OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Rennes 2-1 OM
Alors les filles, on porte toujours la Moustache ?

Le Jeudi 30 Octobre 2014 par

Olympique de Marseille
Un p'tit tour et puis s'en vont. Comme les marionnettes de la comptine, les hOMmes de Marcelo Bielsa n'auront pas fait long feu dans cette Coupe de la Ligue, éliminés dès le premier tour par le Stade Rennais.
A leur décharge, un pourcentage non négligeable de titulaires envoyés devant le miroir du lavabo sous prétexte de les mettre au repos et de faire tourner. On a juste oublié d'expliquer à El Loco que la mousse à raser, ça ne se fume pas.
Bilan ? Des remplaçants pressés de montrer qu'ils ont eux aussi du poil au menton, mais qui s'égratignent quelque peu dans leur hâte de faire pour la première fois connaissance avec le blaireau.


A L'exception de Batsu, qui confirme les espoirs placés en lui - sans doute pas pour rien que, du banc, il est celui qui cumule le plus de temps de jeu - les imberbes auront donc surtout servi à démontrer que c'est pas parce qu'on a trois poils au cul qu'il faut s'prendre pour un ours.

Barrada ? Il est sans doute plein d'allant et même de talent. mais il doit avoir les sourcils trop touffus pour distinguer ses coéquipiers : tricoteur-en-chef, il aurait dû, mais il n'a point pu.
Alessandrini ? En dépit de sa pilosité Chew-Baccesque, il ne se sera pas montré plus lucide que Thauvin au même poste. Même plutôt moins.
seul Fanni, fort de son expérience, aura, une mi-temps au moins, efficacement supplé à l'absence de Morel. Une mi-temps seulement. un demi match. Parce que faut bien dire c'qu'y faut dire, depuis le début de la saison, sur une rencontre complète, les poils de Morel poussent plus dru, plus réguliers, en un mot ils montrent davantage le signe de la maturité de leur propriétaire, que ceux de n'importe qui d'autre. Manque plus que la grosse voix qui fait peur aux enfants, mais ça, il est à craindre que ce soit peine perdue : Jérémy est un vrai gentil, parole de gens-qui-l-ont-rencontré-en-vrai.
Ca en défrise sûrement certains, mais c'est un fait : on avait pu apprécier l'impact de Morel sur la défense olympienne ces dernières semaines ; son absence aura fini de démontrer qu'il est devenu le vrai taulier d'icelle. Que c'était brouillon, fébrile, approximatif sans lui !

Au final, on aura assisté à un match plaisant, mais quand-même pas de quoi se relever la nuit pour la redif', démarré sur les chapeaux de roues, et qui s'est peu à peu éteint.

Au départ, le pressing marseillais était à l'image de celui auquel il nous a habitué : haut, intense ; quand y a du poil autour, ça simplifie les tentatives d'approche ; ça fait plus viril, ça rassure. Le but de Costil a été logiquement dépucelé peu après le quart d'heure de jeu.

Mais quand Moustache s'emmêle, peu importe la coupe, pourvu qu'on ait le barbier ! Les ceusses qui ont le moins à perdre n'hésitent pas à dénuder leur poitrine velue, et, sans peur et sans reproche, proposent une intéressante oppsition.

Et comme souvent face à l'OM, l'adversaire, et surtout son portier, oublie son poil dans la main et joue le match de sa vie : selon un scénario assez voisin de celui proposé par Anthony Lopes il y a trois jours, Benoît Costil semble dopé par les vapeurs de son after-shave et repousse un, deux, trois, quatre tirs à boulets rouges - au risque même d'en récolter un, de rouge, sur sa dangereuse sortie sur Batsu : un plus expérimenté que le jeune imberbe aurait osé se jeter et obtenir le carton et le peno, sur une telle action ! -

Malheureusement, l'inexpérience aidant, c'est les Rennais qui, sans prendre le jeu à leur compte, parviennent à égaliser.

S'ensuivent quelques changements, et une embrouille de cour de récré. Je te tiens, tu me tiens par la barbichette... Bilan, le premier rouge de la saison pour l'OM est attribué à Dja Djédjé. Ntep, lui, a sans doute battu un record en ne restant sur la pelouse que... 46 secondes.

Les deux équipes évoluant désormais à 10, elles restent à égalité. L'apport de sang frais côté marseillais, avec des joueurs plus habitués aux duels de haut niveau, semble confirmer le mythe de Samson : c'est à sa pilosité qu'on mesure l'expérience et la sagesse d'un homme ! Les Olympiens dominent cette fin de rencontre, mais se laissent surprendre par la fougue de la jeunesse. Alors qu'on se dirige vers les arrêts de jeu, on tombe de Charibde en Scylla ou plutôt, de David en Goliath : les vieux barbons - à défaut de vieux barbus - cèdent sous l'ultime offensive bretonne.

C'est rasant !


PS : Si vous avez des solutions à proposer aux gens qui ont des problèmes de poils, c'est ici que ça se passe !


  • Olympique de Marseille
  • 30% de réduction sur votre prochain tattoo ça vous intéresse ? En vous présentant au salon de notre partenaire Massilia Ink de la part de OhaiMe-Passion, vous aurez droit à une remise de 30% sur votre tatouage !

Réagir sur Facebook

La rencontre
Rennes - Marseille
Coupe de la Ligue - 1/16
Mer 29/10 à 20H55/2014
Feuille de match