OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Trelissac 0-2 OM
L'OM ira en car !

Le Vendredi 12 Février 2016 par

Olympique de Marseille
Je sais, elle est facile, et usée jusqu'à la corde. Mais en même temps, cet OM mérite-t-il vraiment de se déplacer en jet privé ? Bref, l'OM a gagné sans forcer son talent son billet pour le quart de finale de Coupe de France, face à un adversaire qui a tout donné mais ne pouvait pas plus, et qui aurait mérité au moins de ne pas repartir fanny vu le peu d'enthousiasme qui a été opposée à sa belle mentalité.

Car ne nous voilons pas la face, cette victoire ne peut dissimuler la faiblesse intrinsèque de l'Olympique de Marseille version 2015-16 : son arrogance. Sa fâcheuse tendance à prendre de haut tous ceux de ses adversaires réputés moins costauds sur le papier, quitte à se déchirer face aux rares cadors auxquels il lui faut heureusement, quelquefois, se mesurer.

Quelle que soit l'opposition, quel que soit l'enjeu, on n'a pas le droit de marcher pendant quatre-vingts minutes. On n'a pas le droit de laisser son adversaire faire le jeu au risque de se prendre un pion casquette, et encore moins lui laisser croire qu'il a la moindre chance de l'emporter si l'on est d'emblée convaincu du contraire. Ce n'est respectueux ni de l'adversaire, ni des supporters, ni de soi-même !

C'est pourtant exactement l'image déplorable qu'a, une fois de plus, donnée à voir l'OM ce soir à Chaban.

On passera sur les errements de Paolo De Ceglie, on commence à y être habitués. Toute la question qu'il convient de se poser à son sujet désormais est : quand se décidera-t-il enfin à assumer pleinement sa vocation de DJ ? parce qu'ambiancer le vestiaire et créer une bonne atmosphère, c'est bien, mais quand on prétend être un joueur de foot professionnel, jouer au foot quand on entre sur un terrain, c'est mieux.
On essaiera aussi d'oublier l'affligeante prestation d'Isla, très à son aise quand il est en binôme avec Lass', mais totalement à la rue dès qu'il est aligné avec quelqu'un d'autre.

Résumé :

Les onze joueurs de Trélissac sont seuls sur le terrain durant une petite demi-heure et en profitent pour s'approcher sans être inquiétés des buts de Mandanda à plusieurs reprises, notamment grâce à Cavaniol qui fait à peu près tout ce qu'il veut. Sans un Steve vigilant dès l'entame, les Aquitains auraient eu largement la place d'inscrire un ou deux pions, tranquillou-bilou !

L'OM se décide enfin à entrer en jeu à la 26ème minute, s'échauffe pendant un gros quart d'heure histoire de se mettre en jambes, et abuse de sa supériorité indiscutable sur les amateurs pour ouvrir le score par Alessandrini, bien servi par un Fletcher inspiré.

TFC 0-1 OM (34ème)

Après quoi, c'est la pause.

Si la première période a proposé quelques phases de jeu intéressantes malgré tout, ce n'est pas le cas de la seconde. Il ne se passe strictement rien. Les deux équipes s'observent en chien de faïence, l'essentiel se résume à une compétition de passe à dix au milieu de terrain. Trélissac tente quelques percées, mais est rapidement renvoyé à ses chères études par des Olympiens plus soucieux de conserver le score que d'essayer de l'aggraver.

On s'ennuierait franchement sans Mondingus ! Sans faire le show comme ses prédécesseurs Barton ou Waddle ont pu s'y amuser en d'autres temps, l'Ecossais Fletcher se révèle, pour sa première titularisation, le seul joueur convaincant de la soirée côté olympien.
Présent dans les bons coups, toujours bien placé, appliqué, généreux de sa personne, déjà auteur de la passe décisive en première mi-temps, il est logiquement récompensé de son implication en parvenant à faire mouche en deux temps, sa précédente tentative ayant été repoussée in extremis en corner une minute plus tôt.

TFC 0-2 OM (86ème)

Le fighting spirit britannique a parlé ! Mais en face, il ne s'agissait, sommes toutes, que d'une CFA qui avait de surcroît la rude tâche de remonter un handicap d'un but. On attend évidemment de oir ce que donnera le garçon face à de plus gros morceaux, en L1 et en Europa League.
Mais son envie de bien faire et son très bon sens du placement sont en tous cas les choses les plus plaisantes à retenir de ce match assez ennuyeux.

L'OM a assuré l'essentiel en se qualifiant pour le tour suivant, mais une fois de plus, sans la manière. Ça devient légèrement lassant...


Réagir sur Facebook

La rencontre
Trelissac - Marseille
Coupe de France - 1/8
Jeu 11/02 à 21H00/2016
Feuille de match