OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

OM - Gazélec Ajaccio : Le foot c'est...

Le Vendredi 11 Décembre 2015 par

OM - Gazélec Ajaccio : Le foot c'est...
Le foot c'est Platini, perdu dans ses millions. C'est aussi Benzema et Valbuena empêtrés dans une affaire où le grotesque le dispute au ridicule. C'est bien sûr l'Olympique de Marseille. Un OM 2015-2016 qui gagne souvent à l'extérieur en se montrant rarement convaincant tandis qu'il refuse obstinément de vaincre au Vélodrome. Le foot cette semaine c'est les Coupes d'Europe : bilan très moyen pour les clubs Français mais la France dépasse provisoirement le Portugal à l'indice UEFA. Mais le Portugal aura un club de plus en 8èmes et la Russie revient très fort en espérant mettre tout le monde d'accord. Le foot c'est demain, même si demain c'est loin : demain c'est l'Euro et avec ou sans Benzema, la France fera partie des grands favoris. Tirage au sort demain à 18h : le pays organisateur est dans le premier chapeau. Italie, République Tchèque et Turquie ? Ou Autriche, Hongrie et Islande ?

Loin de ces considérations essentielles, le foot c'est aussi le Gazélec Ajaccio. Un club qui jouait en National il y a deux ans avec un budget de 1.8M €. Ce que gagne Zlatan en un mois à peu près. Une chouette histoire pour un club qui a du soutien, et du mérite. Merci Wiki pour les infos historiques, retour vers le futur. Le club corse nait en 1960 de la fusion du Football Club d'Ajaccio et du Gazélec Ajaccio (club corpo GDF EDF, gaz + électricité = Gazélec !) ce qui donne le GFCA. La rivalité est bien établie avec l'AC Ajaccio qui joue à un niveau plus élevé dans les années 60-70. Mais le soutien populaire et les épopées en Coupe de France sont l'apanage du Gazélec. Le 10 Mars 1990 les Corses reçoivent le grand Olympique de Marseille. Pas celui de Labrune, Michel et Rolando, non. L'OM qui se présente ce soir-là aligne un 11 qui a fière allure : Huard, Thys, Mura, Sauzée, Amoros, Tigana, Deschamps, Germain, Francescoli, Papin, Waddle. Les Corses résistent vaillamment malgré un CSC et il faut un doublé de... Didier Deschamps pour que les Phocéens l'emportent 3-1. En 1992 le club Corse atteint les quarts de finale de la Coupe de France, seulement battu par le Monaco de Wenger, Ettorri, Petit, Dib, Djorkaeff et Georges Weah. (0-2).

En 1999 tout change et le Gazélec qui évolue en National va connaitre le meilleur et le pire, dans cet ordre. Le meilleur c'est une très bonne équipe avec le grand frère Olmeta et un fameux duo d'attaque Van Kets – Pagis. Le club Corse réalise un sprint final étourdissant et décroche une place pour l'ascenseur et la L2. Du moins c'est ce qu'on croit... Mais la LFP (ah la LFP !) ressort un vieil article de ses statuts et interdit au Gazélec de monter. Motif : une ville de moins de 100 000 habitants n'a pas le droit de posséder plusieurs clubs professionnels. Ce maudit article sera abrogé quelques mois plus tard mais le mal est fait. Le Gazélec reste en National, perd de nombreux joueurs et se retrouve en grosse difficulté financière : en 2001 la DNCG envoie le club en Division Honneur et menace de le dissoudre. Mais les supporters se mobilisent, manifestent devant la Préfecture... et le club peut finalement repartir en CFA.

Le club patine et évolue toujours en CFA en 2010-2011. Le décollage est proche : National en 2011-2012, Ligue 2 en 2012-2013 avant de retomber en National la saison suivante pour remonter immédiatement. L'ascenseur ne s'arrête pas là et le club marque l'histoire en décrochant un billet pour la L1 au printemps 2015. Le Gazélec avait pourtant le plus petit budget du championnat (4,5M d'euros, une somme dérisoire pour ce niveau).

Les débuts en L1 sont particulièrement laborieux et après 2 mois et demi de compétition, le club corse ne compte aucune victoire. Tout le monde du foot français se moque de ce club « pas au niveau » et qui aurait vocation à retourner en L2, voire plus bas. Oui mais le Gazélec a connu pire dans son histoire tourmentée et n'est certainement pas décidé à lâcher le morceau : Les papis (Ducourtioux, Bréchet, Pujol ont plus de 35 ans) font de la résistance et les Corses enchainent 4 victoires consécutives et récoltent 17 points en 7 matchs, un parcours digne d'un prétendant à l'Europe ! Le Gazélec est sorti de la zone rouge et peut envisager un maintien inimaginable il y a quelques semaines. L'OM a donc tout intérêt à se méfier quand il recevra les Corses dimanche à 17h au Vél. Le foot c'est surprenant parfois...

Gagnez vos places pour OM-Ajaccio en cliquant ici !