OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

OM - Paris
La Coupe ou le néant !

Le Vendredi 20 Mai 2016 par

Olympique de Marseille
Ce samedi sur les coups de 21h, les joueurs de Franck Passi fouleront la pelouse du stade de France dans le but affiché de sauver ce qui peut encore l'être d'une saison cauchemardesque débutée par le départ inattendu de Marcelo Bielsa. En quoi ce classique face au PSG est-il décisif pour l'OM et ses supporters ?

Cette 99ème finale de coupe de France opposera les deux clubs les plus titrés dans cette compétition : l'OM et le PSG. Le club Marseillais a soulevé la coupe à dix reprises soit une de plus que son homologue Parisien. Il s'agira ainsi pour l'OM d'empêcher les Parisiens de leur revenir à hauteur. Mieux, de mettre fin à ces 27 ans de disette sans cette coupe nationale, la vraie, l'unique. La tâche ne devrait pas être aisée tant le PSG, malgré son élimination prématurée en Champion's League a régné sur la L1 cette saison (96 points).

Cependant, si sur le papier l'affiche paraît déséquilibrée surtout lorsque l'on sait qu'Ibra aura à cœur de briller une dernière fois sous les couleurs parisiennes, l'OM affiche certains arguments. Tout d'abord, c'est face au PSG que l'OM a certainement été le plus à la hauteur en terme de jeu et d'envie. Malgré deux courtes défaites, les coéquipiers de Steve Mandanda ont comme rarement durant la saison montré qu'ils pouvaient avoir le niveau face à une forte opposition. Mieux, ils ont même bousculé les Parisiens et globalement dominé ces 180 minutes.

Le second argument de poids est sans nul doute celui de l'ambiance au stade. Les 19 000 places mises à disposition par la FFF à l'OM se sont vendues comme des petits pains. Mais le nombre de supporters de l'OM présents devrait plutôt être autour des 35 000. Bref, malgré une saison pour la moins difficile, les supporters devraient répondre une nouvelle fois présent. Notons que quasiment la moitié du contingent de supporters proviendra des différentes sections des groupes de supporters et non de Marseille directement, preuve s'il en est du dégoût et du fossé qui s'est créé dernièrement entre les supporters d'une part, les joueurs et leurs piteuses prestations à domicile - 3 victoires en 19 matchs de championnat - de l'autre. En outre, il y a fort à parier que les supporters soient une nouvelle fois vindicatifs face à la direction du club. La mise sous escorte policière de Vincent Labrune atteste de la crainte du club à l'égard d'éventuels débordement des supporters marseillais à l'encontre du président du club. Le choix scandaleux opéré par la direction consistant à ne pas financer le tifo du virage Marseillais pour la finale atteste des conflictualités fortes entre les deux parties.

Un autre motif d'espoir peut provenir du fait que du côté de l'OM aussi de nombreux cadres (Mandanda, Nkoulou, etc.. ) disputeront leurs dernières minutes sous les couleurs Phocéennes et auront à cœur de ramener un dernier trophée sur le Vieux Port histoire de repartir le cœur plus léger. Steve Mandanda, capitaine sans qui la saison aurait pu s'achever sur une descente en L2 symbolisera certainement cette détermination alors qu'il disputera là son 22ème Clasico. Ce sera également la dernière chance de se montrer à leur avantage pour les joueurs qui veulent quitter le navire Olympien. De plus, Franck Passi, qui reste invaincu depuis qu'il a repris les rênes de l'équipe (3 victoires, 2 nuls) aura bien évidemment à cœur de poursuivre cette belle série lui qui rêve de prolonger l'aventure la saison prochaine. Pour cette rencontre capitale, il pourra compter sur la quasi totalité de son effectif hormis Diaby blessé, et De Ceglie et Lucas Silva que l'on qualifiera gentiment de décevants au cours de la saison. Le 4-4-2 qu'il a mis en place depuis la victoire à Sochaux en demi-finale de cette même coupe sera reconduit. Nkoudou qui a repris l'entrainement collectif mardi, devrait être trop juste pour débuter. L'animation offensive pourrait être la suivante : Thauvin et Alessandrini sur les ailes, Batshuayi en 9 et le Fletcher buteur à Troyes samedi dernier en électron libre autour du Belge.

L'enjeu que représente cette finale pour l'OM est sans doute aussi gage d'espoir. Outre le fait qu'il faille mettre fin à cette malédiction des finales de coupe de France perdues (face à Monaco en 1991, Paris en 2006, Sochaux en 2007), une victoire dans cette coupe offrirait un ticket inespéré en Europa League. Une qualification directe qui permettrait certainement de retenir certains joueurs, d'en attirer d'autres alors que le flou artistique est à son comble quant à l'avenir du club. A fortiori, la participation en coupe d'Europe ne peut qu'être vue d'un bon œil de la part d'éventuels investisseurs.

Bien que l'opposition sera solide face à un PSG qui lui aussi veut se rattraper après ses désillusions en coupe d'Europe, l'OM a les armes pour contrarier les plans de Laurent Blanc. Il s'agit en effet de ne pas tomber dans un défaitisme ambiant destructeur, mais de croire en ses forces ; parce que les joueurs des deux camps ont deux jambes et deux bras. Parce que c'est une véritable marée bleue et blanche qui va envahir le Stade de France. Parce qu'avec de l'envie doublée d'intensité, de concentration et de conviction de grandes choses peuvent être accomplies. Parce que la coupe de France c'est la fête du football hexagonal amateur comme professionnel. Parce qu'il s'agira tout simplement de lutter et de finir par vaincre. Parce que sans cette coupe, cette saison pourra se résumer au néant (bien que le néant soit moins lisse que cette saison catastrophique).