OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Les cOMPères

Le Vendredi 04 Novembre 2016 par

Olympique de Marseille
Rudi Garcia et son adjoint Frédéric Bompard se sont connus à Corbeil-Essonnes, dans le club de la ville qui évolue alors en DH. Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, mais le binôme ne s'est jamais séparé. Ensemble ils ont traversé la France en long et en large, allant même visiter l'Italie avant de venir poser leurs valises dans la cité phocéenne.

Walid Regragui, qui était alors le jeune attaquant de l'équipe francilienne, raconte une anecdote sur les deux hommes aujourd'hui en poste à l'OM.
« Fred (Bompard) a récupéré les clés du terrain en herbe du stade Robinson, grâce au père de Rudi, José, qui est le directeur des sports de la municipalité. C'est le gardien de l'équipe, et il me demande de l'allumer, de lui mettre des mines à six mètres, pour qu'il travaille ses réflexes. Je m'exécute et on n'arrête pas de bosser, sous les yeux de l'entraîneur, Rudi. Mon idole. Le premier gars du coin à devenir pro, et croyez-moi, ce n'est pas rien. Moi, j'ai dix-neuf ans, je viens de la cité Montconseil, je suis à la fac, en train de rouiller, et ils ont cru en moi. Ils m'ont permis de rêver. »

Chacun a son rôle précis. Bompard est un leader de vestiaire respecté, qui motive et écoute. Garcia, lui, est entraîneur-joueur puis coach tout court, il a déjà des idées à revendre et peaufine sa tactique. Les deux hommes ont débuté ensemble, en minimes, sous les ordres de José Garcia (non non, pas l'acteur révélé sur Canal+), entraîneur, président et "gardien du temple" à Corbeil-Essonnes.

En 2002, Daniel Joseph, l'entraîneur de Dijon, quitte le club. Bernard Gnecchi, l'ancien président du DFCO raconte : « Via son avocat, j'entends parler d'un certain Rudi Garcia, récemment licencié de Saint-Étienne et qui serait sur le marché. Il visite le coin avec sa femme. Puis il me dit : ''Ok, je viens avec mon second, Fred Bompard'' ». Après avoir entraîné Béziers, l'ami d'enfance de Rudi Garcia est libre. L'aventure du binôme peut donc commencer. Bernard Gnecchi raconte une autre anecdote mémorable. « Il y a eu beaucoup de moments intenses, comme ce déplacement à Brest : Rudi est en stage pour son DEPF, et Fred doit assurer l'intérim. Au moment d'atterrir, notre avion se redresse brutalement, la piste est encombrée. Fred a eu la peur de sa vie ! Déjà qu'il n'aime pas trop l'avion... »

L'ancien président du DFCO continue d'expliquer le fonctionnement de ce duo. « Fred a été important dans la réussite de notre projet. Il est franc, transparent, d'une grande honnêteté. Il ne se découvre pas facilement, mais c'est quelqu'un de très profond. Il va atténuer l'apparence très froide de Rudi, un homme sensible, mais qui a peur qu'on l'égratigne. »

Rio Mavuba donne également son point de vue sur le binôme Garcia-Bompard. « Fred est plus proche des joueurs que Rudi. Il fait la transition entre le groupe et le coach. Il est axé sur la vidéo, analyse les équipes adverses. »

Les deux hommes ont un rituel immuable, les soirs de match. Bompard assiste à la première période depuis la tribune pour prendre de la hauteur et avoir une vue d'ensemble, il dissèque la première mi-temps, puis à la pause il redescend livrer ses enseignements à Rudi Garcia, avant d'aller s'asseoir sur le banc.

À l'entraînement, là encore, leur méthode de travail est bien précise et chacun a son rôle bien spécifique. Garcia se balade avec son sifflet, Bompard délivre des centres précis. « Il met les ballons où il veut !» affirme Walid Regragui. Stéphane Dumont donne lui aussi son point de vue sur ce duo et notamment sur Frédéric Bompard. « Ils ont ce truc à eux, ce côté fraternel qui marche bien. Et les joueurs le ressentent. Au quotidien, j'étais proche de Fred, un homme super attachant et chaleureux, on passait des heures à discuter à la salle de muscu, à l'hôtel lors des mises au vert. Il fait office de relais, il est à la fois coach, joueur, ami. Il sait aller dans le sens de Rudi, mais aussi dans le sens des joueurs. Il fait le lien, prend ce qu'il y a de mieux des deux côtés, il est juste, il sait rester à sa place. »

À l'été 2011, Nicolas Fauvergue s'accroche avec Fred Bompard, Garcia sanctionne alors immédiatement le joueur : exclusion d'un stage au Touquet. Rudi Garcia s'en est expliqué par la suite. « La raison ? Je la définirai par un comportement nuisible à l'harmonie de la vie de groupe.»

Walid Regragui est aujourd'hui l'entraîneur du FUS Rabat et malgré le temps qui passe, l'ancien attaquant de Corbeil-Essonnes est toujours resté proche des deux hommes en poste à Marseille. Il est même allé leur rendre visite dans la capitale italienne. « Je voulais l'aval de Rudi pour me lancer. Rudi veut des belles histoires d'amitiés professionnelles, il ne se trompe pas quand il choisit quelqu'un. À Saint-Étienne, cela s'est mal passé entre lui et Jean-Guy Wallemme, il y avait un N°1 de trop. Cela ne se produira jamais avec Fred. Vous voyez un mec bodybuildé, avec des cheveux longs, vous pensez qu'il se la raconte ? C'est en fait un nounours qui a une grande force : faire le tampon entre Rudi et un groupe. Il sait lui dire les choses en face. »

Espérons que ces deux cOMPères réussissent de belles choses ici également, aux commandes de notre Olympique Magnifique. À commencer par une victoire ce soir, à Montpellier.

Réagir sur Facebook