NBA

Autour d'un 51, discutons de tout et de rien, ici, tout est permis ... ou presque !

Message Mer 04 Jan 2006, 11:58

Billups au sommet
Auteur de 37 points, Chauncey Billups a battu son record de points en carrière lors du succès des Pistons face au Magic (108-99) et s’affirme de plus en plus comme un candidat au All Star Game. Soirée faste à Washington où Gilbert Arenas et Tracy McGrady ont fait le spectacle.


Le match de la nuit
Detroit est actuellement la meilleure équipe de la Ligue, cela ne fait aucun doute. Défaits à Cleveland samedi dernier (97-84), les Pistons ont vite rectifié le tir en dominant le Magic d’Orlando mardi. Surtout, les hommes de Flip Saunders ont semblé encore plus impressionnants que d’habitude, à l’image de Chauncey Billups, qui a battu son record de points en carrière (37 points à 9/15 au shoot dont 4/6 à trois points). Sa meilleure marque, jusque-là, était de 36 points, face à Dallas en février 2002. De quoi écœurer les Floridiens encore au contact à l’amorce du dernier quart-temps (79-77) mais qui cédaient dans ces douze dernières minutes sous les coups du boutoir du «backcourt» des Pistons Billups-Richard Hamilton. Le meneur de Detroit donnait le tempo dès le début du dernier acte en marquant quatre points et en délivrant trois assists pour passer un 10-4 à Orlando et créer un écart définitif. A 2’16’’ du buzzer, un tir primé de Rasheed Wallace enterrait les derniers espoirs du Magic en donnant dix longueurs d’avance au champion 2004 (103-93). Billups, véritable héros du match, se chargeait de clôturer la partie en rentrant deux lancers-francs pour sceller la victoire des Pistons (108-99).

Dans les couloirs du Palace d’Auburn Hills, l’hommage à l’ancien de Colorado était unanime. «Durant toute ma carrière, je n’ai jamais eu un meneur comme Chauncey. Je n’ai jamais joué avec quelqu’un qui voulait la balle dans toutes les situations difficiles et qui pouvait rentrer des shoots cruciaux et maintenir ses équipiers dans la partie comme lui», avouait Richard Hamilton qui, avec 25 points, aura largement épaulé son coéquipier dans ce match. «Chauncey a vécu une grande soirée, il a battu son record de points en carrière et leurs arrières ont remarquablement bien joué en marquant 62 points à eux deux. C’est probablement l’une des meilleures, si ce n’est la meilleure paire d’arrières de la NBA», saluait, beau joueur, le coach d’Orlando, Brian Hill. Chauncey Billups, qui a ajouté 9 passes à ses 37 points, gardait la tête étonnamment froide, expliquant simplement s’être «juste senti bien. J’étais agressif et cela a été un bon match.» A quelques semaines du All Star Game, la belle tenue du meneur des Pistons ne devrait pas passer inaperçue auprès des fans et des coaches de la NBA. Et qui sait, si à 29 ans, il ne pourrait pas prendre part à son premier match des Etoiles, en févier à Houston.

La perf’
Houston et Washington se sont livré une belle bataille sur le parquet du MCI Center, à l’image du duel somptueux entre Tracy McGrady et Gilbert Arenas. Après ses 47 points inscrits face à Miami vendredi dernier, le meneur des Wizards a encore affolé les compteurs en se fendant mardi soir de 44 points (13/25 au shoot), 6 rebonds et 5 passes en 45 minutes. Une nouvelle performance de choix malheureusement insuffisante pour dominer les Rockets. Il faut dire que du côté texan, T-Mac a tenu la comparaison avec Arenas en compilant 38 points (à 11/24 au tir), 6 rebonds, 5 passes et 3 contres en seulement 35 minutes de jeu. Battu dans son duel avec le meneur de DC, McGrady se console cependant avec la victoire de Houston (123-111).

La nuit des Frenchies
Aucun Français n’était sur les parquets cette nuit. Les Golden State Warriors de Mike Pietrus se sont inclinés à Memphis (104-94) mais l’ancien Palois, toujours blessé, n’était pas de la partie. La nuit prochaine, en revanche, Tony Parker et les Spurs, face à Portland, Boris Diaw et Phoenix, contre Philadelphie, et Johan Petro et les Sonics, à Chicago, seront sur le pont. L’ancien pivot palois pourrait peut-être profiter du limogeage de Bob Weiss, mardi soir, pour se voir offrir un peu plus de temps de jeu. C’est l’adjoint de Weiss, Bob Hill, qui coachera désormais Seattle.

Les résultats de la nuit
Washington - Houston 111-123
Atlanta - Toronto 97-108
Detroit - Orlando 108-99
Memphis - Golden State 104-94
Dallas - Portland 95-81
Utah - LA Lakers 90-80
Sacramento - Philadelphie 98-111
Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Jeu 05 Jan 2006, 10:45

La belle nuit bleue
Les Français étaient à la fête la nuit dernière en NBA puisque Parker, Diaw et un Petro de retour en grâce ont chacun remporté une victoire. Dans le choc de la Conférence Ouest entre Minnesota et Dallas, ce sont les Wolves de l’inattendu Jaric qui s’imposent (91-78.



Le match de la nuit :
Ecrasés par Miami (97-70) lors de leur dernière rencontre, les Timberwolves de Kevin Garnett avaient à cœur de se relancer immédiatement contre Dallas dans leur Target Center. Surtout qu’avec un bilan désormais tout juste à l’équilibre (14 victoires pour autant de défaites) avant d’accueillir les Texans, Minnesota prenait le risque, en cas de revers, de laisser filer la tête de la division Nord-Ouest au profit d’une équipe d’Utah en grande forme actuellement. Ce qui n’était pas vraiment le cas des Wolves, sur une triste série de 8 revers lors de leurs 10 derniers matches. Du coup, les joueurs locaux montraient les crocs d’entrée de match, en particulier en défense où ils ne laissaient pas le moindre espace de libre à Nowitzki et consorts. Seul problème, si la défense tenait le coup, l’attaque, elle, demeurait aux abonnés absentes. Avec un très médiocre 40% de réussite au tir à la pause (15 sur 37), Minnesota accusait donc un débours logique de trois points (38-41).

Un retard que le meneur des Wolves, Marko Jaric, allait combler à lui tout seul en aussi peu de temps qu’il le faut pour le dire. Discret depuis le début de la saison et complètement à côté de la plaque en première période (2/8 au tir), le Serbe sortait de sa torpeur pour inscrire 9 points dans le seul 3e quart et entraînait les Wolves vers un 9-0 qui leur permettait même de se détacher avant l’ultime acte (69-60). Ce qui faisait dire après la rencontre à Wally Sczcerbiak (20 points) : «Marko a été énorme. Lorsqu’il parvient à se focaliser sur un objectif et ne laisse pas des choses l’affecter en continuant à être agressif, il rend notre équipe bien meilleure. Il doit juste se détendre car il est souvent trop nerveux. Il doit réussir à canaliser cette énergie de manière positive.» Au final, Jaric termine la rencontre avec 22 points au compteur, dont 18 inscrits dans la seule deuxième mi-temps. Une performance, couplée à celle de l’inévitable Kevin Garnett (23 points et 10 rebonds), qui offrait donc un précieux succès (91-78 aux Wolves dans une Conférence Ouest de plus en plus resserrée.

La perf’ : Véritable duel d’outsiders de l’Est, la rencontre qui opposait Milwaukee à Cleveland a vu la victoire (84-91) de la seconde équipe, portée par un LeBron James dispendieux au tir (32 points à 12/29). Mais très présent aux quatre coins du terrain avec 11 rebonds, 11 passes et 5 interceptions. Un triple-double qui a permis aux Cavs de signer leur 8e succès lors de leurs 9 dernières rencontres et de conserver le deuxième meilleur bilan à l’Est (19 victoires pour 10 défaites), derrière les intouchables Pistons. Dommage seulement pour James et compagnie qu’ils appartiennent à la même division que les Bad Boys de Detroit, ce qui les relèguent à une injuste 4e place de la Conférence Est.

La nuit des Frenchies :
Carton plein pour les Français cette nuit. Trois d’entre eux étaient sur les parquets et tous trois l’ont emporté. Avec 18 points (8/14 au tir), agrémentés de 7 passes et 5 rebonds, Tony Parker finit une nouvelle fois meilleur marqueur de la rencontre qui opposait les Spurs à Portland. Un match très aisément gagné par San Antonio (106-75), qui se permettait même le luxe de coller un très sévère 28-11 aux Trailblazers lors de l’ultime quart, alors que Parker, Duncan et Finley étaient sur le banc. Ce succès permet aux Spurs de conserver une belle marge de manœuvre en tête de la Conférence Ouest, devant les Suns de Boris Diaw. En délicatesse avec son shoot (2 points à 1/7), l’ancien Palois réalise tout de même une belle partie grâce à sa polyvalence (10 assists et 7 rebonds) et Phoenix s’impose sans problème contre Philadelphie (105-85), où Iverson a dégoupillé (16 points à 7/23). Jolie surprise à Seattle avec la place de titulaire accordée à Petro. En 31 minutes de temps de jeu, le jeune tricolore s’offre 6 points (3/6 au tir) et 9 rebonds, ce qui constitue pour ainsi dire sa meilleure performance depuis son arrivée dans la Ligue. Cerise sur le gâteau, celle-ci s’accompagne d’un succès à Chicago (97-101).

Résultats de la nuit :
Toronto - Orlando 121-97
Boston - Charlotte 109-106
Milwaukee - Cleveland 84-91
Minnesota - Dallas 91-78
New Orleans - Miami 107-92
San Antonio - Portland 106-75
Chicago - Seattle 97-101
Denver - Indiana 106-86
Phoenix - Philadelphie 105-85
Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Ven 06 Jan 2006, 12:34

T-Mac aime les Cavs
Dans le duel de la soirée, Tracy McGrady a remporté son bras de fer face à LeBron James en offrant une belle victoire à Houston sur le parquet de Cleveland (90-81). A Oakland, Indiana s’est imposé contre Golden State (99-89).



Le match de la nuit :
«On sait qu’on ne peut pas l’arrêter.» Le constat est amer et un brin surprenant quand on sait qu’il sort de la bouche de celui que beaucoup considèrent comme le digne successeur de Michael Jordan, à savoir LeBron James. A 21 ans, «King» James aura sûrement l’occasion de battre les Rockets un jour mais pour le moment, le kid doit s’incliner face à l’expérience et la maestria de son aîné, Tracy McGrady. Vainqueurs de leurs quatre dernières confrontations face aux Cavaliers, les Rockets ont poursuivi la série en infligeant un nouveau revers aux joueurs de Mike Brown (90-81) à la Quicken Loans Arena. Toujours en verve face aux Cavs (32,5 points de moyenne contre eux la saison dernière), McGrady a sorti le grand jeu encore une fois pour offrir à Houston un 2e succès consécutif et rallumer la flamme de l’espoir dans la course aux Play-offs. D’entrée, les Rockets profitaient à plein de l’absence de Larry Hugues, le fidèle lieutenant de James blessé, pour prendre le large. Auteur de 23 points en première mi-temps, McGrady donnait un avantage substantiel aux Rockets (49-35).

Au retour des vestiaires, LeBron James (32 points dont 16 dans le 3e quart-temps, 9 rebonds, 5 passes) et Zydrunas Ilgauskas (17 points, 10 rebonds) sonnaient la charge pour permettre aux Cavs de revenir à quatre longueurs (73-69) à dix minutes de la sirène. Mais McGrady continuait son travail de sape (34 points à 14/29 au tir, 5 rebonds, 5 passes), bien épaulé par Juwan Howard (16 points, 9 rebonds) et Rafer Alston (18 points, 6 passes, 4 rebonds), et repartait finalement de l’Ohio avec un 5e succès d’affilée contre les Cavs. Toujours privé de son meilleur point d’ancrage à l’intérieur, Yao Ming, blessé, l’ancien joueur du Magic prend ses responsabilités. «Je dois m’affirmer puisque le grand n’est pas là et que nous devons marquer plus de points. Nous devons juste attaquer du début à la fin jusqu’à ce qu’il revienne», confiait le All Star qui prend à cœur sa mission. En témoignent ses cinq dernières sorties à 30 points et plus.

La Perf’:
En l’absence de Ron Artest, toujours pas fixé sur son avenir et Reggie Miller, parti à la retraite l’été dernier, Stephen Jackson a revêtu le manteau de leader des Pacers. L’ancien arrière des Spurs, auteur de trois matches consécutifs à 20 points et plus, a remis le couvert jeudi en inscrivant 27 unités lors de la victoire d’Indiana à Golden State (99-89). Assez adroit (12/23 au tir), Jackson a également pris 6 rebonds et délivré 3 passes décisives à ses coéquipiers dont Sarunas Jasikevicius (12 points à 2/4 à trois points). En l’absence de Jermaine O’Neal, toujours malade, Jackson n’a pas tremblé en marquant notamment 7 points dans le dernier quart-temps contenant du même coup la réaction des Warriors revenus à deux points (89-91) à 1’50 de la sirène.

La nuit des Frenchies :
Seule l’équipe de Mickael Pietrus, Golden State, jouait jeudi. Mais le Français, toujours convalescent après sa blessure, doit encore patienter quelques jours pour reprendre la compétition. Vendredi, Tony Parker et les Spurs accueilleront les Wolves de Kevin Garnett alors que Johan Petro tentera de confirmer son retour en grâce à Detroit avec les Sonics. Enfin, Boris Diaw devra sortir le grand jeu pour la venue de Miami et du Shaq à Phoenix.

Résultats de la nuit :
Cleveland - Houston 81-90
Golden State - Indiana 89-99
Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Ven 06 Jan 2006, 21:19

Turiaf lance un ultimatum aux Lakers

Le Français Ronny Turiaf, par l’intermédiaire de son agent Bouna N’Diaye, a indiqué qu’il pourrait jouer en Europe s’il n’avait pas signé de contrat avec les Lakers avant mercredi prochain.

Opéré du cœur en juillet dernier, Ronny Turiaf a repris la compétition en décembre dans une ligue mineure. Drafté par les Lakers, le Guadeloupéen ne sait toujours pas s’il pourra porter le maillot californien cette saison. Si bien que le Français a indiqué qu’il pourrait répondre favorablement à plusieurs propositions européennes avantageuses financièrement, notamment en Espagne et du côté de Barcelone en particulier, s’il n’avait pas signé de contrat avec Los Angeles avant mercredi. C’est ce qu’a déclaré son agent, Boune N’Diaye, dans le Los Angeles Times daté de vendredi. Les Lakers, de leur côté, préfèrent attendre encore que l’état de santé de Turiaf s’améliore.
Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Sam 07 Jan 2006, 11:26

Bryant soigne son retour
De retour de suspension, Kobe Bryant a fait parler la poudre en marquant 48 points face aux Sixers. Phoenix et Boris Diaw ont largement dominé Miami (111-93) tandis que Tony Parker a mené les Spurs au succès face à Minnesota (83-77) et que Johan Petro a encore été titularisé avec Seattle.



Le match de la nuit
Phoenix-Miami. Deux des équipes les plus attractives de la ligue. C’était assurément le choc de la soirée en NBA. Mais le sommet a vite tourné court, les Suns envoyant dans les cordes le Heat dès le premier quart-temps pour un KO irrémédiable dont les hommes de Pat Riley, privé de Dwyane Wade et Jason Williams, n’allaient pas se remettre. Après une minute de jeu et un score de parité de 4-4, la machine à marquer de Phoenix se mettait en marche. Sous l’impulsion de son MVP, Steve Nash, la franchise de l’Arizona passait un sévère 27-6 au Heat en sept minutes ! Le meneur canadien des Suns multipliait les caviars (12 passes dans ce premier quart-temps) et Raja Bell se chargeait de l’addition (15 points dans ces douze premières minutes). Les derniers finalistes de la Conférence Est ne se remettaient pas de ce départ canon des partenaires de Boris Diaw (14 points, 7 rebonds, 6 passes et 2 contres) et atteignaient la fin du premier quart-temps avec un retard de 22 points (47-25). Au passage, avec 47 points inscrits, les Suns réalisaient le plus gros score dans un premier quart-temps cette saison en NBA.

Dès lors, les hommes de Mike D’Antoni tenaient le bon bout et n’avaient plus qu’à contrôler la réaction de Miami. Mais cette réaction n’intervint pas. Sans Wade, Shaquille O’Neal paraissait orphelin et signait sa production offensive la plus médiocre de la saison (8 points, mais tout de même 13 rebonds). Allant jusqu’à compter 26 longueurs d’avance, Phoenix gérait parfaitement la partie, en faisant majoritairement confiance à son cinq de départ. Steve Nash pouvait donc peaufiner sa ligne de stats (11 points, 19 passes) et faire briller Raja Bell (24 points) et Shawn Marion (19 points, 16 rebonds). En face, la combativité d’Antoine Walker (22 points, 8 rebonds) restait vaine d’autant que Phoenix faisait preuve d’une belle adresse au tir primé (13/26 à trois points) et s’imposait donc largement au final (111-93). Une performance de choix qui risque de marquer les esprits de tous les observateurs et des coaches de la NBA. Les Suns signent leur 6e succès en 7 matches et semblent monter en puissance. Il faudra sans nul doute compter avec eux en play-offs. Avec deux défaites consécutives, Miami, de son côté, a bien mal débuté son «road trip» de sept rencontres.

La perf’
Suspendu lors des deux derniers matches pour avoir donné un coup de coude à l’arrière de Memphis, Mike Miller, Kobe Bryant avait assisté impuissant aux défaites de son équipe face à Utah cette semaine. De retour sur le parquet vendredi soir, il s’est vengé et a rattrapé le temps perdu face aux Sixers. Faisant preuve, une fois n’est pas coutume, d’une grande adresse (19/29 au tir dont un superbe 7/7 à trois points !), KB8 a scoré 48 points lors de la large victoire des Lakers face à Philadelphie (119-93). L’arrière vedette de la franchise californienne ne s’est d’ailleurs pas contenté d’attaquer puisqu’il a également compilé 10 rebonds (tous défensifs) et 2 interceptions. De quoi remporter son duel face à Allen Iverson (31 points à 11/22, 7 passes) et permettre aux Lakers de signer leur meilleur match de la saison avec un record de points, de paniers (48), de paniers à trois points (13), de pourcentage de réussite au tir à deux (58,5%) et à trois points (65%) et d’écart de points au final (26). Quand Kobe va, tout va aux Lakers…

La nuit des Frenchies

Soirée faste pour les Tricolores. Tony Parker, Boris Diaw et Johan Petro ont tous joué, et plutôt bien joué vendredi soir. Une nouvelle fois, TP a terminé meilleur marqueur et meilleur passeur de San Antonio (23 points dont 12 dans le premier quart-temps, 7 passes, plus 4 rebonds), victorieux de Minnesota (83-77). De son côté, Boris Diaw a activement participé au récital des Suns face à Miami (111-93). «Bobo» a inscrit 14 points, pris 7 rebonds, délivré 6 passes et réalisé 2 contres. Enfin, Johan Petro a, pour la deuxième fois consécutive, bénéficié de la confiance de son nouvel entraîneur qui lui a offert une place dans le cinq de départ. L‘ancien Palois a profité de ses 29 minutes de jeu pour inscrire 10 points (à 4/9) et capter 4 rebonds. Mais en face, les Pistons étaient trop forts pour les Sonics, battus (97-85).

Les résultats de la nuit
San Antonio - Minnesota 83-77
Phoenix - Miami 111-93
Detroit - Seattle 97-85
L.A Lakers - Philadelphie 119-93
Toronto - Houston 112-92
Boston - Atlanta 98-103
New Jersey - Orlando 113-106
New York - Washington 113-92
Memphis - Utah 87-65
New Orleans - Portland 90-80
Milwaukee - Chicago 91-105
Denver - Dallas 112-114 a.p
Sacramento - L.A Clippers 118-114
Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Dim 08 Jan 2006, 12:17

Dure nuit pour les gros Alors que le leader de la Ligue, Detroit, subissait son 5e revers seulement depuis le début de la saison des mains des Jazz d’Utah, Boris Diaw et Phoenix s’offraient une belle victoire contre les Spurs de Tony Parker (91-86). Bonne opération donc pour Dallas, qui écarte Minnesota au finish (83-79).


Le match de la nuit
Rien ne va plus dans la maison des Timberwolves ! Présentés avant le début de la saison comme de sérieux outsiders dans la Conférence Ouest, Kevin Garnett et ses coéquipiers n’en finissent plus en effet d’accumuler les défaites. Avant son déplacement à Dallas, Minnesota restait ainsi sur une série de neuf défaites en douze rencontres, soit un parcours plus proche des cancres de la Ligue que sont Atlanta et New York que de celui des Mavericks. Néanmoins, ceux-ci se méfiaient de la venue des Wolves à l’American Airline Center puisqu’ils s’étaient inclinés trois jours auparavant sous les coups de boutoir d’un Marko Jaric retrouvé (91-78). Malheureusement pour Minnesota, le meneur serbe a été très loin de reproduire la même partition cette nuit avec seulement 6 points (3/9 au tir), 6 passes et… 6 fautes personnelles.

Du coup, comme trop souvent depuis le début de la saison, les Wolves en étaient réduits à se remettre au tandem Szczerbiak (25 points et 10 rebonds) – Garnett (26 points et 11 rebonds). Insuffisant toutefois pour espérer prendre à défaut une armada texane partie à la chasse aux Spurs de San Antonio pour s’octroyer le trône de la Conférence Ouest. Pourtant, Minnesota avait réussi à surprendre une nouvelle fois les joueurs locaux l’espace de trois quart-temps, puisqu’il abordait l’ultime période avec une avance non négligeable de 6 points (57-63). Mais dès l’entame de ce dernier acte, Dirk Nowitzki se réveillait et inscrivait 13 de ses 26 points, dont 9 dans les deux dernières minutes, pour porter l’estocade fatal aux Wolves. Avec ce succès (83-79), Dallas se rapproche à une petite victoire de San Antonio.

La perf’
Les Pistons commenceraient-ils à montrer quelques signes de faiblesse ? Toujours est-il que Ben Wallace et consorts ne nous avaient plus habitués à perdre deux rencontres de manière si rapprochée. En effet, battu (97-84) à Cleveland il y a tout juste une semaine, Detroit s’est incliné une seconde fois cette nuit, dans sa salle, contre l’équipe d’Utah (90-94). Des Jazz qui ne réussissent pas de toute évidence aux joueurs de Flip Saunders, puisque c’est aussi la deuxième fois qu’ils s’inclinent contre la franchise de l’Ouest après le revers concédé à Salt Lake City le 12 décembre dernier (92-78). Une drôle de série pour une équipe qui n’a perdu que 5 rencontres depuis le début de la saison et que Chauncey Billups ne parvenait pas tout à fait à s’expliquer après la rencontre : «Je ne sais pas ce qui cloche contre eux. C’est vrai qu’ils ont une bonne équipe, qui joue très dur, en imposant beaucoup de défense de zone et avec toujours quelqu’un pour venir vous contester l’approche de la raquette. En plus, ils sont super bien coachés et font preuve d’une grande discipline.»

Le meneur de Detroit aurait aussi pu ajouter que les Jazz avaient de la ressource puisque la partie débutait fort mal pour lui avec un terrible 30-16 en faveur des joueurs locaux à l’issue du premier quart-temps. Un écart que les hommes de Jerry Sloan ne parvenaient pas vraiment à combler avant le début du dernier quart-temps, qu’ils entamaient avec un débours de 10 points (65-55). Les Pistons maintenaient un écart de 8 points jusqu’à huit minutes de la fin, avant de subir un 10-2 qui relançait totalement la rencontre. Billups (24 points et 8 passes) donnait bien deux points d’avance aux siens sur deux lancers francs à 21 secondes de la fin. Mais Kirilenko (24 point, 11 rebonds et 7 passes) lui répondait immédiatement de la même manière et Billups, encore lui, manquait de peu le tir de la gagne. 82 partout et prolongation donc. Une période supplémentaire qui tournait définitivement à l’avantage d’Utah lorsque Milt Palacio (8 points) réussissait un tir importantissime pour donner 4 points d’avance (92-88) à son équipe à 30 secondes de la fin. Un écart rédhibitoire pour Detroit, qui devait s’incliner (90-94) dans sa salle d’Auburn Hill où il restait pourtant sur neuf victoires consécutives.

La nuit des Frenchies
Boris Diaw recevait la nuit dernière son ami Tony Parker, pour une rencontre qui, elle, en revanche, n’avait rien d’amicale. En effet, fort d’un bilan avant la rencontre de huit victoires sur leurs dix derniers matches, les Suns avaient à cœur de contester la suprématie des Spurs. Et si les Français ont fini avec des statistiques d’un mimétisme parfait (18 points, 6 passes et 4 rebonds chacun), c’est l’ancien Palois qui a eu raison de l’ex-Parisien avec une victoire de cinq points (91-86) qui permet à Phoenix de se rapprocher de son adversaire du soir en tête de la Conférence Ouest.

Résultats de la nuit :
Boston - Washington 102-103
Nouvelle Orleans - Atlanta 93-101
Charlotte - Orlando 92-108
Detroit - Utah 90-94
Milwaukee -Cleveland 88-96
Memphis -Chicago 82-111
Minnesota - Dallas 79-83
Phoenix - San Antonio 91-86
LA Lakers - LA Clippers 112-109

[/b]
Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Lun 09 Jan 2006, 13:40

Anthony enfonce les Rockets
Grâce à un shoot de son ailier vedette, Carmelo Anthony, à une seconde du buzzer, Denver s’est imposé à Houston (92-90). Vince Carter a été le bourreau de son ancienne équipe de Toronto tandis que Johan Petro a terminé meilleur rebondeur de Seattle. Succès faciles d’Indiana et Miami.



Le match de la nuit
Les 15.000 spectateurs du Toyota Center de Houston ont eu le droit à un final à suspense ce dimanche. Leurs favoris, les Rockets, toujours privés de leur pivot chinois, Yao Ming, accueillaient les Nuggets de Denver. Une partie très serrée qui s’est jouée dans les dernières secondes et qui, surtout, a vu la nouvelle blessure de Tracy McGrady. Peu en réussite jusque-là (11 points à 5/14), T-Mac restait au sol après un tir en extension dans le deuxième quart-temps. Le All Star des Rockets, se plaignant du bas du dos, était alors évacué sur une civière et transporté à l’hôpital pour examen. Déjà mené au score (40-37 à la pause), Houston allait devoir disputer la deuxième mi-temps sans son arrière vedette. Une aubaine pour Denver qui en profitait pour en remettre une petite couche, grâce à l’adresse diabolique d’Earl Watson à trois points (6/7 pour un total de 20 points). A l’amorce du dernier acte, les Rockets comptaient cinq longueurs de retard (62-67).

Mais sous l’impulsion de Rafer Alston (24 points, 11 passes), les Texans revenaient à hauteur de leurs adversaires et égalisaient à 19 secondes du terme de la partie sur deux lancers-francs de Stromile Swift (17 points, 6 rebonds). A 90-90, Carmelo Anthony, peu en verve jusque-là (6/16 au tir), prenait ses responsabilités. L’arrière des Nuggets demandait le ballon et marquait le panier victorieux d’un jump shoot depuis la gauche du panneau (92-90). Il restait une seconde à jouer mais sur la remise en jeu, Stromile Swift, in the paint, ne parvenait pas à contrôle le ballon. Le buzzer retentissait et scellait la courte victoire des visiteurs. Auteur d’au moins 20 points lors de ses 18 derniers matches, Carmelo Anthony a vu son compteur bloqué à 19 unités ce dimanche, mais il se consolera sans doute avec son shoot décisif. Les Rockets subissent leur 20e revers de la saison et doivent prier pour que McGrady ne soit pas trop sérieusement touché. Dans le Colorado, en revanche, on espère que ce succès remettra les Nuggets dans le sens de la marche. Après un bon départ, Denver reste en effet sur 8 revers en 12 matches et a vu les play-offs s’éloigner depuis un mois.

La perf’
Vince Carter n’a pas été tendre avec son ancienne équipe de Toronto. En visite au Air Canada Centre avec New Jersey, l’arrière des Nets a inscrit 42 points (à 18/35 au tir), dont 24 dans le dernier quart-temps, capté 10 rebonds et intercepté 2 ballons. Surtout, celui que les fans de Toronto surnommaient «Air Canada» a marqué le panier de la victoire d’un shoot lointain à trois points à un dixième de seconde du buzzer après que Calderon ait manqué un lancer franc crucial pour les Raptors. «Le coach m’a dit d’aller égaliser s’il ratait son lancer franc. Je lui ai répondu que j’allais aller chercher la victoire», expliquait, plein de confiance, Carter après la rencontre. Grâce à ce shoot, New Jersey empoche sa dixième victoire de rang, soit la plus longue série victorieuse de la saison en NBA, et conforte sa deuxième place de la Conférence Est.

La nuit des Frenchies
Un seul Tricolore en piste ce dimanche. Et pour la troisième fois consécutive, Johan Petro figurait dans le roster des Seattle Supersonics, battus à New York (120-116). L’ancien Palois, sans doute encore trop fougueux, n’a pu profiter à plein de cette confiance accordée par son entraîneur puisqu’il a dû sortir pour six fautes après seulement dix-sept minutes. Suffisant cependant pour terminer meilleur rebondeur de sa formation (8 prises). Le rookie a ajouté 4 petits points (à 2/9 au shoot), mais aussi trois pertes de balle. Des petites imperfections à corriger pour gagner définitivement ses galons de titulaire.

Les résultats de la nuit
Toronto - New Jersey 104-105
New York - Seattle 120-116
Houston - Denver 90-92
Sacramento - Indiana 83-108
Portland - Miami 89-118
Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Mar 10 Jan 2006, 12:25

Bryant dans la légende
Etincelant face à Indiana, Kobe Bryant a signé son quatrième match de rang à 45 points ou plus. Une performance qu’aucun joueur n’avait plus réalisé depuis le légendaire Wilt Chamberlain… en 1964. Allen Iverson a également franchi la barre des 40 points face à Seattle et Johan Petro.



Le match de la nuit
Les deux matches de suspension infligés à Kobe Bryant la semaine dernière pour avoir donné un coup de coude à l’arrière de Memphis, Mike Miller, ont semble-t-il décuplé la motivation du joueur des Lakers. Lundi soir, face à Indiana, qui n’est tout de même pas la première équipe venue, KB8 a ainsi pris feu pour la troisième fois de suite depuis son retour sur les parquets en inscrivant la bagatelle de 45 points (à seulement 14/32 au shoot, certes), en prenant 10 rebonds et en délivrant 5 passes. Depuis trois rencontres, il tourne ainsi à la moyenne hallucinante de 47,7 points de moyenne. Surtout, si l’on ajoute le dernier match joué par le meilleur ennemi de Shaquille O’Neal avant sa suspension, Bryant a signé sa quatrième partie de rang à 45 points ou plus. Une performance que même le grand Michael Jordan n’avait jamais réalisé. Il faut remonter à novembre 1964 et au non moins mythique Wilt Chamberlain pour trouver trace d’une telle série. Les 19.000 spectateurs du Staples Center ont donc tout simplement assisté à un nouveau pas de leur idole dans la légende de la NBA.

Forcément avec un tel adversaire face à eux, les joueurs d’Indiana savaient qu’ils auraient du mal à l’emporter. Mais il aura tout de même fallu attendre les derniers instants de la partie pour voir les Pacers céder. Jusque-là, la partie était on ne peut plus serrée (47-45 à la pause, 64-65 à l’amorce du dernier quart-temps) malgré l’absence de Ron Artest, habituel chien de garde de Bryant lors des affrontements entre les deux équipes mais toujours pas sur la feuille de match ce lundi. Mais en bon capitaine de route, Bryant prenait les choses en main dans ce dernier acte, inscrivant pas moins de 17 points, dont deux sur une action magnifique où il mystifiait trois défenseurs, malgré une faute, pour donner un avantage définitif à L.A (87-85). Derrière, l’impeccable Jermaine O’Neal (24 points et 16 rebonds tout de même) manquait deux lancers-francs cruciaux et Lamar Odom (17 points, 12 rebonds) donnait le coup de grâce aux Pacers d’un tir primé (90-85 à 1’20’’ du buzzer). Indiana ne reviendrait plus et s’inclinait finalement (96-90), ce qui mettait fin à une série de trois succès de rang. Pour les Lakers, en revanche, tout va bien. Les hommes de Phil Jackson sont invaincus depuis trois rencontres et le retour de l’enfant prodige.

La perf’
Bien évidemment, la perf’ de la nuit est à mettre à l’actif de Kobe Bryant (voir ci-dessus). Mais derrière la prestation éblouissante du All Star des Lakers, une autre «scoring machine» de la ligue, Allen Iverson, a également affolé les compteurs. Plus adroit que Bryant avec les Lakers (15/25 au shoot), «The Answer» a passé 41 points à Johan Petro et Seattle et aurait pu s’offrir un joli triple-double puisqu’il compile également 7 rebonds et 9 passes. Une performance qui a mené son équipe à la victoire (107-98), mais qui, malheureusement pour l’arrière des Sixers, passera un peu plus inaperçue que le énième show Bryant.

La nuit des Frenchies
Comme la veille, Johan Petro était le seul Bleu à jouer cette nuit en NBA. En déplacement sur le parquet de Philadelphie avec les Sonics, l’ancien Palois, encore dans le cinq de départ, a rendu une copie correcte : 10 points (avec un bon 4/6 au shoot), 4 rebonds et 1 contre en seulement 18 minutes. Pas suffisant cependant pour empêcher Seattle de concéder sa 20e défaite de la saison (pour seulement 14 succès). Peu à peu, en tout cas, l’ancien pensionnaire de l’INSEP semble prendre ses marques dans la rotation de l’effectif de Bob Hill, le nouveau coach des Sonics.

Les resultats de la nuit
L.A Lakers - Indiana 96-90
Philadelphie - Seattle 107-98
Washington - Utah 89-97
Boston - Dallas 102-104
Chicago - Toronto 113-104
Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Mar 10 Jan 2006, 16:55

Tenez !! pensez à voter pour TP pour le all-star-game !!
Quand on voit que Ginobili est devant c'ets scandaleux... m'enfin..

http://www.nba.com/allstar2006/asb/eng/ ... rom=sweeps
Image

"plus qu'un mythe, une réalité !!!"

R.I.P. Robert Louis-Dreyfus.
Avatar de l’utilisateur
ptitony
Ptitouffu
Ptitouffu
 
Messages : 15218
Inscrit(e) le : 21 Juil 2003
Localisation : Saint-Denis (93)

Message Mer 11 Jan 2006, 13:09

Jusqu’au bout de la nuit
Une semaine après un revers à New York, Phoenix a encore disputé, et perdu, un match d’anthologie mardi à Denver après trois prolongations (139-137). Avec 43 points, Carmelo Anthony a été le bourreau des Suns. Les Spurs de Tony Parker ont, eux, mis fin à la belle série des Nets.


Le match de la nuit
«C’est une très grande victoire. Nous avons joué avec beaucoup de cœur pendant sept périodes et nous avons fait ce qu’il fallait pour gagner.» Auteur du meilleur match de sa carrière, avec un record de points à la clé (33), Earl Boykins ne cachait pas sa satisfaction après la victoire à l’arraché des Nuggets face aux Suns, après trois prolongations (139-137) ! Il y a une semaine déjà, Phoenix avait chuté après trois périodes supplémentaires, au Madison Square Garden de New York (140-133). Leur bourreau, ce soir-là, se nommait Stephon Marbury. Mardi soir, ce rôle a échu à Carmelo Anthony. Déjà auteur du shoot décisif de son équipe dimanche soir face à Houston, l’ailier des Nuggets a sorti le grand jeu face à Boris Diaw et sa bande. Avec 43 points (à 15/31 au tir), 11 rebonds, 2 contres et 3 interceptions, il aura écoeuré les hommes de Mike D’Antoni jusque dans les dernières secondes de la partie.

Touché au nez après un choc involontaire avec son coéquipier, Eduardo Najera, à 2’42’’ de la fin de la troisième prolongation, l’ancien de Syracuse passait en effet les derniers instants de la partie avec un impressionnant morceau de coton dans le nez. Pas de quoi l’arrêter dans son entreprise de destruction des Suns. A 2’’9 du buzzer, et alors que les deux formations se dirigeaient vers une quatrième prolongation, Anthony offrait ainsi la victoire aux Nuggets d’un jump shoot parfait (139-137). «Je voulais montrer à tout le monde que nous n’allions pas abandonner. Je suis heureux que mes coéquipiers aient eu confiance en moi pour prendre le dernier shoot», expliquait-il après la rencontre. Il faut dire que ses partenaires auraient eu tort de ne pas lui laisser cette dernière possession tant le petit prodige de la franchise du Colorado, bien aidé par Earl Boykins, étincelait mardi soir sur le parquet du Pepsi Center.

Avec un tel phénomène face à eux, les Suns ont fait face jusqu’au bout mais ont finalement dû céder, handicapés par les sorties pour six fautes de Boris Diaw et Steve Nash. L’ancien Palois avait eu le temps d’inscrire 15 points, de délivrer 8 passes, de capter 4 rebonds et d’intercepter un ballon avant de rejoindre le banc après 41 minutes de jeu. Quant au meneur canadien, il se souviendra sans doute longtemps de sa soirée au pied des Rocheuses puisque c’est la première fois depuis la saison 1999-2000 qu’il est éliminé pour six fautes. «Nous avions le match en mains, mais nous n’avons pas su les arrêter quand il le fallait. C’était notre deuxième match en une semaine qui se termine par trois prolongations. C’est beaucoup», faisait remarquer Shawn Marion (28 points, 14 rebonds) au sortir des vestiaires. Mike D’Antoni, lui, très fair-play, saluait la performance de ses vainqueurs : «Il faut leur rendre hommage. Ils ont rentré des shoots importants quand il le fallait et ont très bien joué quand il le fallait.» Après leur revers à Big Apple, les Suns avaient parfaitement réagi en dominant coup sur coup le Heat et les Spurs. Nul doute, donc, qu’ils se relèveront encore de cette pénible défaite.

La perf’
Bien évidemment, la grosse performance de la nuit est à mettre au crédit de Carmelo Anthony. Mais il faut rappeler que ses 43 points ont été inscrits après trois prolongations. La star de Cleveland, LeBron James, elle, n’a pas eu besoin de prolongation pour inscrire 36 points (à 14/31 au shoot), capté 7 rebonds et délivré 7 passes. Le meilleur rookie de la saison dernière n’est donc pas passé loin du triple-double. Mais ses efforts auront été vains puisqu’ils n’auront pas empêché les Cavaliers de s’incliner, sur leur parquet, face aux Knicks (84-92), décidément en net regain de forme. Les hommes de Larry Brown ont en effet signé dans l'Ohio leur quatrième succès de rang.

La nuit des Frenchies
Outre Boris Diaw (voir ci-dessus), Tony Parker a joué également cette nuit avec San Antonio, face à New Jersey. Le meneur des Spurs a passé 40 minutes sur le parquet du SBC Center pour un total de 18 points (8/12 au shoot), 6 rebonds et 4 passes. De quoi permettre aux Texans, portés par un énorme Duncan (27 points, 12 rebonds), de s’imposer (96-91) et de mettre fin à la belle série de dix succès consécutifs des Nets, et ce malgré l’abattage de Vince Carter (34 points).

Les résultats de la nuit
Atlanta - Boston 94-98
Cleveland - NY Knicks 84-92
Charlotte - Houston 111-106 (après 2 prolongations)
Milwaukee - Minnesota 95-92
Memphis - Sacramento 99-85
Nouvelle-Orléans - Detroit 86-96
San Antonio - New Jersey 96-91
Denver - Phoenix 139-137 (après 3 prolongations)
LA Clippers - Orlando 90-73
Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Mer 11 Jan 2006, 13:09

lol kad merci pour toutes ces news... mais j'ai l'impression que tu post dans le vent... :lol: :mrgreen:
Image
OMPanache
GraphOMan
GraphOMan
 
Messages : 12125
Inscrit(e) le : 08 Mai 2005
Localisation : Aix-en-Provence

Message Mer 11 Jan 2006, 13:21

Non ça va je ne permettrais pas quand je rentre chez moi je regarde infosport pour voir un peu les résultats de la nuit puis apres je lis la resumé de la nuit sur sport24 et je poste ;)
Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Jeu 12 Jan 2006, 10:54

La résurrection des Knicks
2006, année des Knicks ? S’il paraît bien prématuré de l’affirmer, toujours est-il que la franchise de la Big Apple est toujours invaincue depuis début janvier. Dernier succès en date, la nuit dernière contre Dallas (117-115), après prolongation. A noter le festival du Supersonic Rashard Lewis contre Orlando.



Le match de la nuit :
Au fond du trou en fin d’année dernière avec seulement 7 victoires pour 21 défaites et une catastrophique place de lanterne rouge de la ligue, New York ne semblait en fait attendre qu’une chose : que l’année 2006 commence. En effet, depuis son incroyable succès, le 2 janvier dernier, au Madison contre Phoenix (140-133) après trois prolongations, les Knicks sont inarrêtables. Tour à tour Washington, Seattle et Cleveland ont subi la loi des hommes de Larry Brown. Et cette nuit, Stephon Marbury et consorts passaient un test grandeur nature face à Dallas, la troisième meilleure équipe NBA au pourcentage de victoires (26 succès pour 9 revers avant la rencontre), pour voir si leur excellente disposition actuelle n’était l’œuvre que d’un heureux hasard ou d’un véritable redressement. La première mi-temps allait très vite se charger d’apporter un début de réponse. En particulier le quart-temps inaugural où les joueurs de la Big Apple donnaient le tournis à leurs homologues texans (35-21). Dépassés par le rythme imposé par un Marbury de gala (28 points et 6 passes à l’arrivée), les Mavericks rejoignaient ainsi les vestiaires avec un débours de 15 points (63-48) et un océan de questions sans réponses.

Néanmoins, effet salvateur de la pause et de la remontée de bretelles de leur coach Avery Johnson ou pas, les Texans se réveillaient en seconde période. D’abord au pas lors d’un troisième quart qu’ils remportaient 27-23 pour revenir à 11 unités de leurs hôtes. Puis au triple galop lorsque Terry (20 points et 5 passes) et Nowitzki (32 points et 7 rebonds) sortaient l’artillerie lourde à trois points pour enquiller un terrible 13-0 à des Knicks sonnés. Repassés devant (85-88) à huit minutes de la fin, les Mavericks ne parvenaient cependant pas à décramponner une équipe de New York accrocheuse en diable et qui s’offrait le luxe de leur infliger une véritable correction aux rebonds, y compris dans leur propre raquette (54 rebonds à 37, dont un hallucinant 28 rebonds offensifs pour les Knicks à 27 défensifs seulement pour les Mavs). Résultat, les deux équipes jouaient au jeu du chat et de la souris dans les deux dernières minutes. Terry pensait donner la victoire aux siens à 32 secondes de la fin (103-105). Marbury répliquait aussi sec (105-105) et Nowitzki, puis Crawford, manquaient tous les deux le panier de la gagne. Du coup, on allait assister à une période supplémentaire.

Où le héros local prenait corps dans l’inattendue personne d’Antonio Davis. Si ses 11 points et 9 rebonds n’ont rien de faramineux, son abnégation en défense pour faire barrage à Nowitzki allait se révéler en effet décisive en fin de match. L’Allemand, très fair-play, rendait d’ailleurs hommage à son adversaire à l’issue de la rencontre : «C’est un défenseur très malin. Il a vu tout juste et a été exceptionnel (NDLR : Nowitzki évoque l’une des dernières actions du match où Davis lui a fermé l’accès du panier). Il a été très important pour son équipe.» Grâce à ce succès (117-115), verrouillé sur deux lancers-francs réussis par Crawford (25 points) dans les ultimes secondes, New York se replace dans le ventre mou de la Conférence Est. En attendant mieux très certainement.

La perf’ :
Après une série de trois défaites d’affilée, Seattle se devait de réagir dans leur Key Arena face à Orlando s’il ne voulait pas voir s’éloigner la perspective d’une qualification pour les play-offs, déjà loin d’être acquise. Mais pas inenvisageable. Surtout si Rashard Lewis réitère souvent le type de performance qu’il a accompli la nuit dernière. 45 points à 12/18 au tir et 17/20 au lancer, agrémentés de 5 rebonds, l’ailier des Sonics a parfaitement su compenser l’expulsion de Ray Allen, survenue au début du deuxième quart pour une violente altercation avec Dooling. Lewis a fait la différence principalement dans le troisième quart-temps, avec 13 points permettant à Seattle de se détacher largement avec 18 unités d’avance (84-66). Et même un ultime acte mené tambour battant par les Magics (38-29) ne changeait rien, les Sonics s’imposant au final de neuf longueurs (113-104).

La nuit des Frenchies :
Toujours à Seattle, Johan Petro, une nouvelle fois titulaire, a réalisé une partie assez discrète avec 8 points et seulement 2 rebonds, lui qui commençait à s’imposer petit à petit comme le meilleur rebondeur des Sonics. De son côté, Mike Pietrus n’a pris part à la défaite de son équipe de Golden State, chez elle, face à Miami (96-110). Néanmoins, le retour de l’ancien Palois est désormais imminent puisqu’il a commencé à redisputer des deux contre deux à l’entraînement et a confié ne plus ressentir de douleur. Une bonne nouvelle pour les Warriors qui restent sur trois défaites d’affilée et qui ont perdu leur place en play-offs au profit de Denver.

Résultats de la nuit :
Miami - Golden State 110-96
Charlotte - Toronto 86-95
Utah - Philadelphie 110-102
Atlanta Washington 72-103
Milwaukee - Indiana 88-112
Dallas - New York 115-117
Chicago - Minnesota 93-99
Sacramento - Houston 88-80
LA Lakers - Portland 103-113
Orlando - Seattle 104-113
Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Jeu 12 Jan 2006, 12:16

Basket - NBA : Turiaf bientôt chez les Lakers

Selon L'Equipe, Ronny Turiaf pourrait signer chez les Los Angeles Lakers d'ici la fin de la semaine. Ce mardi, le manager général de la franchise de L.A., Mitch Kupchak, et le vice-président, Jim Buss, sont venus voir jouer l'international français, opéré du coeur, lors de sa prestation avec les Sun Kings de Yakama contre les Sioux Falls (122-180).



« Il a encore énormément progressé. Au niveau phisique surtout. Même si on voit qu'il est parfois un peu fatigué, il n'est plus très loin d'avoir le niveau pour jouer en NBA, » commente Mitch Kupchak dans les colonnes du quotidien sportif. Turiaf a marqué 21 points, pris 9 rebonds et offert 8 passes en vingt-neuf minutes de jeu. Le manager s'est pourtant montré discret sur ses intentions et sur la possible signature d'un contrat.

De son côté, le Martiniquais se verrait bien quitter Yakama pour rejoindre la Côte ouest. « Maintenant Yakama et la CBA (Continental Basketball Association) c'est fini. La balle est dans le camp des Lakers. Moi je vois mon avenir à Los Angeles. Mais si cela ne doit pas arriver, alors je partirai en Europe dès que possible. »

Avatar de l’utilisateur
Kadelou du 13
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 3426
Inscrit(e) le : 01 Juil 2004
Localisation : aubagne

Message Jeu 12 Jan 2006, 21:12

kadelou du 13 a écrit:Non ça va je ne permettrais pas quand je rentre chez moi je regarde infosport pour voir un peu les résultats de la nuit puis apres je lis la resumé de la nuit sur sport24 et je poste ;)


non mais ce que je veut dire par là c'est que j'ai pas l'impression que pas grand monde lis ! lol ;)
Image
OMPanache
GraphOMan
GraphOMan
 
Messages : 12125
Inscrit(e) le : 08 Mai 2005
Localisation : Aix-en-Provence

PrécédentSuivant

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)
cron