel les repoussent les Olympiens. Mais en dépit d'une défense Marseillaise encore trop approximative, ses rares tentatives échouent. Il tente de renverser sur Mandanne mais la volée de ce dernier n'est pas cadrée... et de toutes façons, Mandanne était signalé hors-jeu. (36ème)

A quelques minutes de la pause, la domination insolente des Marseillais n'a cependant toujours rien donné, et la dernière tentative de Thauvin est déviée de justesse en corner par Sorbon. (45+1)

On comprend mal, au vu de l'agressivité offensive des Olympiens et de la totale transparence des bretons, que le score reste nul et vierge au coup de sifflet de M.Millot. Thauvin va d'ailleurs faire les frais de ces imprécisions dans le dernier geste, en cédant sa place à Michy Batshuayi dès l'entame de la seconde période.

Dès le retour des vestiaires, les Olympiens montrent le même visage résolument offensif qu'en première période. Il faut à peine quinze secondes à Payet pour trouver Gignac, qui fusille Samassa même pas à bout portant.

EAG 0-1 OM (46ème)

Dès lors, l'OM, (un peu trop ?) conscient de sa supériorité sur les Bretons, ne cherche plus vraiment à faire le jeu. Tout en maintenant un pressing très haut sur leurs adversaires, les Phocéens se relâchent et leur concèdent davantage de ballons. C'est ce qu'on appelle pudiquement de la gestion. L'EAG cependant ne semble toujours pas quoi faire de cette sphère de cuir qui leur arrive dans les guibolles et bien qu'il leur arrive de se rapprocher des buts de Steve Mandanda, c'est les Marseillais qui demeurent les plus dangereux et s'offrent les meilleures des rares occasions de cette seconde période, ennuyeuse à mourir.

Les Olympiens nous offrent toutefois une montée d'adrénaline à un quart d'heure du coup de sifflet final. Bien fixé par Beauvue, Yatabaré pouvait prolonger de la tête. Seulement, Yatabaré, c'est celui qui avait privé Mandanda de Coupe du Monde à la fin de la saison dernière. Mandanda n'a pas oublié. Il sort avec un peu trop d'engagement. le choc est inévitable et le portier olympien, sonné, reste au sol. (76ème)

Guingamp profite de son unique temps fort de la partie - un temps fort qui durera trois minutes, montre en main - pour essayer de forcer le destin, mais sans résultat. Mandanda s'est relevé et veille au grain, et les deux tentatives bretonnes manquent de toutes façons à ce point de conviction qu'il Fenomeno n'a de toutes façons pas grand chose à se mettre sous le gant.

C'est donc en toute logique que l'OM rentre avec les trois points. Trois points précieux qui permettent au club phocéen de remonter provisoirement à la 8ème place, mais qui, en dépit d'une domination absolue et incontestable, ne suffisent pas à rassurer : en face, ce n'était que Guingamp !
Il reste huit jours au staff pour boucler ce mercato estival en complétant l'effectif avec d'indispensables recrues en défense, et beaucoup de patience à Marcelo Bielsa pour parvenir à faire d'un mulet un cheval de course !




  • Olympique de Marseille
  • 30% de réduction sur votre prochain tattoo ça vous intéresse ? En vous présentant au salon de notre partenaire Massilia Ink de la part de OhaiMe-Passion, vous aurez droit à une remise de 30% sur votre tatouage !

Réagir sur Facebook

La rencontre
Guingamp - Marseille
Championnat - Journée 3
Sam 23/08 à 17H00/2014
Feuille de match - Historique