OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Meurtre de Bielsa : Tué par la Bielsamania ?

Le Mercredi 12 Août 2015 par

Meurtre de Bielsa : Tué par la Bielsamania ?
Depuis son arrivée à l'été 2014, Marcelo Bielsa, un personnage rare dans le foot business fascine sur la Canebière. Vous l'avez-vous aussi admiré ? Vous vous êtes laissé tenter par un produit dérivé à son effigie ? Dans ce cas, il se pourrait bien que vous ayez participé à son départ.
Du mal à suivre ? Une petite plongée dans l'univers sombre du "board de l'OM" et de sa réunion concoctée mercredi dernier s'impose...


En 2014, suite à la saison blanche sous les ordres de Baup et Anigo, la présidence de l'OM veut frapper un grand coup auprès de supporters dont la flamme s'éteint au fil des matchs. La direction - Vincent Labrune en tête - écoutent alors les supporters qui militent via les réseaux sociaux (sur Twitter le hashtag #MarceloBielsaAlOM) pour faire venir El Loco sur la Canebière. Le pari est osé, mais il finit par convaincre un Bielsa en congé sabbatique depuis son départ de Bilbao en 2013.

Président de l'OM depuis juin 2011, Vincent Labrune est affaibli. Critiqué de toute part, les supporters regrettent Pape Diouf. Pour un homme de comm', recruter un entraîneur si charismatique lui permettra à coup sûr de redorer son image. D'ailleurs, le recrutement d'El Loco en poche, Labrune ne se fait pas prier pour se tresser des lauriers, et arborer fier comme un paon ce fait d'arme. Le seul en trois ans.

Labrune est épaulé dans le club par des proches. Philippe Pérez en fait partie. Vincent Labrune c'est le fils adoptif de Robert-Louis Dreyfus (RLD). Un fils toujours là pour gérer les affaires en sous-mains mais qui ne veut jamais être en première ligne. Selon le journaliste David Garcia dans son ouvrage Histoire secrète de l'OM, c'est un "marionnettiste de talent, il préfère cent fois tirer les ficelles à l'abri de son protecteur du moment, Robert-Louis Dreyfus puis Margarita Louis-Dreyfus. Le pouvoir sans la responsabilité". Conseiller en communication de RLD, il devient également président du conseil de suveillance de l'OM de 2008 à 2011. Pour cela, RLD lui a forcé la main : "A toi d'y aller maintenant, je ne te laisse pas le choix". Par la suite il sera beaucoup moins courtois avec son ami Dassier qui déclarait après avoir été remplacé en 2011 par Labrune au poste de président de l'OM : "J'ai le sentiment d'avoir été traité comme un criminel, comme si j'avais tapé dans la caisse. Et j'ai été déçu qu'un copain, un intime, adopte une telle attitude à mon endroit".

Labrune entretient par ailleurs de très bons rapports avec la presse. Un brin charmeur, il sait se montrer persuasif quitte à parfois faire du chantâge. A l'image d'un François Hollande il affectionne tout particulièrement le "off". Cet Orléanais quadragénaire entretient avec la presse un rapport donnant-donnant : des articles lisses ou avantageux à son égard en échange d'interviews. En grand maître de comm' – il possède une entreprise de communication, VLB communication - qu'il est, le recrutement de Bielsa ne peut qu'être un bon point pour son image auprès des supporters. En outre, Bielsa devrait absorber la lumière et laisser Labrune dans cette ombre qu'il affectionne tant.

Le président de l'OM promet à Bielsa une certaine marge de manoeuvre sportive. Labrune qui adore pratiquer le poker tente un vrai coup en ne lui offrant pas ce qu'il avait laissé entendre. La réponse d'un Bielsa qui se revendique "plus carré qu'un allemand" ne tarde pas. Elle est sanglante. Un certain 4 septembre 2014, El Loco tacle à la gorge son président Vincent Labrune : "Je crois que le président m'a fait des promesses qu'il savait intenables [...] Aucun joueur n'est arrivé sur ma décision. J'ai proposé douze options et aucune ne s'est concrétisée". Bielsa appuie son propos en citant cette short-list parmi lesquels figurent Ocampos, Rekik et Manquillo.

Ce choix fait par Labrune se retourne donc contre lui. Sa relation avec Bielsa va s'en ressentir. El Loco prend une nouvelle dimension auprès des fans, alors que "Vince", une fois n'est pas coutume, prend du plomb dans l'aile. Bielsa commence à devenir dangereux. Pour autant Labrune avait-il le choix ? Aurait-il pu laisser Bielsa faire son marché sud-américain tranquillement ? C'est pas sûr tant il apparaît depuis l'ère Dreyfus et en particulier depuis l'ère Margarita qu'une stratégie se dessine. Le pouvoir doit être partagé entre les hommes.

Apparaît alors un prétexte tout trouvé, commode : c'est l'argument économique. Labrune serait là pour resserrer le verrou là où un Dassier s'est montré trop dépensier. Comprenez, Labrune doit garder un minimum de pouvoir au sein du secteur sporitf. Seulement voilà, une telle politique est difficilement compatible avec un homme comme Bielsa qui veut le domaine sportif à lui et à lui seul... Par ailleurs, n'en déplaise aux grands médias, le recrutement de 2015 n'est pas du 100% Bielsa. Trois noms figurent parmi sa short list de l'an passé certes, mais les autres ont été proposés par Labrune et approuvés par Bielsa. Enorme nuance. Le recrutement de De Guzmann alors que l'OM est sans entraîneur confirme cette volonté de garder le pouvoir sportif au sein de l'entourage Dreyfus et de continuer à manoeuvrer avec des agents amis.

En effet, Labrune exécute sans faire de vague les ordres de la propriétaire. "Sa grande force c'est qu'il fait ce que lui demande Margarita Louis Dreyfus, sans jamais s'écarter des objectifs fixés par l'actionnaire. Pas de luxe ostentatoire, pas de transfert dispendieux. Il reste vraiment à sa place, à l'inverse de ses prédécesseurs." poursuit Vincent Garcia. Voilà qui explique sans doute sa longévité. Homme de l'ombre il ne prend pas trop la lumière. Iintelligent il dit amen aux desideratas de la patronne quitte à ce que le foot passe après tout le reste...

Les bases ainsi posées, la réunion de mercredi dernier s'éclaircit quelque peu. Labrune fait du Labrune et envoie Pérez, son larbin, - accessoirement directeur général du club - à la réunion. Elément central : Pérez n'est pas apprécié de Bielsa, bien moins encore que Labrune. L'objectif de l'ancien directeur de communication de RLD est double. Il garde une image correcte auprès de Bielsa -"je ne regrette pas d'avoir fait ce que j'ai fait, car je l'ai fait avec beaucoup d'enthousiasme. J'étais très attiré par ce projet." dit Bielsa dans sa lettre d'adieu - et El Loco commence à se braquer en voyant Pérez associé à cet avocat de MLD dénommé Igor Levin.

Depuis 2009 et le décès de RLD, Levin apparaît comme par enchantement aux côté de MLD alors qu'il n'était qu'une vieille connaissance de RLD. Cet avocat, à la réputation véreuse est décrit comme suit par la journaliste Elsa Conesa dans son ouvrage “Margarita Louis-Dreyfus : enquête sur la fortune la plus secrète de France” : “Son caractère procédurier et entêté agace prodigieusement ses confrères. "Il est là pour créer des problèmes non-stop. Il raconte n'importe quoi juridiquement mais il va toujours dans le sens de Margarita”, persifle un de ses concurrents. (...) La rapidité avec laquelle il (Levin) est entré dans le premier cercle de ses conseillers reste une énigme. L'avocat venait parfois à Zurich du vivant de Robert mais Margarita le connaissait à peine et ne savait même pas qu'il était russe. Pourtant, dès l'été 2009, il est là, avec elle, quel que soit le sujet. Il assiste à toutes les réunions, travaille sur les contrats, écrit toutes les lettres. (...) Comme tous les avocats, Igor Levin flatte un peu sa paranoïa, en rajoute même, en pointant les dangers qu'elle n'aurait pas identifié.” 

Ce dernier, qui a par ailleurs été condamné aux Etats-Unis à 87 mois de prison en 2011 est donc passé maître dans l'art des contrats et de remuer la m*rde. Alors que toutes les parties étaient d'accord qu'"il ne manquait plus que la signature." des dires de Bielsa,Levin est l'homme providentiel pour tout faire capoter. La direction de l'OM ne peut que connaitre les risques de modifier un accord déjà établi pour l'homme de parole qu'est Bielsa.

D'ailleurs, Levin et Margarita partagent un autre fait d'arme. Margarita souhaite reprendre le groupe Louis Dreyfus aux mains de Jacques Veyrat. Levin va essayer par tous les moyens de chercher la petite bête dans les contrats d'intéressement de Veyrat. S'il dresse un portrait enjôleur de Margarita, l'article dans Le Monde.fr de Laurent Telo (]L'irrésistible ascencion de MLD) qui date de 2012 montre toutefois les relations proches qu'entretiennent Margarita et son délégué au sale boulot : "Elle veut débarquer Jacques Veyrat par tous les moyens. Elle prétexte des pauses pipi toutes les cinq minutes car elle n'a pu obtenir qu'Igor Levin soit assis à ses côtés. Alors, elle l'appelle pour débriefer les cinq minutes précédentes et préparer les suivantes." En 2010, elle remporte la bataille. Jacques Veyrat doit partir la queue entre les jambes. Margarita devient la tsarine du groupe Louis-Dreyfus.

Levin a donc un plan à exécuter. Machiavélique. Taper dans le contrat de Bielsa là où ça lui fait le plus mal : le sportif et la confiance. Il sembmerait en effet que l'avocat sulfureux ait dit à l'Argentin qu'il faudrait finalement faire sans l'enveloppe de 300 000€. Destinée à El Loco directement ? Que nenni ! Cette enveloppe aurait permis à Bielsa de construire une cellule de recrutement pour un développement du club sur le long terme. Levin veut aussi ajouter une clause à la reconduction du contrat de Bielsa pour la saison 2016-2017 : avoir fini dans les 4 premiers en 2015-2016. Un manque de confiance évident à l'adresse d'El Loco.

Pour faire capoter le contrat de Bielsa personne n'aurait pu trouver mieux. Le timing ? Pour le sportif, qui pourrait bien payer très cher ce départ après la première journée de L1 il est déplorable. En revanche, pour ceux qui voulaient voir Bielsa partir, il est juste parfait. C'est un coup de maître. Un départ dans ces conditions de Bielsa, c'est en effet l'assurance que les supporters à chaud jetteront la pierre sur le coach argentin. Au niveau des médias ? Certains sont proches de Vincent Labrune, la plupart ne peuvent pas supporter Bielsa. C'est couru d'avance, Bielsa va devenir ce "traître", ce "menteur", ce "voleur".

Il suffira ensuite pour le club d'agrémenter de quelques coups bien sentis envers Bielsa et le tour sera joué. Labrune qui à 3h43, comme s'il était en pleine insomnie suite au départ de Bielsa se retrouve "abasourdi". Le board de l'OM qui tacle les deux pieds en avant El Loco, ce "quelqu'un qui place ses intérêts personnels bien au-dessus de ceux de l'institution". Le board toujours : "L'Olympique de Marseille est animé par des valeurs uniques et possède une histoire suffisamment riche pour refuser de se soumettre à la loi d'un seul homme." la stratégie de vicitmisation du club et de Labrune est en cours. Elle n'est pas nouvelle.

Si beaucoup regrettent le comportement de Bielsa, qui a "menti" devant la presse jeudi dernier et donc devant les supporters de l'OM, il convient de faire preuve de recul. Bielsa avait selon des journalistes, sa lettre de démission à la conférence de jeudi. Il a dû hésiter, avant de se raviser. Mieux vaut épargner les joueurs pour qu'ils soient performants face à Caen s'est il dit sans doute, en grand professionnel. De même samedi soir, il attendait de faire l'annonce de sa démission à ses joueurs après la presse pour respecter le match en répondant aux questions qui y avaient trait. En effet, nul doute que s'il les avait prévenu avant, l'info' aurait finit par fuiter auprès des journalistes. D'ailleurs, si Bielsa souhaitait leur parler après la rencontre, ces derniers n'ont pas été retenus par la direction du club, et sont partis après avoir appris la nouvelle sur les réseaux sociaux. Si la manoeuvre de Bielsa peut paraître maladroite, elle s'inscrit dans la droiture du personnage. Ce dernier n'en n'a pas fait des tonnes pour remercier le public ? Il ne voulait certainement pas tomber dans la démogogie comme il l'a répété à maintes reprises. Mais au vu du personnage, il doit être aujourd'hui le premier à se désoler de cette situation.

Vous n'êtes toujours pas convaincu ? Pourquoi donc Labrune n'a-t-il pas donné suite à la proposition de Bielsa ("Si vous voulez que nous donnions une conférence de presse, je peux l'accompagner.") ? Cela aurait pourtant été l'occasion idéale pour Labrune de régler ses comptes avec Bielsa, s'il s'était senti un temps soit peu "abasourdi" par la réaction du coach. Au lieu de ça, Labrune préfère une fois de plus ne pas s'exposer. Ne dit-on pas que les absents-ont toujours tort ?

Pourquoi le board ne tente-t-il pas de poursuivre légalement Bielsa alors que celui-ci déclarait dans sa lettre "s'il y a des choses légales à voir avec mon départ, je vous assure être à votre disposition pour les résoudre de manière juste et je sollicite ma participation directe à ce sujet" ? Non, l'OM n'a pas communiqué sur le sujet. Non l'OM, n'a pas non plus discuté de ces choses-là en privé avec Bielsa au vu de la rapidité du départ de ce dernier. Oui, on est en droit de supposer que l'OM avait déjà anticipé un départ de Bielsa (dès mercredi).

Pourquoi avoir voulu virer Bielsa ? C'est la grande question. Une chose est sûre Margarita ne garde pas que le club pour les beaux yeux de son fils, Kyril. L'OM lui a permis de se faire un nom et des contacts dans le milieu des affaires. Il lui a permis de jouir d'une bonne image, celle d'une femme de pouvoir. On sait aussi que Labrune n'est pas que le président de l'OM. Dans Histoire secrète de l'OM, on découvre ainsi que "lors d'une réunion de l'Union des Clubs Professionnels de Football, il défend une position modérée dans la négociation des droits TV avec Canal +. Certains le soupçonnent de privilégier ses intérêts personnels au détriment de l'OM. La chaine cryptée est en effet cliente de sa société, VLB production. Et Labrune est très proche de Rodolphe Belmer, le directeur général du groupe Canal +. Le président de l'OM sursaute quand on soulève ce point." Bielsa fait-il de l'ombre à Labrune, cet homme si abordable, mais qui paraît-il parle de lui à la troisième personne ? Bielsa ce "fou" qui ne l'est pas, ce génie du foot qui veut de la transparence à tous les étages, cet homme qui a mis un peu d'ordre au siège Commanderie ne plaît peut être pas non plus des masses à MLD. Les agents de l'entourage Labrune-MLD restent solicités, on l'a encore vu lors du dernier mercato. Mais plus modestement. Remettre de l'ordre dans la maison ciel et blanche c'est certainement bénéfique pour le sportif, mais moins pour le business...

Il s'avère donc difficile de connaître la réelle motivation qui a poussé à virer Bielsa mais elle pourrait bien être liée aux gros sous et/ou à l'image. La gestion de l'OM est devenue désormais essentiellement financière : il faut être avant tout "dans les clous" et gérer l'OM comme une entreprise qui se doit d'être rentable. Dans ce cadre, les résultats sportifs sont bien accessoires. Sinon, comment expliquer toutes les ventes ces dernières années ? Aussi arrivons-en à la Bielsamania qui s'est développée naturellement. Vanter Bielsa c'est le rendre plus populaire. Par le principe des vases communicants, Labrune pense donc l'être moins. Idôlatré Bielsa laisse également MLD dans l'ombre.

Vincent Labrune et Margarita Louis-Dreyfus travaillent ensemble pour le groupe Louis-Dreyfus ou pour l'OM. Ils ont de très bonnes relations. Leur implication dans cette histoire ne peut donc qu'être liée. Qui avait le plus intérêt à ce que Bielsa parte ? Difficile à dire, en revanche la Bielsa mania avait pris semble-t-il de trop grosses proportions aux yeux de la direction Olympienne et ce, quitte à foutre une saison en l'air...

Réagissez

S'inscrire ou se connecter avec :
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour laisser un commentaire.

Nom d'utilisateur
Mot de passe
Se souvenir de moi ?
Minifurtz Minifurtz
24 Novembre 2016 à 16H53

Ca fait du bien de lire Pirouli qui remet souvent les choses à leur place.
Dettes différent de déficit, clause libératoire pas forcément égale au montant du transfert, la cohabitation difficilement envisageable entre Bielsa et Campos...
Pirouli Pirouli
23 Novembre 2016 à 20H41

Vous confondez dette et déficit. 200M€ de dettes c'est pas 200M€ de déficit, et à moins que le repreneur soit un fou furieux, tu mets pas 2 milliards pour racheter une entreprise qui perd de l'argent.

Ensuite, il aurait détourné 100M en dividende sans payer les taxes? La justice tranchera et ce n'est pas le 1er et ce n'est pas le dernier patron à le faire. RLD a été condamné pour ce genre de chose, pour des transferts douteux à l'OM il avait au moins l'honnêteté d'assumer ses conneries en mettant un peu des sous pour combler les trous. Lopez après son passage l'écurie a fermé ne se relevant pas de son passage.

Après si tu veux on peut parler du projet PSG qui n'avance pas et de sa disparition de la carte du football le jour où les qataris auront finis de faire joujou pour se faire bien voir et qu'ils auront fini de tout acheter en France.

Sinon pour revenir au sujet de Bielsa, il est idéologiquement incompatible avec Campos.
Shadow3105 Shadow3105
23 Novembre 2016 à 17H26

@Pirouli

Mc Court, c'est pas celui qui a laissé les Dodger's avec 200M de dettes ? Et éventuellement soupçonné de détournement de fond ?

A oui, c'est mieux
Pirouli Pirouli
23 Novembre 2016 à 17H19

Vous pensez vraiment que Bielsa il peut aller travailler avec Campos qui est marié à Doyen sport et qui ne prend des joueurs que pour faire des plus value? je vous rappelle que Bielsa a quitté l'OM car il s'est fait entuber par Labrune et Doyen sport.

Et Lopez si MLD n'a pas voulu lui vendre c'est qu'il voulait pas prendre en charge les futures merdes liées à la gestion MLD (prud'homme de Michel, mauvaise gestion etc.) et ne pas laisser 5% au fils MLD. Lopez c'est le type qui a coulé une écurie de F1 je vous rappelle.
okay63 okay63
23 Novembre 2016 à 17H12

j'attends de voir si cela est vrai ....
Toutefois ,je reste persuadé que le projet lopez était certainement nettement mieux que le projet mc court
forzaOMdu34 forzaOMdu34
23 Novembre 2016 à 16H50

ça me ferait mal au coeur... Je vais aller à Rosario lui expliquer qu'il ne peut pas nous faire ça. :)
Shadow3105 Shadow3105
23 Novembre 2016 à 14H56

Bielsa serait bel et bien proche de Lille selon Lequipe ...
Minifurtz Minifurtz
23 Octobre 2016 à 23H01

Mais même s'il les avait visité j'aurais eu du mal à y croire...
Pirouli Pirouli
22 Octobre 2016 à 17H31

Image pas, il n'ira pas, il n'a absolument pas visiter les installations
Minifurtz Minifurtz
22 Octobre 2016 à 12H28

Je n'imagine tellement pas Bielsa à Lille...
Voir plus de commentairesVoir tous les commentaires