QATAR • Au royaume de l'esclavage moderne

Les championnats étrangers et les équipes Nationales

Message Dim 19 Mai 2013, 11:28

Abdeslam Ouaddou : "Le Qatar m'a traité comme un esclave"

Défenseur international marocain, formé en France, Abdeslam Ouaddou, 34 ans, a évolué au Qatar durant deux saisons, une expérience qui a viré au cauchemar. Spolié de ses droits, il dénonce les méthodes du Qatar.

Racontez-nous votre expérience qatarie ?

En 2010, je m'engage pour deux saisons avec le club qatari de Lekhwiya qui appartient au cheikh al-Thani, également propriétaire du PSG. A la fin de la première saison, nous remportons le titre de champion. Je rentre en France pour les vacances et, à mon retour, tout se complique. Les dirigeants m'informent que je dois quitter le club, sans la moindre explication. J'ai d'abord cru à une blague. Mais je me suis vite aperçu que celui qui me parlait ne rigolait pas du tout. J'ai essayé de comprendre, de discuter. Mais rien à faire : "C'est un ordre du prince. Et les ordres du prince ne sont pas sujets à discussion."

Que s'est-il passé ensuite ?

Ils m'ont finalement placé dans un autre club appartenant au prince al-Thani, le Qatar SC. A la fin de la saison, je pars en vacances. A mon retour, je plonge en plein cauchemar. Les dirigeants veulent casser mon contrat qui court jusqu'en juillet 2013. Ils ne veulent me payer qu'un mois de salaire en guise de compensation. Je contacte la fédération locale qui fait la sourde oreille. J'ai refusé de céder. Alors, ils m'ont retiré de la liste du groupe professionnel.

Je ne pouvais plus jouer en match officiel. Ils m'ont obligé à m'entraîner aux heures les plus chaudes quand le thermomètre oscillait entre 40 et 50 degrés. Puis, ils ont cessé de me payer. Pour eux, je n'existais plus. J'ai saisi la Chambre des litiges de la FIFA. Les dirigeants qataris m'ont fait comprendre que je ne pourrais obtenir mon visa de sortie que si je retirais ma plainte. Quand je les ai menacés de saisir la Ligue des droits de l'homme, ils m'ont laissé partir. J'ai quitté le Qatar en novembre 2012 mais je me bats pour récupérer mes arriérés de salaire. Lorsque je suis parti, ils m'ont prévenu : "Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que vous obteniez votre argent le plus tard possible. Nous avons beaucoup d'influence à la FIFA." Je place toute ma confiance en la FIFA pour faire valoir mes droits. Depuis que je suis rentré en France, les menaces continuent : "Tu t'attaques à des gens très puissants."

Pourquoi le Qatar, aussi soucieux de son image, prend-il le risque d'agir ainsi ?

Je pense que c'est culturel. Au Qatar, un contrat de travail n'a pas la même valeur qu'ailleurs. Peu importe que tu sois un joueur international ou capitaine. Du jour au lendemain, si ta tête ne leur revient plus, ils te jettent comme une vieille chaussette. Le Qatar m'a traité comme un esclave. Le mot est fort mais je n'ai pas peur de dire la vérité même si aujourd'hui, attaquer le Qatar est un sujet tabou. Mais l'argent ne peut pas tout acheter.

Où en êtes-vous de vos démarches ?

Je me bats pour obtenir ce qui m'est dû, c'est-à-dire douze mois de salaire. Je me bats aussi pour d'autres qui sont dans la même situation. Stéphane Morello, un entraîneur français, est bloqué là-bas depuis cinq ans. Zaïr Belounis, un joueur français, avait été naturalisé un mois, le temps d'une compétition internationale, avant d'être dégradé. Il n'est plus payé depuis deux ans. Il faut pousser le Qatar à respecter le droit du travail. Les conditions de vie pour les travailleurs émigrés sont inhumaines. Les Qataris pensent avoir tous les droits. Certains centres commerciaux ne sont pas accessibles aux émigrés. C'est l'apartheid !

Etes-vous seul dans ce combat ?

Je me suis joint à la Confédération syndicale internationale (SCI). On va mener une opération pour dénoncer le non-respect du droit du travail au Qatar et appeler à un nouveau vote pour l'attribution de la Coupe du monde 2022. Le Qatar ne peut pas utiliser le sport pour des questions d'image alors qu'il ne respecte pas les droits humains élémentaires. Ce serait la Coupe du monde de la honte et du non-respect des droits de l'homme.

http://www.lemonde.fr/sport/article/201 ... _3242.html


QATAR • Au royaume de l'esclavage moderne


Domestique, ouvrier qualifié ou homme d'affaires : il n'est pas facile d'être un immigré au Qatar où les conditions de travail sont souvent inhumaines.

En 2012, Theresa M. Dantes a signé un contrat avec une agence de recrutement des Philippines pour venir travailler au Qatar comme domestique. Elle devait être logée, nourrie et payée 400 dollars [305 euros] par mois. Pourtant, lorsqu'elle est arrivée, son employeur l'a informée qu'il ne lui verserait que 250 dollars [190 euros]. Elle a accepté car sa famille, restée à Quezon City, comptait sur ce salaire.

Cependant, la jeune femme n'était pas au bout de ses surprises. Theresa Dantes, 29 ans, affirme qu'elle ne prenait qu'un repas par jour, composé des restes du déjeuner familial. "S'il ne restait rien, alors je ne mangeais pas." Elle travaillait sept jours par semaine. Une fois son labeur terminé dans la maison de son employeur, on la forçait à nettoyer celle de sa belle-mère puis celle de sa sœur. Huit mois après son arrivée, Theresa Dantes a voulu partir. Son patron lui a ri au nez : "Tu ne peux pas démissionner !"

Dans le cadre de la kafala, système qui régit la vie de tous les étrangers qui travaillent au Qatar, Theresa Dantes ne pouvait pas quitter son poste sans l'accord de son employeur. Elle s'est enfuie et a rejoint 56 autres femmes qui avaient trouvé refuge au Bureau philippin du travail à l'étranger.

Environ 1,2 million de travailleurs étrangers - qui sont en majorité des personnes pauvres originaires d'Inde, du Pakistan, du Bangladesh, du Népal, d'Indonésie et des Philippines - représentent 94 % de la main d'œuvre au Qatar, une monarchie absolue qui fait à peu près la taille de l'Île-de-France.

Ce dispositif, mis en place dans les années 1950, a été conçu pour les Etats peu peuplés du Golfe qui avaient besoin d'ouvriers dans les secteurs du pétrole et du gaz. Le système s'est tellement développé qu'aujourd'hui, il y a presque cinq fois plus d'employés étrangers que de Qataris. Jusqu'à un million de personnes supplémentaires pourraient arriver au cours des prochaines années pour participer à la construction de neuf stades et de nouvelles routes (pour un budget de 20 milliards de dollars; 15,23 milliards d'euros), afin que le Qatar soit prêt à accueillir la Coupe du Monde de football en 2022.

Un document officiel n'offre pas une protection suffisante

Un grand nombre de ces personnes travailleront dans des conditions dignes du Moyen Age, que l'ONG Human Rights Watch a déjà comparées au "travail forcé". Les patrons qataris sont responsables juridiquement de leurs employés, en plus de leur assurer un poste rémunéré, un visa de travail, un logement et souvent de la nourriture. En échange, chaque travailleur s'engage auprès de son employeur pour une durée déterminée.

En revanche, un employé de peut pas changer de travail, quitter le pays, obtenir un permis de conduire, louer un logement ou ouvrir un compte en banque sans l'autorisation de son sponsor, dit kafil, qui peut de son côté mettre fin à son parrainage quasiment à tout moment et renvoyer la personne dans son pays d'origine.

Et les victimes ne sont pas uniquement des domestiques et des ouvriers peu qualifiés : Nasser Beydoun, un homme d'affaires arabo-américain, affirme qu'il a été "otage économique" à Doha pendant 685 jours avant d'être libéré en octobre 2011. Après qu'il a démissionné du poste de gérant d'une chaîne locale de restaurants, son ancien employeur a refusé de lui accorder un permis pour quitter le Qatar. "Les travailleurs étrangers sont les esclaves modernes de leurs patrons qataris, explique Nasser Beydoun, qui vit désormais à Détroit, aux Etats-Unis. Ils sont leur propriété."

Seule une moitié des ouvriers étrangers signent un véritable contrat de travail avant de venir dans l'émirat, selon un sondage réalisé par l'institut de recherche économique et sociale de l'université du Qatar. Les autres se contentent de conclure un accord verbal.

Toutefois, même signer un document officiel n'offre pas une protection suffisante. Selon le même sondage, 25 % des ouvriers qui avaient signé des contrats ont révélé que leurs employeurs n'avaient pas respecté les clauses associées. Ce chiffre atteignait 42 % chez un tiers des personnes dont le salaire mensuel était inférieur à 275 dollars [209 euros].

En moyenne, un foyer qatari emploie trois personnes

Suite aux pressions exercées par les défenseurs des droits de l'homme et du droit du travail, le gouvernement a promis la mise en place de nouvelles garanties. "Il y a sept ou huit ans, nous n'avions aucune législation du travail, explique Hussein Al Mulla, sous-secrétaire d'Etat au Travail. Cette branche du droit a été améliorée et elle continuera d'être perfectionnée avec le temps."

http://www.courrierinternational.com/ar ... -moderneLe Qatar accusé d’esclavagisme


Le Qatar accusé d’esclavagisme


La Coupe du monde 2022 qui se déroulera au Qatar avait provoqué la polémique lors de son attribution à cause des températures très élevées auxquelles devront s’accommoder les joueurs. Mais cette fois, le problème de chaleur est beaucoup plus grave et met en danger la vie des ouvriers selon Sharan Burrow, la secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale (CSI). « Plus de travailleurs vont mourir pendant la construction (des stades) que de footballeurs ne fouleront les terrains », a-t-elle confié dimanche au quotidien grec Avgi.

Mais en plus de faire travailler des ouvriers par des températures pouvant atteindre 50°C, c’est le traitement qui leur est réservé qui est montré du doigt par la secrétaire générale du CSI. « Ils risquent les crises cardiaques et la déshydratation... Beaucoup meurent la nuit, de coups de chaud », a-t-elle déclaré afin de mettre en lumière le manque de protection de la part des autorités. Et le terrible portrait dressé par Sharan Burrow ne s’arrête pas là. En effet, les passeports des ouvriers seraient en plus retenus à l’entrée du territoire par les autorités afin de les empêcher de quitter le pays.

Avec cette nouvelle affaire, c’est toute l’image du Qatar qui est de nouveau écornée. Le football également ne profite pas de cette mauvaise publicité, car l’argent qu’il engendre est toujours montré du doigt et les scandales de matchs truqués, de malversations financières et maintenant d’exploitation d’ouvriers finiront par faire déborder un vase déjà bien rempli de critiques.

http://www.sofoot.com/le-qatar-accuse-d ... 66715.html
Image

:champion: "A jamais le premier" :champion: (A avoir démasqué l'imposture Labrune )
Avatar de l’utilisateur
vascancehlos
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 4798
Inscrit(e) le : 04 Mai 2005
Localisation : 57 Moselle

Message Dim 19 Mai 2013, 12:47

Ben ouais ... le Qatar dans le monde !?

Image_(a)

Image_(b)


Et bientôt en France ?!

Image_(c)



~ Josip ~ :facepalm: ~




Source : (a)- malijet.com
(b)~(c)-Urtikan.net
Avatar de l’utilisateur
Josip
Ligue 2
Ligue 2
 
Messages : 1436
Inscrit(e) le : 29 Nov 2012
Localisation : ☛'♔'☠'☮'☯'♕'☚

Message Dim 19 Mai 2013, 15:17

Image



Blague à part, merci pour ces liens, Vascan'.
Si ça pouvait en faire réfléchir quelques uns...
Avatar de l’utilisateur
Bab Joo
Bordeniaise
Bordeniaise
 
Messages : 16987
Inscrit(e) le : 04 Mars 2010
Localisation : Encore un peu plus à l'ouest

Message Mer 16 Oct 2013, 14:36

De plus en plus de joueur ayant joué au Qatar témoigne. Dernier en date, Youssouf Hadji ici.
Et la Fifa semble ne pas vouloir s'en mêler. Quelle honte de leur avoir accordé la cdm 2022. Et je ne parlerais pas de Hollande et le PSG qui leur donne de plus en plus d'importance, ici, en France. Oops, bah c'est fait :facepalm:
Image
OMPanache
GraphOMan
GraphOMan
 
Messages : 12124
Inscrit(e) le : 08 Mai 2005
Localisation : Aix-en-Provence

Message Mer 16 Oct 2013, 18:25

La FIFpro vers un boycott du Mondial qatari

La FIFpro, confédération des syndicats de joueurs de football, a annoncé ce mardi qu'elle appellerait au boycott du Mondial 2022 si la compétition se déroulait durant l'été au Qatar.


Le Qatar n'a pas que des amis dans le milieu du football. Et la FIFpro, la confédération des syndicats de joueurs de football, s'est ajoutée à la liste de ses opposants. La raison du conflit, elle, est connue depuis longtemps et semble ne pas finir d'alimenter le débat sur la tenue de la Coupe du monde de football sur le sol qatari en 2022 : la chaleur. Par l'intermédiaire de son vice-président Philippe Pat, l'organisation s'est montrée catégorique ce mardi sur ses positions : «On ne jouera pas l'été au Qatar.»

Seul candidat à la présidence de la FIFpro, dont l'élection devrait avoir lieu la semaine prochaine, Philippe Pat a souhaité justifier sa prise de position. «Jouer au Qatar l'été entre 45° et 50°C, même si on dit qu'on va climatiser les stades, ce n'est pas sérieux», a-t-il déclaré à Reuters. Avant d'ajouter : «Une Coupe du monde, ce n'est pas seulement les vingt-deux joueurs sur le terrain. C'est tout un ensemble, des populations qui se déplacent, des touristes. Nous avons informé la Fifa, l'UEFA que nous ne jouerions pas l'été au Qatar.»

Le Qatar fragilisé

Cette annonce intervient dans un contexte déjà délicat pour le pays de la péninsule arabique, qui essuie depuis quelques temps de nombreuses critiques autour de l'événement. Mais après les dénonciations d'esclavagisme à la suite de la révélation de la mort d'ouvriers sur les chantiers, le Qatar a pourtant récemment bénéficié du soutien de Sepp Blatter, le président de la Fifa. «J'exprime tous mes regrets pour ce qui se passe dans un pays, quand il y a des morts sur des constructions qui sont en relation avec la Coupe du monde. Nous ne pouvons pas dire que cela ne nous concerne pas, mais ce n'est pas une intervention directe de la Fifa qui va changer cela. Cette intervention ne peut être faite que par le Qatar lui-même et le Qatar a confirmé qu'il allait le faire.»

Choisi au détriment des candidatures des États-Unis, de l'Australie, de la Corée du Sud ou encore du Japon, le Qatar semble devoir faire face à un défi encore plus grand que la «simple» organisation de la compétition. Celui d'apparaître crédible aux yeux de tous les acteurs du football mondial.

http://www.lefigaro.fr/football/2013/10 ... qatari.php
Image

:champion: "A jamais le premier" :champion: (A avoir démasqué l'imposture Labrune )
Avatar de l’utilisateur
vascancehlos
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 4798
Inscrit(e) le : 04 Mai 2005
Localisation : 57 Moselle

Message Mer 16 Oct 2013, 18:32

Que plus aucun footballeur n'aille s'enterrer dans ce pays de merde. Ils ont certains clubs chinois, des clubs des émirats, et des clubs russes pour aller se faire plaquer les couilles en or, sans avoir le risque de finir chômeur au soleil sans pouvoir en repartir.
Image
Avatar de l’utilisateur
Gulli
Joe Bar
Joe Bar
 
Messages : 7751
Inscrit(e) le : 19 Déc 2006
Localisation : En cavale

Message Mer 16 Oct 2013, 18:37

OMPanache a écrit:De plus en plus de joueur ayant joué au Qatar témoigne. Dernier en date, Youssouf Hadji ici.
Et la Fifa semble ne pas vouloir s'en mêler. Quelle honte de leur avoir accordé la cdm 2022. Et je ne parlerais pas de Hollande et le PSG qui leur donne de plus en plus d'importance, ici, en France. Oops, bah c'est fait :facepalm:



En plus quand tu vois qu'il font venir des tonnes de jeunes africains ,asiatiques ,sud américains dans leur fondation Aspire en vu de les naturaliser pour la coupe du monde 2022...On ce demande ce qu'ils vont faire avec les plus mauvais... ces gens la traites les hommes comme du bétails...


Le Qatar investit massivement dans le sport, y compris à Eupen

C'était dans l'air depuis quelques semaines, c'est désormais officiel. L'Académie Aspire de Doha est le nouveau propriétaire de l'AS Eupen. Une page se tourne au Kehrweg puisque le club eupenois devient en quelque sorte la succursale belge de cette puissante académie dont le but est de former les futurs talents du foot mondial. Cette opération n'est pas la plus spectaculaire, loin de là... Le Qatar est de plus en plus impliqué dans le sport, dans le football (il va organiser la Coupe du monde en 2022) et dans le football européen.
Le Qatar sème à tout vent, le vent du désert qui souffle - notamment - sur le football. La fondation Qatar, directement liée à l’Émir, est devenue l'année dernière et pour cinq ans le premier sponsor maillot de Barcelone. Il lui en coûte une bonne trentaine de millions d'euros par an.

Les formules d'intervention sont multiples: les Qataris sont partenaires de quelques clubs anglais, ils sont carrément les propriétaires de Malaga et du PSG (Paris- Saint-Germain). Reprendre le club parisien était aussi une porte d'entrée vers les droits de télévision.

Depuis vendredi dernier, une nouvelle chaîne Be In Sport 1 retransmet des matches de football. Elle appartient à Al-Jazira. La TV qatarie a acquis 80% des droits du championnat français et, notamment, plus de cent matches de Ligue des champions (contrat partiel valable aussi en Angleterre).

Il semble ne pas y avoir de limite dans la volonté de préparer l'après-pétrole, l'après-gaz (les richesses actuelles du petit Émirat). Et pourtant, le développement est freiné, notamment par la structure même de quelques grands clubs (allemands, espagnols), en partie ou totalement détenus par les supporters eux-mêmes.

Après l'aspect financier, le volet humain : le Qatar souhaite présenter à terme des équipes et des athlètes compétitifs. En formant sur place et à Eupen des jeunes joueurs africains, asiatiques, c'est aussi dans le but d'en naturaliser quelques-uns...

http://www.rtbf.be/info/regions/detail_ ... id=7782556


>>>>>>>>>>>>>

http://www.espoirsdufootball.com/30914-psg-un-partenariat-qatarien-avec-las-eupen.html
Image

:champion: "A jamais le premier" :champion: (A avoir démasqué l'imposture Labrune )
Avatar de l’utilisateur
vascancehlos
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 4798
Inscrit(e) le : 04 Mai 2005
Localisation : 57 Moselle

Message Mer 16 Oct 2013, 19:22

Gulli a écrit:Que plus aucun footballeur n'aille s'enterrer dans ce pays de merde. Ils ont certains clubs chinois, des clubs des émirats, et des clubs russes pour aller se faire plaquer les couilles en or, sans avoir le risque de finir chômeur au soleil sans pouvoir en repartir.


le voisin émirati c'est du pareil au même, sauf qu'eux ils investissent pas dans l'image ;)
Image
Avatar de l’utilisateur
Pirouli
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 2213
Inscrit(e) le : 29 Déc 2009

Message Mer 16 Oct 2013, 19:25

Sauf que chez les Emirats arabes unis, tu n'as pas besoin d'un visa de sortie du territoire à ma connaissance. Donc si tu n'es plus payé par ton club là-bas, tu peux faire valoir tes droits et sortir du territoire. 2 choses qui ont l'air impossible ou très difficile au Qatar.
Image
Avatar de l’utilisateur
Gulli
Joe Bar
Joe Bar
 
Messages : 7751
Inscrit(e) le : 19 Déc 2006
Localisation : En cavale

Message Mar 25 Nov 2014, 20:25

Qatar: des travailleurs migrants expulsés pour avoir fait grève

Au Qatar, les conditions de la loi sont telles que les travailleurs étrangers ne peuvent pas faire grève. Pourtant, une centaine d'ouvriers a débrayé durant trois jours. Ces travailleurs népalais, indiens, sri-lankais et bangladais ont refusé d'aller travailler vendredi 21 novembre, seul jour de repos au Qatar. Pour avoir osé protester, ils vont être expulsés.

Avec notre correspondante à Doha, Laxmi Lota

Les ouvriers étaient en repos dans leur camp de travailleurs, vendredi dernier, lorsque leur patron leur aurait demandé d'aller sur un chantier. Une centaine d'entre eux refuse. Et pour cause, ils touchent des salaires plus bas que promis dans leur pays d'origine. Au bout du troisième jour de grève, la police arrive et arrête les protestataires.

Quatre-vingts d'entre eux vont maintenant être expulsés. Pour leurs employeurs, deux sous-traitants dans le domaine de la construction, l'affaire est close. Ils affirment même que la grève n'est pas due à un problème de salaire comme en témoigne anonymement l'un des responsables de Qatar freelance trading and contracting :

« Vendredi, il s'est passé quelque chose entre les travailleurs, c'est une histoire interne, entre eux. C'est pour cette raison que certains veulent rentrer chez eux ! Il n'y a pas de problème de salaire ou quoique ce soit de ce type ! ».

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20141125 ... loi-greve/
Image

:champion: "A jamais le premier" :champion: (A avoir démasqué l'imposture Labrune )
Avatar de l’utilisateur
vascancehlos
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 4798
Inscrit(e) le : 04 Mai 2005
Localisation : 57 Moselle

Message Mar 25 Nov 2014, 21:19

C'est pas une surprise...
Avatar de l’utilisateur
Bab Joo
Bordeniaise
Bordeniaise
 
Messages : 16987
Inscrit(e) le : 04 Mars 2010
Localisation : Encore un peu plus à l'ouest

Message Mer 26 Nov 2014, 09:29

On ne parle pas assez de ce pays de merde et de leurs pratiques pourries.
Ce pays m'irrite fortement.
Image
OMPanache
GraphOMan
GraphOMan
 
Messages : 12124
Inscrit(e) le : 08 Mai 2005
Localisation : Aix-en-Provence

Message Jeu 27 Nov 2014, 16:08

OMPanache a écrit:On ne parle pas assez de ce pays de merde et de leurs pratiques pourries.
Ce pays m'irrite fortement.


Ouai, enfin, faut qu'on reste entre nous pour en parler hein. Parce que si on invite un qatari ou un parisien connaissant l'histoire de la fortune Dreyfus (tu sais, les bateaux négriers toussa toussa), et toutes les affaires juridiques liées à l'esclavagisme dont a été accusé et condamné notre défunt proprio, on va un peu avoir l'air cons moi j'dis. Dernière en date, la fermeture de 6 des 10 exploitations de canne à sucre et d'éthanol, tout comme d'une usine de sucre et d'éthanol en 2009. Ouai, en 2009.

Bref, passons sous silence ce topic où on voit l’écharde dans l’œil d'autrui à 4621 km, mais le tronc qui est dans le notre ne nous gène pas :sm6:
Avatar de l’utilisateur
ohèmejetaime
CFA
CFA
 
Messages : 172
Inscrit(e) le : 07 Nov 2014

Message Jeu 12 Mars 2015, 20:51

Football: le Barça envisage de couper les ponts avec le Qatar

Le club refuserait de renouveler son contrat avec l'Etat du Golfe qu'il soupçonne de financer le terrorisme

i24newsLe club de foot espagnol FC Barcelone ne renouvellera pas son contrat financier avec le Qatar en raison du soutien présumé du royaume à des organisations terroristes, a révélé vendredi la chaîne israélienne Aroutz 2.

Le Barça avait conclu un deal lui rapportant quelques 200 millions de dollars en décembre 2010. Expirant en 2016, celui-ci ne devrait pas être renouvelé par le club catalan. L'accord avait permis à plusieurs groupes qataris d'exposer leurs logos sur les maillots des joueurs du Barça, notamment la Qatar Foundation ou la compagnie aérienne Qatar Airways.

Les dirigeants israéliens ont plusieurs fois accusé le Qatar de financer les activités du Hamas, organisation terroriste qui contrôle la bande de Gaza. Aroutz 2 a également évoqué des transferts de fonds qataris vers les Frères musulmans, le Front Al-Nosra et d'autres groupes islamistes.

Pendant la guerre qui a opposé cet été le Hamas à Israël, le président israélien Shimon Peres a déclaré que le Qatar était "le plus grand sponsor du terrorisme".

Lorsque l'accord avec le Qatar avait été conclu, le gouvernement israélien avait envoyé une pétition au club catalan, lui demandant de rompre ses liens avec la Qatar Foundation, qu'il accuse de financer activement le Hamas.

Le chef de la branche politique du Hamas, Khaled Mechaal, s'est notamment exilé au Qatar qui a versé des milliards de dollars à la bande de Gaza.

Azmi Bishara, ex-député israélien soupçonné d'avoir transmis des informations confidentielles au Hezbollah avant la Deuxième guerre du Liban et fondateur du parti arabe israélien Balad dont les dirigeants sont aujourd'hui les députés Hanin Zoabi et Djamal Zahalka, s'est enfui d'Israël pour s'intaller à Doha au Qatar, où il entretient d'étroites relations avec la famille royale.

Le FC Barcelone est devenu le 2 janvier le club le plus populaire du monde, en franchissant la barre symbolique des 50 millions de fans sur le réseau social Facebook. L'équipe accueille des joueurs qui figurent parmi les plus grands footballeurs du monde, tels que Messi, Suarez ou encore Neymar.

Les joueurs du Barça se sont rendus à plusieurs reprises au Qatar dans le cadre du partenariat signé avec le royaume. Ils ont aussi visité Israël durant l'été 2013.

Après s'être recueillis à la basilique de la Nativité à Bethléem et avoir rencontré le président palestinien Mahmoud Abbas, les joueurs s'étaient rendus au mur des Lamentations de Jérusalem puis à Tel Aviv.

Le Qatar est également le sponsor du club de football français Paris - St Germain (PSG) par l'intermédiaire du fonds Qatar Sports Investments dont les actifs culminent à quelque 115 milliards de dollars.

http://www.i24news.tv/fr/actu/sport/550 ... c-le-qatar


Et si le Barça mettait fin à son contrat avec le Qatar ?

PROMESSE - Candidat à la présidence du FC Barcelone, l'homme d'affaires Augusto Benedito a promis de rompre les liens contractuels qui unissent le Barça et le Qatar. De quoi retrouver un maillot sans sponsor ?

Un nouveau maillot sans sponsor. Voilà ce qui pourrait arriver la saison prochaine si Augusto Bendito est élu cet été à la présidence du Barça. L'homme d'affaires candidat à la succession de Josep Maria Bartomeu a promis qu'il mettra fin au contrat qui lie le club catalan et le Qatar. Un partenariat matérialisé sur le maillot par Qatar Foundation.

Dans une interview accordée au média anglais Goal, Augusto Benedito a même parlé d'un contrat ''très nocif pour le Barça. Ce n’est pas un contrat intéressant financièrement. Mais par rapport à ce que représente Barcelone en termes d'image, de valeurs et de sentiment, je crois que le club doit rester à l'écart du régime Qatar''.

Une proposition déjà évoquée ?

S'il a parlé de fin immédiate, il a ensuite nuancé son propos affirmant que son ''engagement est de briser, ou au moins ne pas renouveler, les relations avec le Qatar ". Du côté du FB, l'idée de ne pas renouveler le contrat avec la fondation du Qatar a déjà été évoquée. Si la dette du club est passée l'été dernier sous la barre des 300 millions d'euros, les Blaugrana s'interrogeraient sur les liens entre le Qatar et terrorisme. Les questions relatives aux traitements des travailleurs et les soupçons de corruption entourant la désignation du Qatar comme pays hôte du mondial 2022 soulèveraient de nombreux doutes en interne.

Parmi ses autres chevaux de bataille, Augusto Benedito a promis de continuer le travail de La Masia et de placer Lionel Messi au centre du projet catalan.

http://www.metronews.fr/sport/et-si-le- ... AM7zLEMX2/
Image

:champion: "A jamais le premier" :champion: (A avoir démasqué l'imposture Labrune )
Avatar de l’utilisateur
vascancehlos
Ligue 1
Ligue 1
 
Messages : 4798
Inscrit(e) le : 04 Mai 2005
Localisation : 57 Moselle


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité
cron