OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

#Féminines : Un match pour avancer !

Le Samedi 15 Octobre 2016 par

#Féminines : Un match pour avancer !
Ce soir au stade Parsemain d'Istres, les féminines de l'Olympique de Marseille affrontent l'Olympique Lyonnais, l'une des meilleures formations européennes. La soirée s'annonce compliquée mais peu importe le résultat, il s'agira d'un nouveau match pour avancer.

Match nul à Bordeaux suivi de 3 défaites contre le PSG, Montpellier et Soyaux, les joueuses de l'Olympique de Marseille ont du mal à débuter, la marche semble haute même si la fierté de ce groupe pourrait leur permettre de se maintenir dans cette saison de découverte.

Mais elles peuvent compter sur un Homme avec qui elles ont traversé depuis le début, une aventure folle et passionnante. Christophe Parra reste le "Papa" de ses féminines qui ne font que progresser d'année en année. Les divisions ont été surmontés sans pratiquement aucune embuche et qui aujourd'hui, leur permet d'évoluer en D1.

L'honneur et l'amour du maillot devraient être représentés comme il se doit par les wOMens même si la chance de prendre un point est minime. Un match entre une équipe qui découvre le championnat contre l'autre qui la survole chaque année. Un match pour avancer et pour progresser même si impossible n'est pas Marseillais !

Allez les Filles !!!

Rencontre diffusé sur France 4 et Eurosport 2 à partir de 18h35

Visitez La Boutique des Supporters de l'OM, soyez Massalia Spirit !

Réagissez

S'inscrire ou se connecter avec :
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour laisser un commentaire.

Nom d'utilisateur
Mot de passe
Se souvenir de moi ?
Samuel Massilia Samuel Massilia
26 Novembre 2016 à 16H05

#Féminines : 14 olympiennes pour le derby !

Dans le cadre de la 8ème journée de DH féminine, Jérôme Santucci a convoqué un groupe de 14 joueuses.

Voir le groupe : http://www.ohaime-passion.com/fil-info_8369_feminines-14-olympiennes-pour-le-derby.html
forzaOMdu34 forzaOMdu34
23 Novembre 2016 à 01H27

@OMP
Samuel Massilia Samuel Massilia
19 Novembre 2016 à 15H17

#Féminines : 16 olympiennes contre Juvisy !

Demain après-midi, avant les hommes, les féminines de l'Olympique de Marseille vont recevoir à 14h30 la formation de Juvisy dans le cadre de la 8ème journée de D1 féminine.

Voir le groupe : http://www.ohaime-passion.com/fil-info_8323_feminines-16-olympiennes-contre-juvisy.html
Samuel Massilia Samuel Massilia
15 Octobre 2016 à 11H28

#Féminines : Eyraud présent ?

Rendez-vous important pour les joueuses de Christophe Parra ce soir à Istres pour la réception des Lyonnaises. Une rencontre qui pourrait être suivie sous l'exil attentif du futur président Marseillais, Jacques-Henri Eyraud.

Lire la suite : http://www.ohaime-passion.com/fil-info_8165_feminines-eyraud-present.html
Samuel Massilia Samuel Massilia
15 Octobre 2016 à 08H52

#Féminines : Un match pour avancer !

Ce soir au stade Parsemain d'Istres, les féminines de l'Olympique de Marseille affrontent l'Olympique Lyonnais, l'une des meilleures formations européennes. La soirée s'annonce compliquée mais peu importe le résultat, il s'agira d'un nouveau match pour avancer.

Lire la suite : http://www.ohaime-passion.com/article_1875_feminines-un-match-pour-avancer.html
forzaOMdu34 forzaOMdu34
15 Octobre 2016 à 02H24

Allez les filles ! Une première victoire en D1 pour l'OM... face à Lyon, qui dit mieux ? :D
Samuel Massilia Samuel Massilia
14 Octobre 2016 à 20H46

#Féminines : Le groupe Lyonnais !

Pour le compte de la 5ème journée de D1 Féminine, les joueuses de Christophe Parra affronteront l'Olympique Lyonnais au stade Parsemain d'Istres. Le groupe Lyonnais est désormais connu.

Voir le groupe : http://www.ohaime-passion.com/fil-info_8162_feminines-le-groupe-lyonnais.html
Samuel Massilia Samuel Massilia
14 Octobre 2016 à 20H40

#Féminines : Le groupe Marseillais !

Pour le compte de la 5ème journée de D1 Féminine, les joueuses de Christophe Parra affronteront l'Olympique Lyonnais au stade Parsemain d'Istres. Le groupe est désormais connu.

Voir le groupe : http://www.ohaime-passion.com/fil-info_8161_feminines-le-groupe-marseillais.html
Samuel Massilia Samuel Massilia
06 Octobre 2016 à 13H54

#Féminines : Bientôt au Vélodrome ?

Les joueuses de Christophe Parra pourraient évoluer au stade Vélodrome. Une bonne information pour les wOMens qui aurait l'occasion de disputer leur rencontre devant un public plus large.

Lire la suite :http://www.ohaime-passion.com/fil-info_8145_feminines-bientot-au-velodrome.html
vascancehlos vascancehlos
04 Octobre 2016 à 19H11

Zéro pointé à l'organisation du match OM-MHSC – OLYMPIENNES ET MARSEILLAISES ostracisé.

Au-delà de la lourde, mais logique, défaite des Olympiennes ce dimanche devant Montpellier, la rencontre aura été marquée par un accueil complètement raté – pire même, scandaleux – de la part de l'OM envers le public payant, au premier rang duquel ses supporters. Et OLYMPIENNES ET MARSEILLAISES a été clairement ostracisé par le club d'une manière que nous ne pouvons que condamner avec la plus grande fermeté. Explications :

Un réel mépris envers les supporters

Ce premier match à domicile en D1 de l'Histoire de l'OM féminin devait être une fête pour tous les supporters des Olympiennes, à commencer par ceux qui sacrifient leur temps et leur argent à suivre leur équipe sur tous les terrains de France, jusqu'à Bordeaux et Paris cette saison.

Nous avons toujours dit que le stade Roger-Lebert ne pourrait pas répondre aux exigences de la D1, sans pour autant méconnaître le problème compliqué des stades à Marseille. Nous étions loin d'imaginer ce qui se passerait ce dimanche...

L'OM avait donc décidé d'instaurer un prix d'entrée à 5 euros. Rien à dire, nous sommes en D1. On s'étonna de voir sur les billets la mention « debout » (sans autre choix) puisque le stade ne comprend qu'une tribune. Nous nous sommes dit que puisque cette tribune n'est composée que de gradins en béton (pas de sièges), peut-être que cette mention se voulait quelque part légale, répondant à une quelconque exigence, ces gradins ne pouvant être considérés comme de vraies places assises. C'était le cas autrefois dans les stades avec tribunes « populaires ».

Mais non... Nous allions comprendre en arrivant au stade... En fait, la tribune de 250 places était réservée aux invitations pour divers VIP, les familles et amies de joueuses (très élargies, si l'on en juge pour certaines Montpelliéraines), et aux bons copains des copains, la presse officielle se résumant à quatre personnes en « tribune de presse ».
Et les supporters qui avaient payé leur place ? « Désolé, allez voir en face, de l'autre côté du terrain, c'est là la place que vous avez achetée... ».
En face ? Un terrain vague, à bosses et ornières, envahi par les mauvaises herbes en fleurs tout le long du grillage de séparation, colonisé par les mouches et les abeilles qu'il fallait chasser sans interruption, et en plein soleil pendant une heure et demie. Pour la visibilité, n'oubliez pas d'enlever toute la partie centrale où la vue sur le terrain était complètement bouchée par les auvents des bancs de touche...

Un endroit juste infâme, indigne du plus petit club de D2. Même le mythique stade de La Véore-Montoison était plus accueillant en D2 avec meilleure vue sur le terrain. Et si par malheur il avait plu, nous y aurions été embourbés en moins de deux. Un véritable scandale. Une honte ! Et avoir fait payer pour ça est juste inqualifiable... Pendant ce temps, pour deux petits euros de plus, vous pouviez être confortablement assis au Vélodrome en train de suivre un match au sommet du Top 14 de Rugby... De plus, RIEN ne signalait sur les billets que leurs détenteurs seraient refoulés de la tribune. Qu'on en juge sur les photos ci-dessous. Nulle part n'est signalé que la zone derrière le banc de touche était celle où l'acheteur du billet serait envoyé. Elle n'apparait pas le moins du monde comme une zone publique existante. On peut donc dire que ces billets ont été vendus avec tromperie sur la marchandise. Appelons un chat, un chat : une escroquerie.

Un vent de colère anima le public qui y était envoyé. Un responsable du club dont nous n'avons pas vraiment saisi la fonction officielle, mais qui gérait l'accueil, sourire de contrition et discours de communication aux lèvres (« Je ne suis que depuis un mois au club »), tenta d'expliquer plus piteusement qu'autre chose, que « nous débutons, nous faisons notre apprentissage », tandis que des stadiers ne se privaient pas d'ironiser en aparté sur « l'organisation ».
Mais de qui se moque-t-on ? La montée en D1 est actée depuis le mois d'avril dernier et planifiée depuis bien plus longtemps encore...
Devant les multiples protestations, promesse fut lancée que s'il restait des places libres en tribune dix minutes avant le match, les quelques-uns que nous étions à être arrivés les premiers au stade pourraient y accéder...

OLYMPIENNES ET MARSEILLAISES ostracisé.

À l'heure dite, nous nous représentâmes. Après de nouveaux conciliabules et protestations, il fut décidé que les « fidèles supporters, ceux qui suivent l'équipe » (sic) selon les mots de l'intendant de la section féminine, pourraient entrer. Nous étions une dizaine à cet instant au premier rang du « check-point » d'accès à la tribune, un check-point composé de.... deux gros containers poubelles. Très classe, et révélateur de l'improvisation totale ! Quelques fidèles supporters furent bel et bien choisis, désignés du doigt (« Lui, lui, lui... ), ainsi que quelques parfaits inconnus que nous n'avons jamais vu nulle part, mais catalogués du coup « fidèles supporters »... au détriment du directeur d'OLYMPIENNES ET MARSEILLAISES, très visiblement et délibérément ignoré... alors que nous sommes naturellement parfaitement connus par le staff de l'OM présent sur le lieu.

Qu'attendaient-ils ? Que nous levions la main en suppliant : « Moi, Monsieur, s'il vous plaît, vous me reconnaissez, hein ? Je suis un bon élève ! S'il vous plaît... » ?
Lorsque nous protestâmes auprès du responsable précité, il refusa de nous laisser entrer – alors que la tribune était définitivement loin d'être pleine (voir photo ci-dessous) –, arguant qu'il n'en avait pas le pouvoir, celui-ci incombant au « responsable de la communication. » Il opposa une fin de non-recevoir à notre demande de connaître le nom de celui-ci, malgré notre insistance. Bel exemple de communication, du reste. L'OM a-t-il désormais un organigramme secret ou non officiel ? On pourrait presque le croire.

Une franche ironie.

Il faut aussi préciser que l'OM avait refusé d'accréditer « presse » OLYMPIENNES ET MARSEILLAISES pour ce match (et tous ceux à venir à domicile) sous prétexte d'application d'une convention Média-Presse FFF-UJSF inapplicable [il existe un vide juridique concernant le football féminin en dehors de l'équipe nationale] et surtout totalement inadaptée à la culture et l'histoire de la discipline (championnat amateur, prédominance du bénévolat, notamment dans les médias spécialisés, d'où absence de cartes de presse, mais tolérance systématique pour les accès presse).

Ce refus a été fait à l'inverse d'autres grands clubs comme le PSG ou les Girondins de Bordeaux qui, eux, semblent avoir mieux compris l'intérêt de permettre à ceux qui travaillent réellement à la promotion du football féminin de pouvoir poursuivre leur tâche visant au développement de la discipline. Nous pourrions y ajouter les clubs de l'OL, du MHSC, Juvisy, Soyaux, Albi, Rodez, etc. qui eux aussi facilitent le travail de bénévoles passionnés. Le football féminin est encore un microcosme qui a besoin que tout le monde tire dans le même sens, et c'est pourquoi l'intelligence parle partout. Sauf, apparemment, à l'OM.
N'est-il pas ironique de voir ce PSG ou ces Girondins mieux traiter le site qui suit exclusivement les filles de l'OM depuis près de quatre saisons en l'accréditant sans le moindre problème, que l'OM lui-même ?
L'OM, premier concerné par notre site (en est-ce aujourd'hui la véritable raison ?), ne le reconnaît pas. Ou plus. Arguant désormais de cette Convention entrée en pratique le 31 janvier 2014 et qui n'avait pourtant jamais gêné le club pour nous laisser accéder au terrain en photographe-presse jusqu'au mois d'avril dernier, « tolérance » dont nous lui avons toujours été reconnaissants, mais – répétons-le encore une fois – qui n'avait rien d'exceptionnel en football féminin. Nous ne demandons à présent qu'un accès « presse » en tribune, avec accès à la zone mixte afin de pouvoir poursuivre notre travail dans les meilleures conditions et informer notre public, comme nous avons pu le faire au Camp des Loges, à Paris.
Si nous n'étions aussi déçus de la manière dont notre club – à moins qu'il ne s'agisse que de certaines personnes – cherche aujourd'hui, et très visiblement, à nous mettre des bâtons dans les roues, venant après plusieurs procès d'intention depuis un an, et une très inamicale et surréaliste mise en demeure de 11 pages en avril dernier – véritable coup de poignard dans le dos – nous nous amuserions bien volontiers de ce paradoxe.
Et nous sommes obligés de poser la question : en quoi ou qui gêne-t-on ? Nous n'avons jamais pratiqué d'attaque personnelle contre quiconque, les – rarissimes – critiques émises en public n'ont concerné que des détails de jeu. Il est vrai qu'en privé nous avions exprimé notre désaccord pour la manière dont le site officiel avait délibérément oublié de signaler et saluer les départs de certaines joueuses « historiques » du club (Rubio, Marcilly, Pourquiès, les sœurs Abou-Deraa, Montagna) qui ne méritaient pas de disparaître sans un mot, comme si elles n'avaient jamais existé (alors que de notre côté nous n'avions pas manqué de leur rendre hommage et de les remercier), de même que nous avions exprimé notre vif regret que le titre de Championne du monde universitaire glané par Léa Rubio, brassard de l'Équipe de France au bras, n'ait même pas été annoncé sous prétexte que la capitaine de l'OM était en train de partir du club à qui elle avait tant apporté, pas un supporter ne dira le contraire.

L'OM a encore tout à apprendre de la culture du football féminin, et entreprendre de scier la branche sur laquelle la discipline est assise n'est pas la bonne méthode. Cette branche dont nous représentons – humblement, mais passionnément – un segment. Et nous en sommes fiers.

N'est-il pas amusant de voir des journalistes professionnels de médias non spécialisés – et accrédités — ne cesser de nous contacter, parfois au bord des pelouses juste avant les coups d'envoi, pour savoir qui est qui, comment fonctionne la D1, quels en sont ses forces ou ses enjeux, ce que vaut réellement cette équipe de l'OM, etc. ? Car ils savent qu'OLYMPIENNES ET MARSEILLAISES est un site qui n'a d'amateur que le statut financier de ses animateurs et du site lui-même qui ne génère pas un sou. Ils savent que le travail qui y est accompli l'est de la manière la plus sérieuse qui soit, dans l'amour de son sujet, le plein respect des acteurs de cette discipline, et en y dépensant des deniers à fond perdu, où chaque match, même à domicile, représente un match à l'extérieur avec 5 heures de train... Ces journalistes ne connaissent rien ou très peu du football féminin (ce n'est pas un reproche, personne n'a la science infuse !), mais peuvent venir faire leur travail ponctuel, tandis que ceux qui travaillent au quotidien sur le sujet, participant à son essor en sont empêchés, ayant le malheur... de ne pas être payé pour ça, ce qui les prive de cartes de presse !

Goûtez-vous l'ironie et l'injustice de la situation ? D'un côté, avantage accordé aux néophytes tirant un profit financier sur le dos de l'OM via la vente de leurs journaux et de publicités, de l'autre rejet de ceux qui dédient leur force de travail gratuite et leurs économies à la promotion du club sans en attendre aucun bénéfice en retour...

Une aventure humaine à géométrie variable ?

Si nous sommes indépendants et libres de nos jugements, nous ne sommes en aucun cas concurrents de l'OM et de son support média OM.net, auquel nous ne faisons aucune ombre. Bien au contraire, nous en sommes complémentaires. Il est ici assez triste et même absurde de devoir le répéter.

L'OM tire une balle dans le pied de la promotion du football féminin à laquelle il participe pourtant par son existence. Il débarque en D1 pour le plus grand plaisir de toutes et de tous, concrétisant un de nos vieux rêves, et commence par fouler aux pieds les us et coutumes de la discipline en rejetant le seul site qui suit depuis près de quatre saisons les filles de son club. Un site qui lui aura bien servi lorsque personne ou presque ne venait lorgner vers cette section féminine en DH ou en D2, intéressant à leur sort plus de 75000 personnes (nombre de visiteurs uniques sur notre site depuis son existence). Aujourd'hui, les médias se pressent pour interroger Christophe et ses joueuses, ce dont nous sommes les premiers à nous réjouir ! Notre travail a toujours eu cet objectif déclaré : attirer l'attention sur l'OM féminin et faire aimer cette équipe. Un an en arrière seulement, c'était une autre chanson. On tolérait alors bien volontiers la présence et les longues interviews (plus d'une quinzaine depuis la date de la Convention qui nous est opposée, et ça ne dérangeait pas) accordées aux infatigables défenseurs de la cause que nous sommes, même dénués de cartes de presse. Aujourd'hui, plus besoin de nous ? Donc plus de « tolérance » ? Ou, encore une fois, est-ce qu'on gêne le club ou quelqu'un en son sein ?

Comme le dit souvent Christophe à juste titre : « Il ne faut pas oublier d'où l'on vient. »
Nous y ajouterons : le concept d'« aventure humaine » mis si souvent en avant par la section féminine et auquel nous adhérons ne doit pas seulement rester confiné entre les murs d'un vestiaire, car ce n'est pas cela le football féminin. Il doit aussi inclure toutes celles et tous ceux travaillant à leur niveau à la réussite et à la promotion de cette aventure. Car le football féminin est une aventure collective qui ne se vit pas en vase clos et entre amis de bonne composition. L'aventure humaine ne peut exister en dehors d'un respect, d'un code moral. D'une reconnaissance.

L'annonce de ce refus d'accréditation suivi de celui d'un accès à la tribune en compagnie des « bons et fidèles supporters » lors du match contre le MHSC, ne sera pas reçue comme un bon message par ceux qui suivent et encouragent la section féminine de l'OM et, plus généralement, le football féminin en France.
Quand on pense que le PSG n'a pas hésité à autoriser un simple supporter du football féminin (s'affichant qui plus est non pas de leur club, mais de l'Olympique Lyonnais), à filmer et diffuser le match PSG-OM en direct (streaming) et en différé sur des plateformes mondialement connues et ouvertes à tous ! Ils l'ont fait, juste afin que tous les amateurs de football féminin puissent en profiter – tout en accréditant « presse » OLYMPIENNES ET MARSEILLAISES d'un autre côté et dans le même esprit. Nous avons un certain sentiment de honte au constat que le PSG donne une leçon en compréhension de la spécificité du football féminin au club que nous supportons depuis des décennies.

Dire que nous sommes profondément écœurés par la manière dont les supporters de l'Olympique de Marseille ont été traités ce dimanche, et choqués par l'attitude de la section féminine à notre égard, est aujourd'hui en dessous de la vérité.

OLYMPIENNES ET MARSEILLAISES

http://www.olympiennesetmarseillaises.f ... ostracise/
Voir plus de commentairesVoir tous les commentaires