OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

OM 2-1 Guingamp : Pas (encore) de quoi pavoiser !

Le Lundi 19 Janvier 2015 par

OM 2-1 Guingamp : Pas (encore) de quoi pavoiser !
Au terme d'un match comme d'habitude largement dominé sur le plan statistique, mais ô combien stérile sur le terrain, les hOMmes de Marcelo Bielsa auront finalement réussi à s'approprier les trois points indispensables pour maintenir l'écart avec ses poursuivants et ne pas se laisser distancer par l'actuel - et on l'espère, provisoire - leader du championnat.
En ajoutant une dixième victoire consécutive à domicile dans son escarcelle, son meilleur résultat depuis 1948, les Provençaux ont certainement aussi engrangé un peu de cette confiance qui leur faisait défaut depuis quelques matches, une confiance précieuse avant un déplacement difficile sur la Côte d'Azur, pour lequel il faudra de plus se passer de grands absents !
Mais que ce fut difficile !


Alors qu'en dépit d'un mois de décembre et d'un début de janvier trahissant une certaine baisse de régime, tous les voyants statistiques des Olympiens sont au vert pour la réception de l'En-Avant de Guingamp, on sent une certaine fébrilité. La banderole déployée par le Commando Ultra, d'ailleurs, "2015 : ne gâchons pas le rêve, avec vous jusqu'au bout", sonne comme un petit avertissement.

Les Marseillais s'emparent d'emblée du ballon et le monopolisent largement, au point d'établir sans doute un record statistique avec 100% de possession au bout de quatre minutes.
Possession stérile : même si le cuir circule bien, les Olympiens ne parviennent pas à s'approcher des buts de Jonas Lössl.
Confiants dans leur capacité à gêner le développement du jeu marseillais, les Bretons prennent confiance et s'enhardissent, montent d'un cran et n'hésitent plus à partir en contre. Des contres souvent bien menés, mais qui ne se révèlent au final pas plus concluants que les tentatives de leurs hôtes.

Le quart d'heure de jeu est déjà largement franchi quand on assiste enfin à une première véritable occasion. Sur un coup franc lointain impeccablement tiré par Dimitri Payet, Gignac reprend impeccablement de la tête. mais Lössl parvient in extremis à dégager le ballon du bout des gants.
(18ème)

Si l'OM multiplie les temps forts, il bute sur un bloc guingampais bien en place et, se découvrant, offre des espaces à son adversaire qui ne se fait pas prier pour en profiter.

A la pause, les deux équipes se séparent sur deux occasions franches de part et d'autre, occasions vaines.

Au retour du vestiaire, les Olympiens élèvent leur niveau de jeu, mais continuent d'être tenus en échec par les hommes de Gourvennec, dont on a tort, d'ailleurs, de sourire : si les Bretons ont connu des débuts laborieux en Ligue 1 cette saison, ils se sont largement remis dans la course en prenant notamment treize points sur quinze possibles lors de leurs cinq derniers matches, contre seulement douze points pris lors des quinze précédentes journées, et peuvent s'enorgueillir d'un très honorable parcours européen.
Ils démontrent ce soir qu'ils sont capables de répondre aux exigences du haut niveau et font plus que gêner les Marseillais.

Si le pressing phocéen s'intensifie, il faut tout de même attendre les dernières minutes pour voir enfin aboutir une action.
Sur la contre attaque qui fait suite à un coup-franc de l'EAG, Payet trouve Dja Djédjé qui centre pour Mendy. Alors que Lössl se troue, Mario Lemina en profite et repousse le ballon de la tête.

OM 1-0 EAG (84ème)

C'est la délivrance que tous les Marseillais attendaient, et qui redonne aux joueurs la hargne nécessaire pour continuer à pousser, à presser.

L'OM obtient un bon coup-franc excentré à dix-huit mètres. Comme souvent, l'entente est parfaite entre Payet et Gignac. Le tireur dépose avec une hallucinante précision le ballon sur la tête de son coéquipier, qui décroise et trompe Lössl.

OM 2-0 EAG (89ème)

Enfin un peu d'animation dans ce match pas réellement déplaisant, mais un peu trop attentiste. On entre dans les arrêts de jeu et l'EAG bénéficie d'un contre favorable. Dans l'urgence, Fanni commet une faute sur Beauvue qui s'apprêtait à tenter un tir. La sanction est lourde, disproportionnée même, le défenseur olympien écope d'un rouge direct.
Beauvue, lui, se fait justice lui-même et parvient à transformer le penalty, bien que Mandanda ait réussi à effleurer le ballon.

OM 2-1 EAG (90+2)

Le score en restera là.

A noter l'arbitrage que l'on qualifiera d'hésitant, voire brouillon, de M. Bien, auteur de décisions, ou de non-décisions, assez contestables, et le raté total de Florian Thauvin, détenteur d'un sinistre record, celui de 665 ballons perdus depuis le début de la saison, faisant de lui le pire joueur européen (!), et qui aura fini par user la patience des supporters.

C'est en tous cas trois précieux points engrangés par l'OM avant le déplacement chez les Aiglons, qui sera compliqué par de nombreuses absences : outre les deux CANistes Ayew et Nkoulou, le coach à la glacière devra faire sans Fanni et Dja Djédjé, suspendus ; il devra probablement également se passer d'Alessandrini, apparemment victime d'une rechute, et de Barrada toujours à l'infirmerie. Ajoutons que sa confiance en Thauvin doit commencer à s'émousser...

L'OM est dans le dur en ce moment. Sans doute pas encore de quoi véritablement s'inquiéter, toutes les équipes passent par des périodes de moins bien en cours de saison. Il faudrait juste que cela ne s'installe ni dans les esprits, ni dans les organismes, afin de rebondir le plus rapidement possible !





Réagissez

S'inscrire ou se connecter avec :
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour laisser un commentaire.

Nom d'utilisateur
Mot de passe
Se souvenir de moi ?
Pirouli Pirouli
20 Janvier 2015 à 09H39

@OMPanache

Parle pas trop vite tu as oublié le petit Sparagna qui est avant Doria dans la hiérarchie ^^

Comme on a eu droit à Doria-Aloé sur le banc hier contre l'EAG, j'en conclue que Doria est passé devant Sparagna dans la hiérarchie.

C'est pas un gage de hiérarchie ou présence future sur le terrain. Doria a fait presque tous les matchs sur le banc, ce qui n'a pas emp^éché qu'il ne joue pas encore une minute avec les pros. Alors que des gamins comme Sparagna, Aloé ou Andonian ne sont pas systématiquement dans le groupe et ont déjà plus joué que lui. Avec Bielsa, la logique d'un jour n'est pas celle du lendemain.

@mlamer

Mouais enfin tu l'as certainement vu beau trop tôt :endente:
Bab Joo Bab Joo
19 Janvier 2015 à 20H59

OTAN pour moi...
vascancehlos vascancehlos
19 Janvier 2015 à 20H57

@Bab Joo

Il sera suspendu contre Evian ,pas contre Nice.
Bab Joo Bab Joo
19 Janvier 2015 à 20H50

Dja Djédjé est suspendu aussi...
mlamer mlamer
19 Janvier 2015 à 19H37

EN même temps, Beauvu n'est pas n'importe quoi...
el diablo el diablo
19 Janvier 2015 à 18H55

Non mais les pénaltys c'est incroyable sérieux, il faut quoi pour que nous on en obtienne ? Rien que sur la saison là, on au moins 4 pénaltys de moins que lyon.

@OMPanache

Parle pas trop vite tu as oublié le petit Sparagna qui est avant Doria dans la hiérarchie ^^

Comme on a eu droit à Doria-Aloé sur le banc hier contre l'EAG, j'en conclue que Doria est passé devant Sparagna dans la hiérarchie.

Exact. Après ne sous-estimons pas la possibilité d'avoir une défense DDD-romao-aloé-morel. Y a pas à dire ca va envoyer du lourd. On se rend compte quand même à quel point fanni et morel c'est des joueurs quelconques quand y a pas nkoulou à leur côté. Fanni hier il nous a fait un festival de n'importe quoi, beauvue l'a malmené tout le long.
OMPanache OMPanache
19 Janvier 2015 à 10H46

@Pirouli

Parle pas trop vite tu as oublié le petit Sparagna qui est avant Doria dans la hiérarchie ^^

Comme on a eu droit à Doria-Aloé sur le banc hier contre l'EAG, j'en conclue que Doria est passé devant Sparagna dans la hiérarchie.

@Vasc : Je plussoie totalement pour les pénalties non sifflés, ça devient aberrant - notamment le traitement accordé aux lyonnais, à croire que les pleurs d'Aulas ont servis à quelquechose. D'autant plus qu'a la suite de ce penalty et de cette main indiscutable non sifflée, l'arbitre se permet d'offrir un coup franc aux guingampais 5minutes après sur une main 1000 fois moins évidente de Morel lors d'un duel/cafouillage entre lui et un adversaire. Ridicule.
mlamer mlamer
19 Janvier 2015 à 10H26

Oui, c'est bizarre que Bielsa ne le fasse jamais jouer...
aslan aslan
19 Janvier 2015 à 09H54

j espere cette victoire va lancer une spirale positive et relancer le groupe

Doria thiago silva le grand nom du foot , normalement avec un grand nom comme ca il va jouer les yeux fermés

sans plaisanterie on pourrait le voir jouer un peu pour voir ce qu il vaut ....
Pirouli Pirouli
19 Janvier 2015 à 09H29

@OMPanache

Parle pas trop vite tu as oublié le petit Sparagna qui est avant Doria dans la hiérarchie ^^
Voir plus de commentairesVoir tous les commentaires
La rencontre
Marseille - Guingamp
Championnat - Journée 21
Dim 18/01 à 21H00
Feuille de match - Historique