[Russie] Premier-Liga

Les championnats étrangers et les équipes Nationales

Message Mer 17 Déc 2014, 00:43

Limite de joueurs étrangers

La Fédération russe de football a adopté sa première mesure visant à favoriser l’éclosion de joueurs russes au sein de son Championnat. La nouvelle réglementation adoptée ce mardi prévoit une limite de dix joueurs étrangers présents dans chaque club et de quinze Russes. Le comité exécutif de la Fédération a donc durci l'ancienne mesure selon laquelle un minimum de quatre joueurs russes devaient être présents sur la pelouse.

http://www.lequipe.fr/Football/Actualit ... ers/522591


A noter que les Russes voulait réduire à 6 le nombre d'étranger par club et également obliger d'aligné un nombre minimum de joueurs Russe sur le terrains ,ce nombre était de 4 jusqu’à présent.

Russie : Le nombre d'étrangers limité dans les clubs

Le ministre des Sports russe, Vitaly Mutko, vient d'annoncer que son pays allait bientôt réduire et limiter le nombre de joueurs étrangers dans les différents championnats en Russie. Le but ? Favoriser l'impact des joueurs russes et solidifier les équipes nationales.

Le ministre des Sports russe, Vitaly Mutko, vient de confirmer qu’une loi était en préparation pour réduire le nombre d’étrangers dans les différentes ligues du pays. « Nous souhaitons que les sportifs russes jouent un rôle de premier plan dans les clubs du pays », a indiqué ce dernier à l'agence de presse ITAR-TASS. La loi annoncée pour l’année prochaine devrait restreindre le nombre de joueurs étrangers à six pour les équipes de football et à trois pour celles de basket, hockey sur glace et volley.
Vladimir Poutine, le président russe, s’exprimait dans ce sens dans un communiqué du Kremlin en avril dernier. « Aujourd’hui la politique de recrutement des clubs ne prend pas en compte les intérêts des équipes nationales. (…) Nous devons axer notre travail de manière à élever le niveau des joueurs et entraîneurs russes, être constamment à la recherche d’athlètes doués et brillants, c’est ainsi que nous pourrons envisager la victoire. »

http://www.franceinfo.fr/sports/sports/ ... ubs-562037


La France peut-elle limiter le nombre de joueurs étrangers ?

La Russie entend limiter la présence de joueurs étrangers dans ses championnats, quatre sports majeurs sont concernés. Le but ? Redevenir compétitif au niveau international. Est-ce qu’une telle mesure est applicable en France et comment serait-elle accueillie ?

«Nous souhaitons que les sportifs russes jouent un rôle de premier plan dans les clubs du pays». La phrase est de Vitaly Mutko ministre des Sports de la Russie. Derrière ces mots une loi annoncée pour début 2015 visant à réduire le nombre de sportifs étrangers. Six maximum pour les clubs de football et trois pour ceux de hockey sur glace, volley-ball et basketball. Le principal objectif, selon le ministre, reste la compétitivité de l’Equipe russe de football pour la Coupe du monde 2018, organisée sur place. Qu’elle soit politique ou simplement à but sportif, cette annonce relance un débat lancé par l’arrêt Bosman de 1995. Depuis cette date, les quotas limitant le nombre d’étrangers ont été interdits en matière de sports collectifs professionnels, dans l’Union Européenne (par conséquent non applicable pour la Russie). Le contraire reviendrait à faire de la discrimination fondée sur la nationalité, en totale contradiction avec la jurisprudence du Vieux Continent.

Contraire aux restrictions européennes

La France est donc tenue de se plier aux règles, comme nous l’explique l’avocat spécialisé en droit du sport, Jean-Jacques Bertrand : «Ce n’est bien sûr pas possible en raison des restrictions européennes, d’appliquer ce cas en France. Il ne peut y avoir des discriminations sur la libre circulation des travailleurs.» Ce qui n’est pas le cas pour la Russie précise Redouane Mahrach, avocat au barreau de Paris : «Même si la Russie a signé un accord de coopération avec l’UE, il ne concerne que la partie économique et non le droit du travail et le sport. En France la situation est différente, les Africains liés par les accords de Cotonou peuvent être recrutés sans limite de nombre. Ce qui n’est pas le cas des joueurs d’Amérique du Sud qui sont soumis aux quotas de joueurs extracommunautaires (4 par club).» Reste que les clubs contournent aisément cette restriction grâce au système de la double nationalité. Ainsi, le PSG possède 14 joueurs étrangers dans son effectif dont la majorité possède une deuxième nationalité. C’est le cas de Cavani, Pastore ou Lavezzi, détenteurs de passeports italiens permettant de ne pas les compter comme extracommunautaires. Un constat que déplore Jean-Pierre Louvel, président de l’Union des clubs professionnels de football (UCPF), interrogé par notre rédaction : «Pour le PSG c’est dommageable d’aligner autant de joueurs étrangers. Je peux comprendre ce que fait la Russie, c’est surtout intéressant pour l’équipe nationale. En France, il y a des discussions autour de ce sujet, je suis plutôt favorable aux quotas. Mais ça bloque parce qu’il n’existe pas d’équivalent à l’exception culturelle dans le domaine sportif en France. Il faudrait minimum 6 ou 8 joueurs français par club. Mais c’est à la commission européenne de s’adapter.»

Jean-Pierre Louvel favorable aux quotas
Si le président de l’UCPF se montre favorable aux quotas, cette volonté russe ne tient en aucun cas de la solution miracle. D’autres problèmes sous-jacents subsistent : «A 16 ans, les joueurs peuvent partir alors qu’ils ne sont pas formés. Les clubs anglais nous les prennent et on ne s’y retrouve pas économiquement et sportivement. Ça ne veut plus dire grand-chose le terme «joueur formé au club».» Les structures sportives n’hésitent alors plus à contourner les lois. «Beaucoup de jeunes joueurs français partent en Angleterre de plus en plus jeunes pour être formés dans les clubs britanniques,» constate Jean-Jacques Bertrand. (1)
Récemment passée devant la France au classement de l’indice UEFA, la Russie n’hésite pas à tout chambouler pour viser l’avenir. Quitte à se passer de ces pépites venues en nombre d’Amérique du Sud, se régaler sur les pelouses russes. Dans tous les cas le concept a déjà été adopté par Fabio Capello. En mai dernier il dénonçait un nombre trop important de joueurs étrangers préjudiciables au vivier de Russes sélectionnables. Mathieu Valbuena pourrait ainsi quitter la Russie plus vite que prévu...

(1) Règlement de l’UEFA (article 18.10: 3 ans passés au club entre 16 ans et 21 ans, le joueur est considéré comme formé).
DES CLUBS À FORTE CONSONANCE ÉTRANGÈRE
En Russie, le club de Barys en hockey sur glace compte pas moins de 14 étrangers dans son effectif. Le même constat peut s’appliquer pour le CSKA en football qui compte 11 joueurs étrangers. La nouvelle loi changerait radicalement leur politique sportive. En France, Paris et ses 14 étrangers est le plus emblématique. Pour prendre l’exemple du basket, Nancy possède 5 étrangers dans son effectif.

http://sport24.lefigaro.fr/football/act ... ers-712486
Image

:champion: "A jamais le premier" :champion: (A avoir démasqué l'imposture Labrune )
Avatar de l’utilisateur
vascancehlos
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 4798
Inscrit(e) le : 04 Mai 2005
Localisation : 57 Moselle

Message Mer 17 Déc 2014, 20:06

Ils peuvent limiter leur économie est au bord de la faillite, plus personne voudra y aller
Image
Avatar de l’utilisateur
Pirouli
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 2213
Inscrit(e) le : 29 Déc 2009

Message Jeu 18 Déc 2014, 00:04

Y a un moment, tu fais un choix : t'es dans l'espace Schengen ou signataire d'accords de coopération avec l'espace Schengen, tu assumes. Sinon, tu fermes tes frontières, mais tu les fermes AUSSI aux capitaux étrangers. Tu peux pas avoir le beurre, et l'argent du beurre.
Donc que les Ruskoffs aillent se faire mettre avec leurs histoires de quotas, épicétou ! ^^
Avatar de l’utilisateur
Bab Joo
Bordeniaise
Bordeniaise
 
Messages : 16987
Inscrit(e) le : 04 Mars 2010
Localisation : Encore un peu plus à l'ouest

Précédent

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité