OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Toulouse 1-6 OM : On vient, on gagne, et on s'en va !

Le Vendredi 06 Mars 2015 par

Toulouse 1-6 OM : On vient, on gagne, et on s'en va !
Gonflés à bloc, les Olympiens savaient que ce déplacement chez un relégable était l'occasion ou jamais de se rassurer : renouer avec la victoire à l'extérieur - la première depuis le 3 octobre 2014 - et convaincre ! Gagner, oui, mais avec la manière ! Alors que cette entame d'année 2015 sentait un peu le pâté, il fallait impérativement montrer, et se prouver que non, l'OM si séduisant du début de saison n'était pas mort. Juste en hibernation.
Superbe démonstration, cruelle pour les locaux qui encaissent six buts à domicile, dur ! Mais c'est juste ce qu'il fallait pour engranger de la confiance avant la réception du leader du Championnat, et pour soigner un goal-average qui, vu comme le trio de tête se tire la bourre sur le podium, pourrait valoir très cher à l'issue de la 38ème journée.


Alors que Marcelo Bielsa, entre blessés, suspendus et banc étique, devait bricoler une défense inédite et inexpérimentée, votre servante s'est avisée qu'elle n'avait plus porté son bracelet porte-bonheur depuis la trêve. Dont acte. Lacune réparée, les gars pouvaient entrer en confiance sur la pelouse d'un Stadium totalement acquis à la cause olympienne - seule une centaine de place était disponible en parcage, travaux obligent, mais les Toulousains sont pas bégueule, ils ont consenti à accueillir leurs adversaires jusque dans leurs virages, beau geste !

On ne va pas tergiverser, si les Haut-Garonnais donnent le coup d'envoi, c'est pour perdre immédiatement le ballon. Michy commet une faute sur Spajic, mais les Toulousains jouent trop précpitamment le coup-franc. les Olympiens récupèrent et payet aligne le jeune belge qui, dos au but, parvient à se retourner et à enchaîner du plat du pied.

TFC 0-1 OM (2ème)

C'est un autre CPA, cette fois en faveur des Provençaux, qui permet à ceux-ci de doubler la mise un instant plus tard.
Le coup-franc bien tiré par Payet est maladroitement écarté par ue défense toulousaine déjà aux abois. Mendy récupère et centre-tire. Aloé, bien placé, coupe au point de penalty et inscrit son premier but en L1.

TFC 0-2 OM (6ème)

Ça s'annonce bien pour l'OM, même si de récentes et douloureuses expériences nous ont prouvé que dominer n'est pas gagner et que mener 2-0 ne met personne à l'abri d'une mauvaise surprise.
Il ne fait cependant pas l'ombre d'un doute que c'est bon pour la confiance. Le briefing musclé que Bielsa a voulu avec ses joueurs cette semaines, l'audace également du coach à la glacière qui n'hésite pas à laisser sur le banc ses deux titulaires habituels (Gignac et Thauvin) au profit des jeunes loups Batshu et Ocampos, sans doute plus affamés, y sont sans doute aussi pour quelque chose.

Imbula intercepte dans le rond central et lance André Ayew. Le taulier centre pour Lucas Ocampos, qui n'a rien à faire : Moubandje, en panique, ne parvient pas à sortir le ballon et marque CSC.

TFC 0-3 OM (20ème)

A ce stade, le matelas est assez confortable pour que les Olympiens s'accordent un temps faible. Pourtant, Habib Beye l'avait dit dans une interview, égratignant au passage son successeur Brice 3D (et qui a oublié Romao dans la foulée !), et durant les vingt dernières minutes de cette première période, les Marseillais se font peur à plusieurs reprises.

Mais entre les bons retours de Morel, la vigilance de Mandanda, l'aide des poteaux et la maladresse des Toulousains, l'OM s'en sort indemne. Chance du champion ?
Le capitaine olympien, déjà averti pour gain de temps, n'a en tous cas pas trop intérêt à faire le malin.

Alors que les Toulousains tentent de profiter du moment de flottement des Phocéens, Payet récupère dans sa moitié de terrain et transmet à Ocampos, qui accélère et trouve Batshu dans la surface. Ce dernier dribble Boucher et n'a plus qu'à pousser dans le but vide.

TFC 0-4 OM (44ème)

Au retour des vestiaires, les Olympiens, tranquilles, jouent davantage à la passe à dix, mais n'oublient pas de presser haut.

Cela laisse quelques espaces aux Toulousains qui s'approchent plus souvent de la zone de sécurité de Mandanda mais les hommes de Casanova souffrent d'un cruel manque de réalisme et ne parviennent pas vraiment à inquiéter les visiteurs.
Il faut l'entrée de Ben Yedder, passée l'heure de jeu, pour que l'offensive midi-pyrénéenne commence à se construire, à la faveur de marseillais qui se la coulent douce, forts de leurs quatre buts d'avance.

TFC 1-4 OM (77ème)

Vexés, les Olympiens réagissent aussitôt. Une bonne combinaison entre Payet et APG trouve Ayew dans la profondeur. Le Ghanéen est probablement hors-jeu, mais pour une fois qu'une erreur d'arbitrage - qui d'ailleurs, ne change en rien la physionomie du match - tourne en faveur de l'OM, on ne va pas faire la fine bouche : cela ne compensera de toutes façons pas la dizaine de points littéralement volés à l'OM depuis le début de saison sur des pénaltys oubliés ou des hors-jeux imaginaires, et à ce tarif-là, ça ne change plus grand chose pour le TFC !

TFC 1-5 OM (78ème)

Alors qu'avec ce score-fleuve, les Marseillais auraient pu lever le pied, les hOMmes de Marcelo Bielsa ne lâchent rien et continuent de pousser, jusqu'à infliger un cruel sixième but aux Toulousains à l'entame des arrêts de jeu. Cruel, mais qui soigne les stats d'André-Pierre Gignac, auteur de son 16ème but cette saison et du 56ème de l'OM depuis le 09 août, date de la reprise (c'est-à-dire davantage que lors des 38 journées des quatre dernières saisons !).
Une "spéciale Gignac", avec ce crochet vers l'intérieur typique de l'ex-Toulousain, qui atomise son ancien club.

TFC 1-6 OM (90ème)

Un superbe OM qui a régalé offensivement, mais pas assez cependant pour faire oublier ses lacunes défensives : avec un seul taulier, Morel, qui n'est même pas DC de métier même si c'est à ce poste qu'il se révèle, en même temps, faut pas attendre de miracles. On notera toutefois qu'Aloé, décidément trop tendre sur l'aile, se montre nettement plus à l'aise en défense centrale... et que malgré le loupé en fin de seconde période, devant, Ocampos/Batshu, ça fonctionne nettement mieux que Thauvin/Gignac.


Trois points et + 5 au goal-average précieux en tous cas avant de recevoir des Lyonnais qui n'ont certainement pas l'intention de se laisser déposséder de leur fauteuil de leader sans réagir !







Réagissez

S'inscrire ou se connecter avec :
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour laisser un commentaire.

Nom d'utilisateur
Mot de passe
Se souvenir de moi ?
mlamer mlamer
10 Mars 2015 à 08H16

Moi non plus, mais AYEW...
el diablo el diablo
10 Mars 2015 à 02H30

@Bab Joo

Mouais enfin des cadres types gignac ou fanni je vais pas pleurer de les perdre.
mlamer mlamer
10 Mars 2015 à 02H19

Pourquoi il va rester Morel?
Bab Joo Bab Joo
10 Mars 2015 à 01H20

si déjà, on se sortait les doigts pour conserver les rares cadres qu'il nous reste : parce que Morel tout seul, dans le vestiaire, ça va faire un peu léger...
omaparis omaparis
10 Mars 2015 à 01H06

Honnêtement, je suis sur qu en cherchant bien tu peux trouver un joueur libre, un mec qui joue jamais dans son club, un jeune sorti d un petit club d un pays exotique qui ferait mieux que lui, Doria en 6 il aurait fait mieux... Ce mec c'est juste une plaie. Lemina c'est pas la sécurité social mais je le préfère encore en 6.
D ailleurs je préfère tout le monde à lui. Il me fait flipper non seulement quand il a la balle, mais aussi quand il défend dans notre surface. Je l'ai toujours trouvé louche...ok je sors....
el diablo el diablo
09 Mars 2015 à 23H49

Exact j'avais oublié zenden. A noter que l'OM a le deuxième effectif le plus jeune d'Europe (après Valence), ça explique aussi pourquoi certains joueurs peuvent se montrer irréguliers. La magie de bielsa a des limites quand même.
vascancehlos vascancehlos
09 Mars 2015 à 22H10

Même Bolo Zenden avant l'époque Deschamps ,nous avait déjà fait beaucoup de bien sur la mentalité.C'est des mec comme ça qu'il nous manque.Les Starlettes ce ne sera jamais suffisant.
el diablo el diablo
09 Mars 2015 à 21H24

Exact. Les gens se marrent quand on parle de l'époque où morientes est venu mais moi je pense que son influence a vraiment compté, ne serait-ce que dans le vestiaire. Tu as besoin d'avoir des gars qui ont de la bouteille dans ton effectif, des mecs qui savent gérer la pression, en particulier à l'OM. Vous avez vu la gueule aujourd'hui des supposés "cadres" de l'OM ? Gignac qui fait une crise d'ado lorsque le coach décide de le mettre remplaçant ? Mandanda et sa tête de gentil nounours ? Thauvin qui en étant proclamé "joueur majeur de l'OM" par Labrune veut trop en faire et déjoue ? Et je parle même pas de fanni le DJ.

On a besoin de joueurs cadres et dans le meilleur des mondes, qui ont connu autre chose que la Ligue 1. Paris a thiago silva, ibra ou maxwell, Monaco a toulalan, berbatov et carvalho. Si on veut que l'OM soit un concurrent sérieux non seulement en France mais dans les compétitions européennes, on a besoin de gars qui vont pouvoir être le relai de bielsa sur le terrain. Le match où on marche sur paris y a quelques années sous DD au vel, t'avais un joueur (me semble que c'est diawara) qui disait que lorsqu'il a vu lucho mettre un tampon à pastore il s'est dit, "ok là on rigole pas on y va ". C'est exactement ce qui nous a manqué cette année non seulement pour ne pas perdre dans les confrontations face aux gros mais aussi pour tenir le score alors que sur 3 matchs on menait.
Gulli Gulli
09 Mars 2015 à 21H04

Comme tu le dis, la carte jeunesse, ça amène une vraie valeur marchande à l'effectif, mais sans constance, tu n'en tireras jamais la pleine mesure. Acheter des mecs qui ont de la bouteille, pas forcément les meilleurs, mais ceux qui pourront faire comprendre aux minots qu'ils sont loin d'être les stars qu'ils pensent être.
el diablo el diablo
09 Mars 2015 à 20H55

@vascancehlos

À l'époque t'avais krykowiak (fuck l'orthographe) qui était accessible et qui avait déjà un romao dans chaque orteil mais bon, on a préféré investir sur romao, sougou et kadir. Merci josé encore.
Sinon je maintient que la priorité de l'année prochaine est de recruter des leaders. C'est ce qui manque cruellement à cette équipe, la carte jeunesse c'est bien mais t'as besoin de mecs d'expérience pour encadrer le tout, encore plus quand c'est des jeunes issus de la formation francaise dont la tendance à minimiser les efforts est bien connue. Pas un hasard si on est champion l'année ou lucho et heinze viennent ... et si on chute lourdement l'année où les deux partent.
Voir plus de commentairesVoir tous les commentaires