OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Caen - OM : Et maintenant, on va où ?

Le Dimanche 17 Janvier 2016 par

Caen - OM : Et maintenant, on va où ?
8 Août 2015. Premier match de la saison entre l'OM et Caen, au Vélodrome. A la clé une défaite 1-0 pour les Phocéens, punis car peu réalistes. Bielsa était sur le banc, Sparagna, Lemina, Thauvin étaient titulaires. C'était hier, c'était il y a une éternité. Depuis l'OM ne gagne toujours pas au Vél mais joue désormais affreusement mal. La qualité (le mot est mal choisi...) de jeu n'avait pas été aussi abominable depuis très très longtemps. Le club est à la dérive, les dirigeants sont absents ou gesticulent de façon grotesque, l'entraineur est dépassé par les événements et les joueurs, à quelques exceptions près, semblent apathiques, résignés, sans énergie ni idée. Les supporters sont dégoûtés mais pas (encore ?) révoltés. Comment en est-on arrivé là ?

Perdre le premier match officiel de sa saison, c'est embêtant mais pas dramatique. Perdre dans la foulée, pendant une conférence de presse d'après match incroyable, son entraîneur démissionnaire c'est déjà plus ennuyeux. Quand cet entraîneur avait réussi pendant un an à refaire rêver le Vélodrome, à mettre en place un jeu offensif et spectaculaire, le tout avec une personnalité hors norme, attachante et entière... là c'est carrément la cata. Bielsa est parti, accusant les dirigeants de ne pas avoir respecté leurs promesses. Labrune s'est déclaré stupéfait à l'époque. Mais il avait parlé avec Michel avant la démission de Bielsa... L'effectif s'étant affaibli lors de l'intersaison gérée de main de maitre par nos dirigeants (départs libres de Gignac, Ayew, Morel et Fanni, vente au rabais de Payet etc) le principal espoir d'une bonne saison reposait sur le coach. Lui parti...

Si l'actionnaire du club est décidément aux abonnés absents (à ce stade ce n'est plus de la désinvolture c'est le mépris le plus laid qui soit), Labrune ne se démonte pas. Il se lance dans une comm de crise, met tous les torts sur le dos de Bielsa et réaffirme ses grandes ambitions pour la saison en présentant son nouvel entraineur, Michel. Michel... fut un très bon joueur, membre dans les années 80-90 de la fameuse « Quinta del Buitre » du Real Madrid avec Butragueno, Pardea, Sanchis et Matin Vasquez (ce dernier fera un passage éclair à l'OM en 1992). Michel ne sera jamais un grand entraineur. Le bilan est éloquent : avec la réserve du Real il connait la descente, à Getafe son passage est mitigé (une saison 6ème, la suivante 16ème), à Séville il est licencié moins d'un an après son arrivée. Il sera champion de Grèce avec l'Olympiakos mais est-ce un exploit ? Une référence suffisante pour entrainer l'Olympique de Marseille ? (Oui ce club est une institution, n'en déplaise aux Labrune et autres incompétents qui la trahissent chaque jour un peu plus par leur arrogante bêtise). Depuis son arrivée, le bilan est très mauvais au niveau du jeu (les purges succèdent aux purges et regarder l'OM a rarement été aussi pénible) et des résultats.

Les résultats, parlons-en ! Pendant longtemps, niant l'évidence, Michel, Labrune et certains joueurs se sont cachés en disant « l'OM est encore en lice dans 4 compétitions ce qui est beaucoup mieux que l'an dernier ». Ce n'est plus le cas et cette excuse ridicule ne doit plus être avancée. Supporter des matchs ennuyeux à mourir et médiocres c'est une chose, être pris pour des imbécile en est une autre. En championnat l'OM occupe la 11ème place (alors que cette année le niveau est franchement médiocre, exception faite du PSG) avec 6 points d'avance sur la relégation et moins de la moitié du nombre de points du leader. En coupe d'Europe ? Après être sorti très laborieusement d'une poule composée des terribles équipe de Braga, Liberec et Groningen, le club olympien affrontera Bilbao en 16èmes de finale de la Ligue Europa. On ne part pas exactement favori... Les coupes nationales ? La Coupe de la Ligue est un souvenir après l'élimination à Toulouse mercredi dernier (oui, Toulouse qui est 18ème de 1 et serait relégué si la saison s'arrêtait là). En Coupe de France le premier tour a été franchi aux forceps avec une qualif aux tirs aux buts à Caen, merci Mandanda. Les plus optimistes qualifieront ce bilan général de très moyen voire mauvais. Les autres diront pire.

5 mois après le match aller du 8 Août et deux semaines après la qualif arrachée en terre Normande, l'OM se déplace à nouveau à Caen dimanche soir. Les Normands font une belle saison et squattent le top 5 alors qu'on leur promettait de lutter pour le maintien. Si Ocampos (pas grave hein), Mendy et Alessandrini sont toujours out, Michel récupère Dja djé-djé, Cabella et Barrada. Si Diaby joue un jour avec l'OM ça ne sera pas dimanche soir. Quelque soit le résultat, la colère ressentie envers Labrune et Michel ne s'apaisera pas. L'OM est un bateau ivre sans personne aux commandes et une éventuelle victoire ne suffira pas à éluder cette question centrale, que l'on se pose depuis 5 ans et l'arrivée de Labrune au poste de Président : Et maintenant, on va où ? (Rien à voir avec l'excellent film du même nom, sorti en 2011).