OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Interview exclusive : Sancho, IDS : "J'ai été traité tel un terroriste"

Le Jeudi 10 Novembre 2016 par

Interview exclusive : Sancho, IDS : "J'ai été traité tel un terroriste"
Alors qu'il était abonné au virage Nord depuis plusieurs années, la vie de supporter de "Sancho" a basculé un jour de mars 2016, lorsqu'il s'est fait arrêter suite à la détonation d'un pétard dans l'enceinte du Vél'. Lors de son jugement un mois après, ce dernier est déclaré libre de pouvoir de nouveau encourager l'OM dans les travées du Vél'... Et pourtant, alors qu'on le contacte le 4 novembre dernier, jour de match face à Montpellier, il s'excuse : "désolé je dois aller pointer". "Sancho" n'a en effet plus remis les pieds dans un stade depuis ce triste OM/TFC. Et pour cause, il est IDS. Explications...

- OhaiMe-Passion.com : Salut Sancho. Est-ce que tu peux revenir pour nous sur ton arrestation dans l'enceinte du Vélodrome ? Les stadiers sont venus te voir pour t'envoyer dans le panier à salade juste après l'explosion du pétard, ou plus tard ?

- Sancho : Salut OMP. Donc, le 6 mars 2016 lors du match OM-TFC, j'ai était arrêté suite à, je cite, "l'utilisation d'une bombe agricole". En réalité, c'était un gros pétard. Suite à ça, les stadiers sont venu m'attraper directement en tribune une dizaine de minutes après la détonation, dans leurs mains ils avaient des photos de moi lors de mon action.


- OMP : Une fois sorti du stade ces derniers te transmettent aux policiers. Tu finis donc au commissariat. Avais-tu été menotté ? Comment se déroule ta garde à vue ? Tu as subi plusieurs auditions ?

- Sancho : Suite à ça, je suis amené directement au commissariat, menotté et traité tel un terroriste. De là, on me prend le peut d'objets personnels que j'avais sur moi (téléphone, carte bleue). Je subis 2 auditions, un relevé d'identité, un autre d'empreinte digitale puis de salive. J'intègre une cellule sous vidéo-surveillance où je ne verrais plus le jour jusqu'au lendemain après-midi. 23H de garde-à-vue au total. Autant dire que pour un pétard... ça fait beaucoup !


- OMP : Tu es enfin relâché. Aussi en attendant le jugement tu as une interdiction d'entrée dans n'importe quel stade de football. Le jugement arrive combien de temps après ton arrestation ? Tu passes devant quel tribunal ?

- Sancho : Mon jugement se déroule 1 mois après, le 5 avril, où je suis convoqué devant le tribunal correctionnel de Marseille.


- OMP : Le jour J arrive, tu es surpris de voir qui plaide en face de toi. Raconte nous...

- Sancho : Le jour J, je me rends donc au tribunal correctionnel de Marseille où je découvre que l'OM envoie son propre avocat contre moi... Je suis surpris sur le moment mais en réfléchissant ça ne m'étonne pas sachant que "Mr Labrune" ex-président du club était en guerre contre nous. L'avocat a évidemment bien rempli sont job en essayant d'enfoncer le clou. Fin du procès. Je dois 400€ d'amende envers le club, mais en revanche je peut ré-intégrer un stade.


- OMP : De ton côté tu avais opté pour un avocat ?

- Sancho : Oui, j'avais opté pour un avocat, et heureusement.

Olympique de Marseille
Supporters, pas criminels...

- OMP : L'histoire n'est pas finie. Alors que tu commences à saliver à l'avance de pouvoir remettre les pieds au Vél' ou dans n'importe quel parcage, tu reçois une lettre du préfet...

- Sancho : Je reçois une lettre de la part du préfet des Bouches du Rhône dans laquelle il m'annonce qu'il a le plaisir de me mettre IDS pendant 1an pour tous les matchs de l'Olympique et de l'équipe de France. Sa raison ? L'Euro en France pardi ! Je suis fiché sur sa liste noire. Il fallait écarté un maximum de personnes de mon genre pour donner une bonne image dans nos stades. D'ailleurs, on aura vu le résultat avec le fiasco sur le Vieux-Port entre les Anglais et les Russes ! La France oublie ses priorités, je ne pense pas que s'acharner sur des supporters de foot en soit une. Il y a bien plus important comme problème dans ce pays. Mais non, on choisit la facilité...


- OMP : Quelles sont les contraintes au quotidien de la vie d'un IDS ?

- Sancho : Les contraintes, il y en a tellement ! À commencer par le pointage en gendarmerie lors de chaque match. Le plus dur c'est de vivre sa passion pour les tribunes sur un canapé et ne plus sentir cette joie de se lever le matin et se dire "ce soir je suis au stade, je vais voir les collègues pour faire un bon apéro et foutre le oaï." Je me souviens l'année dernière lors de la réception des lapins Bordelais quand les virages sont descendus sur le bord de la pelouse pour mettre la pression et montrer leurs colère envers la direction. J'étais comme un fou devant ma TV, j'avais qu'une envie c'était d'être présent et monter au créneau avec eux !


- OMP : Tu as donc appris à vivre l'OM à distance... Les jours de match, tu dois frémir non ?

- Sancho : Oui j'ai appris à vivre pour l'instant avec l'OM à distance mais ils ne réussiront pas à me dégoûter pour autant ! La seule chose qui me dégoûte, c'est la prestation des joueurs sur le terrain car si d'habitude je ne vois pas beaucoup le match car je suis soit dos à la pelouse, soit dans un pogo, là je le vois de la 1ère à la 90eme minute. Et autant dire qu'il vaut se mouiller la nuque avant chaque match !

Olympique de Marseille Olympique de Marseille
Etendard "footix not welcome"


- OMP : Concernant l'ambiance dans le stade, crains-tu qu'avec l'arrivée de Frank McCourt, le Vél' se « footixise » encore davantage ? Bref, que le Vél' s'aseptise ?

- Sancho : Concernant l'ambiance, malheureusement ce n'est pas depuis l'arrivée de McCourt que le Vel' est malade. Ca fait un moment ! Certes on aura droit à la vague de footix, mais il y a aussi en grande partie la faute aux réseaux sociaux où les gens pensent plus à partager ce qu'ils vivent plutôt que chanter (sûrement pour se donner une identité qu'ils n'ont pas). Il y a aussi les mastres qui se ramènent au stade en survet' du Milan, Dortmund, Chelsea et j'en passe.... Entre les restrictions, les téléphones et la nouvelle vague de footix qui arrive, j'espère que le Vél' reprendra du poil de la bête et que les groupes feront face en leurs faisant comprendre qu'ils restent chez eux. Qu'on n'a pas besoin d'eux. Choses que font très bien les Fanatics par exemple...


- OMP : Merci pour tes réponses et bon courage pour ces mois d'IDS qu'il te reste à vivre !

Visitez La Boutique des Supporters de l'OM, soyez Massalia Spirit !

Réagissez

S'inscrire ou se connecter avec :
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour laisser un commentaire.

Nom d'utilisateur
Mot de passe
Se souvenir de moi ?
Pirouli Pirouli
12 Novembre 2016 à 23H25

Comment dire qu'il connait la règle, il a joué il a perdu c'est tout. C'est comme le mec qui roule à 200 sur l'autoroute, il se fait prendre il perd son permis, tant pis pour lui. Les gens qui refusent de respecter la règle et qui viennent pleurer après, c'est bien à l'image de la mauvaise direction que prend la France.
forzaOMdu34 forzaOMdu34
10 Novembre 2016 à 21H26

@OMP
Non, les supporters ne sont pas des criminels !
Sancho, c'est un super pote... Comment vous dire que le préfet lui a mise bien profond...
:censored: