OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Bordeaux 1-0 OM : Quand l'OM voit rouge ...

Le Dimanche 02 Novembre 2003 par Jybee

Aix en Pce, 02-11-03, 13h40

Il y a des clubs qu'il ne fait pas bon rencontrer en championnat, et s'il y'en a un en particulier, c'est sans doute Bordeaux. L'OM a depuis longtemps fini de compter le nombre d'années consécutives sans victoire au Parc Lescure, tellement ce nombre est grand. Alors à quand une victoire en Gironde ? Tout le monde espérait une réponse positive pour hier soir, mais le destin en a décidé autrement. Et ce qui s'annoncait comme l'affiche de cette 12eme journée de Ligue 1, a tourné court pour les Olympiens, en méforme hier soir. Y'aurait-il un malaise à la Commanderie ? Cela se saurait. Peut être l'affaire Barthez dans les esprits de chacun. Mais je doute que cela suffise à foutre le dawa au sein du groupe. L'OM possède un excellent gardien en la personne de Vedran Runje, et tant qu'il touchera du bois, il n'aura pas besoin de doublure.

Quoi qu'il en soit, la soirée débute avec un effectif Olympien pour le moins surprenant. La titularisation de Meité, avec Van Buyten sur le banc, ainsi que Celestini, Hemdani au milieu, Drogba et Marlet devant. Cela fait beaucoup de titulaires sur le banc pour prétendre à un bon résultat en terre Bordelaise. Et c'est somme toute logiquement que Bordeaux domine les débats durant les 20 premières minutes, avant de voir la première occasion marseillaise : une belle frappe qui oblige Ramé a sortir une belle parade. Ce fut pour ainsi dire la seule occasions franche pour l'OM durant cette première mi-temps cloturée par un but de Darcheville à la 45eme. On ne demandera pas ou était Meité pendant ce temps là, tout le monde sait qu'il était en train de compter les brins d'herbe du rond central de la pelouse de Lescure. C'est que c'est important de savoir combien de brins d'herbe il y a dans ce putain de rond central ... Hum bon... Toujours est il qu'il a du interrompre son activité pour prendre en chasse l'attaquant Bordelais qui filait seul sur le coté gauche, un peu excentré. Peut être que Runje n'aurait pas du sortir et attendre la fin du retour de Meité, mais on ne va pas refaire le match.

Bref, 1-0 à la pause, on se dit que Perrin va bousculer ses troupes durant ces 15 minutes de repos. L'espoir fait vivre mes amis, l'espoir fait vivre ... En seconde période, pas grand chose à se mettre sous la dent, et c'est tout logiquement que Perrin fait rentrer Drogba à la 67eme, en lieu et place de Fernandao. Un attaquand pour un milieu, il faut rammener au moins le nul. Cependant, le meilleur buteur du club n'aura pas l'occasion d'exercer son talent plus de 8 minutes. En effet, à la suite d'un mauvais geste de Basto, Didier Drogba se permet de se faire justice lui meme, si tant est que l'on puisse parler de justice. Ce n'est pas une petite tape sur la tete comme une mère donne à son gamin pour le reprendre qui a fait s'éffondrer Basto comme s'il avait reçu une balle en pleine tete. Bref, le cinéma comme si vous y étiez, dirait-on chez canal.

A 10 contre 11, et menés 1-0, les affaires semblaient bien mal engagées sans buteur. D'autant que Bordeaux ne lachait pas l'affaire. Et c'était au tour de Christanval de commettre l'irréparable : une main volontaire empechant le ballon de poursuivre sa course à la 82eme. L'arbitre s'est empressé de sortir à nouveau un carton rouge. Alors si d'emblée avec une équipe en manque de titulaires, la partie s'annoncait sérrée, à 9 contre 11, les carottes étaient belles et bien cuites.

Quand l'OM voit rouge, c'est du Bordeaux qu'il y a dans le verre. Un match à oublier bien vite. Espérons seulement que cela n'affectera pas le moral des troupes qui sauront se remotiver pour jouer à Porto et sortir un match d'anthologie. Mais il ne suffit plus d'espérer. Il nous faut du concret, car Lyon se profile à l'horizon, et il ne faudrait pas faire de faux pas. Gageons que cette parole soit entendue par les marseillais.

Sur ce, allez l'OM.

  • Olympique de Marseille
  • 5 sur NOUS
    Marque marseillaise créée en 2001. Vêtements urbains, street culture et webmedia.