OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Bilan à mi-parcours

Le Mercredi 24 Décembre 2003 par RV09

L'OM a réalisé un superbe démarrage, devenant avec Monaco le candidat le plus sérieux au titre.
Les victoires se succédaient, l'OM développait un jeu séduisant et la ligue des champions pointait le bout de son nez, et nous pensions que l'OM allait poursuivre sa marche en avant tant en L1 qu'en C1
Hélas, trois fois hélas, l'OM allait retomber dans les travers de ces dernières années : manque de motivation, perte de confiance, manque de chance... et par-dessus tout, des difficultés relationnelles entre le coach et les joueurs se faisaient sentir.
L'arrivée soit disant acquise de Barthez n'aura fait qu'amplifier le mal qui rongeait l'OM, et plongea les joueurs dans une série noire, perdant au passage de trop nombreux points pour la course au titre et à la qualification en 8èmes de finale de la C1.
La gestion humaine de ce rocambolesque transfert est à déplorer, surtout que Vedran s'est toujours donné à fond pour l'OM et nous a sauvé tant de fois.
Néanmoins, le tableau n'est pas si noir que cela, car avec 2 matches en retard, l'OM peut passer dans les 3 premiers.
Et puis, le fond de jeu qui était le notre en ce début de saison ne s'est pas envolé comme par enchantement, alors avec du repos pour les jambes et les têtes à la trêve devrait remettre l'OM sur la bonne voie, celle de la gagne.
Si on arrête de balancer des ballons loin devant comme lors des derniers matches et que l'on arrive à jouer rapidement avec un organisateur au milieu, alors l'OM devrait atteindre ses objectifs en fin d'année : une qualification en C1 n'est pas utopique quand on connaît le potentiel de ces joueurs et surtout de ce groupe.

Le jeu :

Défensivement, l'OM dispose d'excellents éléments mais a tendance à souvent être trop attentiste face aux attaquants adverses : par exemple, sur le but de Giuly contre Monaco, aucun défenseurs n'est sorti pour s'opposer à Giuly quand il était loin des buts... résultat, à force de reculer, le nain de Monaco a pu frapper au but avec le résultat que l'on connaît.
Le point fort est assurément la charnière centrale, composée du géant Belge et de Christanval, elle offre une assise défensive à toute l'équipe tant en puissance physique, qu'en technique qu'en vitesse.
Le point faible ce sont les côtés ! Pas besoin d'avoir fait math sup' pour voir qu'Ecker se fait bananer sur le couloir gauche et que ni Beye ni Perez ni Méïté n'ont réussi à être réguliers sur le côté droit. Néanmoins, le flanc droit semble aller mieux depuis quelques matches, Méïté et Beye apportent offensivement de bons ballons et assurent une bonne défense... faut continuer comme ça ! Quant au côté gauche, les performances de Skacel sont trop irrégulières et limitées pour voir une lueur d'espoir... enfin si, il y a un espoir, c'est le retour rapide de Dos Santos au haut niveau prévu pour fin janvier- début février.
Pour en finir défensivement, il faut souligner le bon travail qu'effectuent les milieux défensifs, qui récupèrent bon nombre de ballons. D'autant plus qu'à ce niveau, on est plutôt bien fourni.

Au niveau de l'animation offensive ça se gâte, car c'est le plus gros problème de l'OM. Certes Meriem apporte sa vision et son coup de patte, mais ce n'est pas suffisant pour alimenter en bons ballons les attaquants. Avec un schéma en 4-4-2, il apparaît évident qu'il manque un vrai n°10 à l'OM. Sur les ailes, ce n'est pas terrible et ceci quelque soit le côté. Car si dans certains cas l'apport offensif des ailiers est bon, le repli ne se fait pas et laisse un boulevard aux latéraux adverses pour les contres.

En ce qui concerne l'attaque, pas grand-chose à dire sauf rappeler qu'il y a toujours un manque de réussite devant le but. La paire Drogba-Mido fait agréablement oublier les attaquants de ces dernières années, tant leur complémentarité et leur combativité font plaisir à voir. Si l'efficacité avait été meilleure, l'OM aurait sûrement quelques points de plus.

  • Olympique de Marseille
  • 5 sur NOUS
    Marque marseillaise créée en 2001. Vêtements urbains, street culture et webmedia.