OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

#MercatOM : Le bilan complet

Le Mardi 01 Septembre 2015 par

#MercatOM : Le bilan complet
Quelle intersaison bizarre ! Quelle agitation du côté de la traverse de la Martine cet été ! Alors que doutes, incertitudes et violents séismes ont émaillé l'été marseillais, au lendemain de la clôture du mercato, il est temps de dresser un premier bilan.
Le moins que l'on puisse dire est que la gestion de ce mercato n'a pas convaincu tout le monde. Il faut dire que le principal intéressé, Marcelo Bielsa, n'a pas précisément aidé Vincent Labrune à travailler dans la sérénité.


Ouvrons donc d'emblée sur le gros point noir de cet été : la démission surprise du coach titulaire, alors que la saison avait déjà repris (rappelons à toutes fins utiles que Marcelo Bielsa était bel et bien sous contrat avec le club lors de son départ ; en effet, s'il existait une clause de résiliation mutuelle à l'issue de la première saison, cette clause prenait contractuellement fin le 15 juillet 2015, soit avant la reprise des entraînements et des matches de préparation. N'ayant pas levé cette clause à la date limite et mieux ou pire, ayant supervisé ladite préparation, Marcelo Bielsa était donc de fait comme de droit engagé avec le club jusqu'au 16 mai 2016 inclus. Les négociations dont il s'est servi pour justifier sa défection ne portaient que sur la prolongation dudit contrat jusqu'à 2017, NdlR).
Si l'on peut exclure la défaite de cette soirée des motifs de cette décision brutale, et s'asseoir sur nos interrogations, le responsable de ce marasme s'étant soigneusement abstenu de s'exprimer à ce sujet et n'ayant d'ailleurs aucune intention de s'en expliquer, on peut en revanche en mesurer les conséquences : d'abord, un mercato totalement interrompu durant une quinzaine pourtant cruciale, aucun joueur ne pouvant décemment prendre le risque de s'engager tant qu'il subsistait un doute sur la direction sportive à venir.
Ensuite, des frustrations de la part des joueurs déjà arrivés et convaincus, précisément, par le projet mis en avant par Marcelo Bielsa (Rekik, Manquillo, Sarr, et dans une moindre mesure Lass' et Abou Diaby qui, plus expérimentés que les trois autres, sont sans doutes mieux armés pour "faire leur taff" quelles que soient les circonstances)
Ajoutons l'effet psychologique déplorable sur l'ensemble du groupe, y compris sur le coach intérimaire Franck Passi, personne n'ayant la moindre idée du temps que durerait la situation et par conséquent, s'il convenait ou non de s'attacher à prendre une direction plutôt qu'une autre.
D'autant que si les candidats ne manquaient pas, il n'était pas envisageable de recruter quelqu'un qui n'aurait pas eu l'état d'esprit et les compétences nécessaires pour poursuivre la révolution commencée par le coach à la glacière.

Par chance, si le club a pris son temps pour officialiser la chose, eu égard à la situation familiale de Michel (qui a perdu son père le jour même de son entretien avec le Président, NdlR), laissant du même coup enfler et dégonfler les rumeurs des plus fantaisistes aux plus alarmistes durant près de dix jours, l'OM tenait son entraîneur quatre jours seulement après le départ de Marcelo Bielsa.
Un coach qui n'aime rien tant que débarquer en sauveur des situations désespérées (Getafe, Olympiakos), qui adore travailler avec de jeunes recrues, pâte malléable qu'il peut modeler à sa guise, dont le goût du beau jeu, plus instinctif que celui du stakhanoviste Bielsa, mais lui aussi résolument tourné vers l'avant, s'inscrit à la fois dans la continuité de celui de son prédécesseur, et dans les attentes des supporters. Il ne faut pas non plus négliger sa capacité à communiquer que n'avait pas Bielsa ; polyglotte, l'homme qui n'a encore pas véritablement appris le français fait l'effort d'encourager ses troupes dans la langue de Molière, un geste sans doute apprécié dans le vestiaire. Il possède de plus cette séduction naturelle - VLB évoque même un véritable coup de foudre - et cette aisance qui plaisent aux media et qui lui ont valu d'être accueilli par les supporters avec un bel enthousiasme, sans que pèse cependant sur ses épaules la même pression que sur le coach à la glacière, les circonstances de son arrivée lui accordant le bénéfice de la patience.
Après avoir béatifié Marcelo Bielsa, il faudra cependant, quels que soient ses résultats, ne pas retomber dans les mêmes travers et éviter de déifier Michel ; n'oublions pas que, tout sauveur qu'il soit, toute sa carrière d'entraîneur est émaillée de conflits avec ses dirigeants et qu'il n'a jamais quitté aucun club en bons termes.

Côté marché des transferts proprement dit c'est, dans les discours des observateurs, la critique qui prime sur la satisfaction. Une critique parfois gratuite, souvent dictée par le doute, qui laisse en tous cas peu de place aux considérations objectives, celles des circonstances extérieures au club - la gourmandise coupable des clubs vendeurs, celle des agents des joueurs, les oursins dans les poches des clubs acheteurs, les dates limites - ou des impératifs internes dictés par la situation financière et les objectifs économiques fixés par l'actionnaire, la secousse tellurique provoquée par le départ du coach en exercice, les demandes du nouveau coach pas toujours en cohérence avec celles de son prédécesseur... et peut-être, ce qui fera l'objet d'un autre article et d'un autre débat, l'immixtion de la nébuleuse Doyen Sports dans les affaires de la L1.

Mais qu'en est-il exactement ?
Sur le plan comptable, l'OM a laissé partir 15 joueurs dont 5 en prêt, et a obtenu 52 M€ de ses transferts secs, dont 20 ont servi à combler le découvert ainsi qu'une somme indéterminée destinée à rembourser le reliquat du prêt et des intérêts de 8 M€ consenti par l'actionnaire à l'issue de la saison 2013-2014.
L'OM a enregistré dans le même temps 15 arrivées dont 5 en prêt pour un débours total de 15 M€ auxquels devront s'ajouter le montant des transferts d'ores-et-déjà actés de De Ceglie et Cabella à l'issue de la saison (les laisser partir reviendrait plus cher à l'OM que les acheter).

Bref, on se plaint du recrutement, et notamment du fait que les postes de Michy et de Mendy n'ont pas été doublés, que Lemina est parti sans assurance de pouvoir être remplacé, et que Ocampos, doublure putative de Cabella, n'est pas vraiment au point au poste de MOC. Soit.

C'est oublier un peu vite que De Ceglie est ARG de métier et également à l'aise comme ailier gauche de haut en bas du terrain, et que c'est également au poste d'ARG qu'évolue Gaël Andonian : si ce dernier joue principalement avec la réserve, il peut toujours assurer un remplacement en cas d'absolue nécessité.
Abou Diaby devrait pouvoir reprendre dès la fin de la mini-trêve le poste de Lemina en alternance avec Silva, voire De Ceglie. Mario Lemina, de toutes façons, n'est pas encore définitivement parti : la levée de son OA à la Juve est soumise, entre autres, à la décision de l'OM de lever celles d'Isla et De Ceglie à l'issue de la saison.
Cabella, en numéro 10, peut être supplée par Ocampos en cas de nécessité, mais surtout par Bouna Sarr, capable de jouer aussi bien dans l'axe que sur les deux ailes.
Si Michy est le seul AC de métier aguerri, il dispose tout de même d'une doublure correcte (Billel Omrani, quoique principalement réserviste, n'est pas précisément un débutant avec le groupe pro) et même, en cas de très gros coup dur, de Jérémy Porsan-Clemente : ce n'est effectivement pas une situation idéale, mais sauf erreur, VLB et Michel se sont mis d'accord pour tenter une nouvelle recrue au mois de janvier. Sauf grave blessure ou suspension lors d'un match décisif, il est peu probable que Michy ne parvienne pas à assumer son rôle pendant une demi-saison.

Rappelons à ce propos que si la recherche d'un AC était la priorité du club depuis l'ouverture du mercato, le départ brutal de Marcelo Bielsa a quelque peu chamboulé les plans, les négociations entreprises - et notamment la piste Vargas, très avancée - ont été purement et simplement rompues par les clubs vendeurs ou leurs agents. Rappelons aussi que de Turin à Toulouse en passant par Milan et Rosario, les différents présidents de clubs se sont livrés à une surenchère coupable... et inacceptable pour l'OM (on songe notamment à Wissem Ben Yedder, estimé par le club haut-garonnais à 10 M€ sans les primes, de quoi faire, au mieux, hausser les épaules). Rappelons enfin que Tottenham a brusquement et au dernier moment bloqué l'arrivée de Lamela (capable d'évoluer aussi bien comme ailier gauche que comme milieu offensif central, voire dépanner plus qu'utilement en pointe), sans véritable motif puisque tout était finalisé et le joueur, déjà en partance pour Marseille.

On se plaint aussi des départs de nombreux cadres, et notamment de la première vague de départs libres.

N'oublions pas que l'actionnaire avait fixé pour principal objectif une diminution drastique de la masse salariale, obligeant par conséquent le club à se débarrasser de ses plus gros salaires... donc de ses cadres. Lesquels, en dépit de leur parfaite connaissance de la situation financière du club, n'ont pas accepté de consentir le moindre effort sur ce plan-là. A l'exception de Jérémy Morel (qui savait que sur le plan sportif, il risquait de passer toute la saison sur le banc avec l'arrivée de Karim Rekik), c'est le cas de tous ceux qui sont partis libres alors que des négociations avaient été entreprises dès la saison précédente en vue de leur prolongation. C'est aussi le cas de ceux qui ont été vendus, on pense notamment à Dimitri Payet et Gianni Imbula, pour des sommes jugées par certains insuffisantes. On a lu ici ou là qu'il aurait été préférable d'attendre afin de faire monter les enchères. Mais outre le fait que le club ne pouvait se permettre d'attendre, ayant un impérieux besoin de liquidités pour combler le découvert avant le passage devant la DNCG d'une part, et pour opérer aux nécessaires recrutements d'autre part, jouer la montre est un pari souvent risqué : la plupart des clubs - du moins la majorité d'entre eux, dont les fonds ne sont pas illimités - préférant, lorsqu'ils ont le choix, se rabattre sur une certitude bon marché plutôt qu'une hypothèse hors de prix. Nonobstant les compétences de joueur de poker de Vincent Labrune, c'était un pari que ne pouvait se permettre de jouer l'Olympique de Marseille. Pas dans sa situation.

On se stupéfie également du nombre ahurissant de nouvelles recrues arrivées en prêt. C'est pourtant une technique qui a fait ses preuves dans plusieurs clubs européens et notamment les modèles portugais dont se réclament la plupart des intervenants les plus critiques : se constituer un banc de bonne ou très bonne qualité sans prendre un risque financier inconsidéré, en escomptant une bonne saison afin de pouvoir éventuellement lever l'option d'achat - lorsqu'elle existe. De plus, il n'y a pas tant d'arrivées que cela sous forme de prêt : cinq en comptant Rémy Cabella et De Ceglie, les trois autres étant Lucas Silva (sans OA), Javier Manquillo (dont l'option sera automatiquement levée, sauf gros accident de parcours) et Mauricio Isla.
Notons aussi l'apparition d'une nouvelle forme de prêt : pudiquement nommé "option d'achat obligatoire", ce qui est inepte puisque par définition, une option ne peut être assortie d'une obligation, il s'agit en fait d'un leasing, autrement dit, d'un achat à crédit. C'est le cas de Cabella et de De Ceglie, qui, pour le premier, ne sera d'ailleurs pas remplaçant, et qui seront quoi qu'il arrive, sauf dispositions spécifiques du contrat qui ne sont pas parvenues jusqu'à nous, tous deux marseillais la saison prochaîne.

Reste le "cas" Jacques-Alaixis Romao, qui ne satisfait personne. Il faut dire, avec tout le respect que l'on doit au togolais qu'à l'heure actuelle, personne ne veut de lui... à lui de me faire mentir, désormais.

En d'autres termes, malgré une situation compliquée par bien des impondérables dont certains n'étaient pas vraiment prévus au programme, Vincent Labrune est parvenu vaille que vaille à doubler et parfois à tripler chaque poste (exception faite du n°9, admettons), sans mettre l'équilibre financier du club en péril et même, en se ménageant une petite enveloppe d'avance en prévision du futur, tout en combinant à chaque ligne jeunes espoirs et joueurs expérimentés. Ce qui, compte tenu de ces impondérables évoqués plus haut, n'est pas une si mauvaise opération que d'aucun voudrait le croire.

Reste, bien-sûr, le plus gros du travail à accomplir, le travail du terrain. C'est la partie du coach, et avec un tel turn-over, il est bien évident que Michel aura du pain sur la planche, pour tirer de cet effectif enthousiasmant sur le papier, mais pas encore au point sur la pelouse, l'esprit de groupe nécessaire pour oublier au plus vite ce début de saison raté et entrer de plain-pied dans la compétition. Dans LES compétions, d'ailleurs, puisqu'il est évidemment hors de question de passer à côté de l'Europa League. Avec un peu moins d'internationaux dans ses rangs que les saisons précédentes, la mini-trêve tombe à point nommé pour l'OM et coach Michel : c'est le moment ou jamais de travailler le collectif, et de revenir en pleine bourre. l'OM a pris son temps, mais commencera véritablement sa saison lors de la 5ème journée avec la réception de Bastia. Démarrer lentement n'est pas toujours une mauvaise idée, les exemples de Monaco et Lyon la saison dernière l'ont prouvé. C'est désormais à Michel et à nos joueurs de montrer ce qu'ils ont dans le ventre !

Réagissez

S'inscrire ou se connecter avec :
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour laisser un commentaire.

Nom d'utilisateur
Mot de passe
Se souvenir de moi ?
forzaOMdu34 forzaOMdu34
01 Juillet 2016 à 23H33

Je t'ai fait une petite dédicace mon Pirouli. :mrgreen:

Je locke ce sujet, pour parler de la saison 2016/2017, c'est là que ça se passe ! ;)
Pirouli Pirouli
01 Juillet 2016 à 15H16

aujourd'hui c'est la reprise, et comme on a pas un joueur pour pas l'afficher devant toutes les télés du monde un huit clos a été décrété
forzaOMdu34 forzaOMdu34
01 Juillet 2016 à 12H29

Sid le met régulièrement à jour... Regarde par là ! :endente:
aslan aslan
01 Juillet 2016 à 10H27

je me pose une question avec tous les departs , notre equipe ,elle ressemblerai a quoi en ce moment ,ca doit faire flipper...dans les but??avant centre??? a nous la L2 :cry:
Samuel Massilia Samuel Massilia
20 Juin 2016 à 20H06

Les 10 leçons de la saison 2015/2016

Certains enseignements peuvent être tirés après un exercice 2015-2016 qui ne restera pas dans les mémoires et qui a été bien loin des objectifs du club, malgré une nouvelle participation à une finale de Coupe de France.
Mais pouvait-il en être autrement après le départ de Marcelo Bielsa à la fin de la 1ère journée et première défaite à domicile (0-1) ? 
A moins que l'argentin ait senti la saison galère qu'allaient vivre les olympiens...

Lire la suite : http://www.ohaime-passion.com/article_1804_les-10-lecons-de-la-saison-2015-2016.html
el diablo el diablo
19 Avril 2016 à 20H32

@vascancehlos

Ba c'etait les même qui ce foutai de la geule de Bielsa ,ou qui voyait le psg défoncer Manchester City...des "spécialistes" quoi :endente:

Au même niveau que le foot français...

Exactement ce que j'allais dire ...
vascancehlos vascancehlos
19 Avril 2016 à 20H30

@OMPanache

Ba c'etait les même qui ce foutai de la geule de Bielsa ,ou qui voyait le psg défoncer Manchester City...des "spécialistes" quoi :endente:

Au même niveau que le foot français...
OMPanache OMPanache
19 Avril 2016 à 20H00

Et tous les "spécialistes" se foutent de sa gueule :endente:
vascancehlos vascancehlos
19 Avril 2016 à 19H14

https://www.facebook.com/canalfootballc ... 7/?fref=nf

Guy Roux avait vu juste ,en Septembre il parlai de maintien pour l'OM.
vascancehlos vascancehlos
13 Avril 2016 à 17H24

OM : Un nouveau membre de l'organigramme donne sa démission !

La direction de l'OM aurait reçu, selon L'Equipe, une démission de la directrice financière Audrey Scarton, qui prendrait effet à la fin de la saison. Audrey Scarton, entendue en novembre 2014 dans le cadre de l'affaire des transferts douteux, se dit lassée et affectée par la saison calamiteuse de l'Olympique de Marseille.

Après la démission de Philippe Pérez (ancien directeur général de l'OM) début février, un autre membre de l'organigramme quitte un navire OM en perdition. Et si c'était tout sauf un hasard ?

http://www.footballclubdemarseille.fr/o ... ssion.html
Voir plus de commentairesVoir tous les commentaires