OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

L'OM champion d'automne : Retour sur le précédent de 2002 !

Le Jeudi 25 Décembre 2014 par

L'OM champion d'automne : Retour sur le précédent de 2002 !
Le football n'est pas une science exacte et le titre de champion d'automne 2014 décroché par l'OM était pour le moins inattendu. Peu d'observateurs avisés auraient parié sur les Marseillais en début de saison pour gêner à ce point le richissime PSG, au point de devenir à la trêve, plus qu'un outsider pour le titre de champion de France en mai prochain. Un titre de champion d'automne ne garantit en rien un sacre en fin de saison puisque statistiquement parlant, un titre automnal sur deux conduit à la conquête de l'hexagoal.

Le titre honorifique remporté dimanche n'est que le huitième de l'Histoire pour l'OM. Sur les sept précédents, l'OM est devenu champion de France à quatre reprises (1971, 1972, 1991 et 1992), a terminé 2 fois sur le podium (1987 et 2003) et a dû se contenter de la 4ème place en 1978. Si le football se résumait à des chiffres l'OM aurait donc 90% de chances de finir sur le podium en fin de saison, une issue qui comblerait bon nombre de supporters marseillais déprimés par la chaotique saison dernière !

L'OM n'avait donc plus remporté le moindre titre de champion d'automne depuis la saison 2002/2003. Un OM qui avait alors raflé la mise à la surprise générale, à l'ultime journée des matchs aller, avec un scénario incroyable qui avait vu l'OM s'imposer difficilement à Sedan (2-1) en match avancé, et les quatre autres prétendants trébucher en même temps le lendemain. L'OM était donc passé de la cinquième à la première place sur une journée. Un OM champion d'automne par défaut qui ne tiendrait pas la saison, avait prédit la France du football. Un jeu très défensif pour une différence de buts de +2, digne d'une équipe de milieu de tableau. Et pourtant, cet OM là, coaché par Alain Perrin, avec pour principaux cadres Vedran Runje dans les buts, Franck Leboeuf et Daniel Van Buyten en défense et aucun véritable attaquant, termina la saison à une honorable troisième place à 3 points des champions lyonnais.

L'OM de Perrin était l'antithèse parfaite de l'OM de Bielsa dans le jeu. Aucun rapprochement possible sur ce plan. Et nul doute que les Celestini, Hemdani, Johansen, Bakayoko and co, n'auraient jamais pu porter l'OM sur la première marche du classement à mi-saison dans un championnat autrement plus relevé cette année. Alors quels points communs entre 2002 et 2014 et pourquoi cette comparaison?

L'incapacité de gagner face aux prétendus cadors et notamment le PSG qui avec Ronaldinho avait collé un double 3-0 retentissant à l'OM de Perrin ? Raccourci trop simpliste car l'OM de Bielsa peut se racheter face aux gros lors des matchs retour et devra même le faire pour décrocher la timbale en mai. Et puis, l'OM, hormis peut être à Monaco, n'est jamais passé à coté de son sujet dans le jeu.

Mais pourquoi donc comparer l'incomparable ? Eh bien ces deux OM ont des caractéristiques communes : d'abord, des coachs aux visions du jeu diamétralement opposées mais qui ne lâchent rien sur leur conception : football offensif et panache pour Bielsa, rigueur défensive pour Perrin. Ensuite, dans les deux cas, un OM à réaction qui sait rebondir après chaque défaite et fait le plein de points contre les adversaires prétendus plus faibles. Enfin, et c'est le plus significatif, et finalement ici que s'opère le rapprochement : dans les deux cas, les joueurs sont quasiment les mêmes qui ont connu l'échec de la saison précédente. Alain Perrin comme Marcelo Bielsa ont donc réussi chacun avec leur style à métamorphoser des joueurs qui évoluaient largement en dessous de leur potentiel.

Une différence de taille tout de même: la philosophie de jeu de Bielsa plaît a l'exigeant public marseillais qui veut de la gagne, mais aussi du spectacle. Alain Perrin, malgré des résultats sportifs probants au regard des saisons précédentes calamiteuses, n'a jamais connu un tel engouement populaire, même quand l'OM était tout en haut du classement.

L'OM de Perrin, l'OM de Bielsa, si éloignés dans le jeu mais si proches au niveau des résultats.... Le football total de Bielsa permettra t-il d'aller encore plus haut que le football rugueux de Perrin ? L'OM de 2015 décrochera t-il le titre de champion manqué de peu par l'OM de 2003 ? Tout Marseille en rêve !

Réagissez

S'inscrire ou se connecter avec :
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour laisser un commentaire.

Nom d'utilisateur
Mot de passe
Se souvenir de moi ?
vascancehlos vascancehlos
17 Juin 2015 à 17H49

OM, 9e affluence d'Europe

Le club se glisse dans le top 10 entre deux clubs allemands. Une première.
Avoir battu le record d'affluence sur une saison au stade Vélodrome et la moyenne de spectateurs par match sur un exercice permet à l'OM d'entrer dans le Top 10 européen, révèle SportUne.fr.
Pour l'occupation, l'OM se hisse à la hauteur de Barcelone avec un taux de remplissage de 78%.

Classement: >>>>>>>>>>>
https://www.om.net/actualites/179450/om ... ce-deurope
Pirouli Pirouli
14 Juin 2015 à 17H07

il est a gerbé cet article. impossible à lire jusqu'au bout tellement il est à l'envers de la vérité
vascancehlos vascancehlos
14 Juin 2015 à 14H04

@OMPanache

:up:

Exactement ce que jlui disait dans le sujet du bléro en question lol
OMPanache OMPanache
14 Juin 2015 à 13H49

Franchement je me suis arrêté au milieu.

Je me désolidarise totalement de cette article et de cette défense totalement subjective du gros connard qui dirige notre club.
Bab Joo Bab Joo
09 Juin 2015 à 20H34

@OMP

Article complet ici : http://www.ohaime-passion.com/article_1669_intersaison-et-maintenant-partie-1.html
Gulli Gulli
08 Juin 2015 à 13H35

Selon le Corriere dello Sport, l'OM affrontera la Juventus en amical cet été à Marseille.
vascancehlos vascancehlos
06 Juin 2015 à 10H18

L'OM, 35e indice européen

Indice UEFA : la dégringolade de l'OM.

16e en 2013, l'OM a perdu 19 places en deux saisons. Il est aujourd'hui le 3e club français au coefficient des clubs.
Le classement UEFA par coefficient pour les clubs est connu. Ce classement est calculé sur la base des résultats des clubs sur les cinq précédentes saisons en Ligue des champions et Europa League.
Le classement est utilisé pour déterminer la position de chaque club dans les tirages au sort des compétitions de clubs de l'UEFA.
16e en 2013, 25e en 2014, l'OM est aujourd'hui classé à la 35e place, sur 454 clubs, soit une chute de 19 places en deux ans. Cette dégringolade s'explique par deux faits majeurs : le parcours (0 point) en Ligue des champions 2013-14 et l'absence du club sur la scène européenne en 2014-15.
La saison écoulée, l'OM a inscrit 2 183 points en raison des 20% du coefficient national accordés à chaque club d'une association.
Avec 55.483 points, l'OM se situe à 3e rang français derrière le PSG (11e avec 100.483) et Lyon (25e avec 72.983). Lille (60e avec 36.483) et Monaco (68e avec 31.483) suivent.
Dans l'attente des deux derniers qualifiés pour la phase de groupes de l'Europa League, il est actuellement le 5e indice des clubs engagés.

Le classement
1. Real Madrid 171.885
2. Barcelone 162.885
3. Bayern Munich154.883
4. Chelsea 142.072
5. Atletico Madrid 120.885
6. Benfica 118.276
7. Schalke 04 111.883
8. Porto 111.276
9. Arsenal 110.078
10. Manchester United 103.078
...
35. OM 55.483
...
454. Collège Europa (Gibraltar) 0.300

https://www.om.net/actualites/178656/lo ... e-europeen
Bab Joo Bab Joo
27 Mai 2015 à 21H34

putain tu choisis tes sources, hein ^^
vascancehlos vascancehlos
27 Mai 2015 à 18H34

Bilan de la saison : la politique de Labrune au banc des accusés

Quatrième au terme du championnat de Ligue 1, l'OM n'a pas atteint ses objectifs et ne participera pas à la C1, l'année prochaine. Un nouveau frein dans sa progression.

Les acteurs se sont envolés pour Hawaï, New York ou Miami, le rideau est tiré et le spectacle terminé. Aussi théâtrale et captivante qu'elle fût, la saison phocéenne laisse un arrière-goût d'amertume qui sera long à faire partir. Les raisons invoquées sont multiples (arbitrage défavorable, erreurs d'inattention, quiproquos linguistiques, ...) et importent moins que le terrible constat : L'OM va enchaîner un deuxième exercice sans participer à la plus prestigieuse et lucrative des compétitions. Il devra également se justifier de son troisième budget consécutif négatif (le déficit serait supérieur à 30 millions d'euros selon L'Equipe, Ndlr) devant la DNCG. Il s'agit d'un échec retentissant.
Nommé en 2011, Vincent Labrune a disposé d'un environnement calme et de temps pour mettre en place son plan. Pour quelle efficacité ?

Les limites du "projet Dortmund"
On parle d'une stratégie qui connaît quelques soubresauts chez le "modèle". Le club allemand a présenté un déficit, sur la première partie de cette saison, et a terminé son championnat à la septième place du classement. La preuve s'il en fallait qu'elle n'est pas infaillible. L'OM n'étant pas parvenu à devenir, de près ou de loin, le "Bayern du sud", il fallait néanmoins lui trouver un autre cap. Les Jaune et Noir, qui s'étaient hissés en finale de la Ligue des Champions en 2013, avaient engrangé les millions à coup d'énormes plus-values. Ils disposaient d'une politique bien différente, axée sur la formation, voire la post-formation. Conquis, Vincent Labrune a omis de tenir compte du fait que les Bouches-du-Rhône n'avaient pas plus de points communs avec la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, qu'ils n'en avaient avec la Bavière.

Un contexte difficile à appréhender
Miser sur la jeunesse présente effectivement des risques, particulièrement dans un contexte où la démesure et la ferveur décuplent la pression qui repose sur les épaules des joueurs. Effrayés ou victimes de melonites aigues, nombreux sont ceux qui, bien qu'aguerris et expérimentés, se sont cassés les dents sur l'environnement marseillais. En outre, la stratégie adoptée n'est pas bien différente de celle déjà prônée du côté de Lyon, Monaco ou Lille. Comment imaginer que l'OM puisse garder sa compétitivité en venant les concurrencer sur leur propre terrain, alors qu'il compte une bonne dizaine d'années de retard sur eux en matière de formation ? Le club paraît rétrécir à mesure qu'il est imprégné par le projet et c'était prévisible.

Mercatos : l'OM accumule les bides
Vincent Labrune a eu beau se féliciter des arrivées de Matheus Doria, "hyper connu par tous les gens du foot", et d'Abdelaziz Barrada, arraché au très compétitif championnat qatari, elles se sont révélées être deux terribles fiascos. Elles ont aussi coûté très cher au club (au bas mot, 10 millions d'euros, Ndlr). On peut pourtant penser que cette somme aurait pu servir à répondre aux réelles demandes de renforts de Marcelo Bielsa, en particulier au milieu du terrain, voire à prolonger certains cadres olympiens. Par ailleurs, la gestion des Lofteurs a été calamiteuse et a donné une triste image de l'OM. Quelques observateurs se font certainement la réflexion que ces erreurs ont déjà été commises par les devanciers du président.

Des résultats proportionnels à la masse salariale
L'écart entre les grands et les petits clubs s'est considérablement accru, ces dernières saisons. Et cela n'a pas profité à l'institution marseillaise, laquelle semble davantage aspirée par les profondeurs du classement que par les sommets. Il suffit de comparer l'effectif actuel à ceux des ères Pape Diouf ou Jean-Claude Dassier (bien que ces derniers ne soient pas non plus exempts de tout reproche) pour prendre la mesure de l'ampleur de sa régression qualitative et quantitative. Malgré son incroyable popularité, l'OM présente une masse salariale inférieure à celle de l'OL, et c'est assez incompréhensible. Cela ne devrait pas aller en s'arrangeant : le salary cap imposé par Vincent Labrune pour cet été, révélé par Canal+, serait de l'ordre de 100 000 euros mensuels, soit l'équivalent de celui de Saint-Étienne. Simple question, les prolongations d'André Ayew et André-Pierre Gignac auraient-elles posé de gros problèmes il y a cinq ans ?

MLD pas concernée
Le manque d'ambition de l'OM trouve certainement son explication un peu plus haut, du côté de la propriétaire. Car, selon toute vraisemblance, l'objectif de Margarita Louis-Dreyfus semble être de s'assurer que le club ne lui coûtera pas d'argent. Quant au passionné Kyril, il paraît bien trop jeune pour représenter l'avenir immédiat du club. Comme le suggérait Bernard Tapie, il y a quelques jours, ne devrait-elle pas envisager de se séparer de l'institution phocéenne ? Aussi folkloriques que furent les révélations de certains médias au sujet d'acheteurs potentiels, on ne peut pas imaginer qu'un club pourvu d'une telle renommée n'intéresse pas des investisseurs. D'autant plus si la ville envisage la vente de ce Stade Vélodrome qui lui coûte si cher.

Si Vincent Labrune a le mérite de s'attaquer au chantier de la formation et amène quelques idées innovantes, on peut penser que son inexpérience du milieu du football a coûté très cher au club marseillais. Sa stratégie semble en tout cas sérieusement impacter ses résultats et ses ambitions (qui étaient pourtant déjà minces). Sans investissement de la part de l'actionnaire, le modèle mis en place par Pape Diouf n'était-il pas plus viable ? VL a beau nous expliquer que tout rentre dans le planning prévu, le club repart d'un peu plus bas chaque saison. Et, à ce rythme, il sera bientôt difficile de concurrencer l'ASSE pour la Ligue Europa.

http://www.footmarseille.com/news-27243 ... z3bMDrr98o
vascancehlos vascancehlos
26 Mai 2015 à 19H11

Trois Marseillais dans les équipes de l'UEFA

Le site UEFA.fr a communiqué ses équipes concernant la saison 2014-2015 de Ligue 1. Trois Marseillais sont à l'honneur.

André-Pierre Gignac figure dans le onze de Ligue 1, coaché par Marcelo Bielsa. Benjamin Mendy est quant à lui plébiscité dans le onze des jeunes. Dimitri Payet et Giannelli Imbula sont quant à eux absents.

Le onze de Ligue 1 : Ruffier (ASSE) - Jallet (OL), Perrin (ASSE), Abdennour (Monaco), Kurzawa (Monaco) - Matuidi (PSG), Fekir (OL), Pastore (PSG) - Cavani (PSG), Gignac (OM), Ferreira Carrasco (Monaco).
Coach : Marcelo Bielsa (OM).

Le onze des jeunes de Ligue 1 : Lopes (OL) - Mendy (OM), Marquinhos (PSG), Fabinho (Monaco) - Tolisso (OL), Silva (Monaco), Fekir (OL), Boufal (Lille) - Ntep (Rennes), Lacazette (OL), Rolan (Bordeaux).
Coach : Garande (Caen).

Source : http://www.footmarseille.com/news-27226 ... z3bGWxhy8S
Voir plus de commentairesVoir tous les commentaires