OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Un coup de tête pour un billet en quart ....

Le Vendredi 26 Mars 2004 par Jybee

Ami(e)s de l'OM, bonjour. C'est avec la tête dans le cosmos que je vais rédiger cet édito, un lendemain de victoire. J'ai pu voir le match chez des amis, et je suis forcément rentré un peu tard. Mais belle soirée. On aura souffert, on aura exulté de joie à chacun des buts de l'OM, et on se sera fait peur sur l'ouverture du score des Reds de Liverpool. Mais c'était sans compter sur l'envie de gagner des Marseillais. Revenons sur cette soirée chaude en emotions.

C'est avec dix minutes de retard que j'arrive au Stade (enfin, chez mon pote, devant la télé), et j'ai donc loupé l'introduction. Toujours 0-0 fort heureusement. Ceci dit, il s'était déjà passé des choses durant ces dix premières minutes. Pour être plus précis, il s'est passé une chose en particulier : un violent contact involontaire entre Magic Meité et Fabulous Fab, ce dernier s'étant fait refaire le nez par le premier. Ceci à la sixième minute. Dès lors, on se dit que Barthez aura perdu en lucidité, et qu'il ne sera pas au top de sa forme le reste du match, avec son pansement en travers de la figure. Il tiendra malgré tout sa place, avec une dose suffisante de sérénité, et inconsciement en fin de match, il fera preuve d'un humour tout à fait involontaire : "On s'est bien éclaté ce soir". Tu ne croyais pas si bien dire Fabien...

Ce faisant, le match a repris, et si les Marseillais l'avait bien entammé, après cette sixième minute, les hostilités allaient se ré-équilibrer, avec des Reds un peu plus présent, notamment au milieu du terrain, montrant une aggressivité qu'on leur connait bien. Sans chercher le vilain tacle, on pouvait les sentir comme à leur habitude : provocateurs. Et contre toute attente, ils parviennent à récupérer le ballon au milieu du terrain, sur une faute que l'arbitre ne sifflera pas, et s'en sont allé marquer par l'intermédiaire d'Heskey, étrangement seul au milieu d'une défense à trois mal positionnée. D'ailleurs, était-ce là la bonne tactique défensive à adopter face au Reds ?

Car cette défense à trois m'a bien fait peur hier soir. Sur chacune des attaques de Liverpool, on sentait qu'il pouvait se passer quelque chose devant le but de Barthez. Les couloirs n'étaient pas vraiment gardés, et l'axe central bien peu garni. Il s'en est fallu de peu pour que les anglais ne marquent un second but. Il aura fallu un bon tacle de Meité dans les pieds d'Owen à l'entrée de la surface, ou un dégagement de Marlet dans les 6m Olympiens pour dégager les ballons chauds. Vous l'aurez compris, après ce but, les Marseillais ont paru désorganisés.

Il aura fallu attendre le dernier quart d'heure et les alentours de la 35ème minute pour voir un éclair de génie de Flamini qui lance Marlet dans la profondeur et dans le dos de la défense, avant d'être (r)attrappé irrgulièrement dans la surface par le short, ce qui le déséquilibra et l'empecha de frapper avec toute l'attention dont il aurait fait preuve sans cela. Le défenseur central de Liverpool a bien attrappé le short du Marseillais, et même si la faute a commencé à l'extérieur de la surface, c'est à l'intérieur de celle ci qu'elle s'est terminée. L'arbitre espagnol n'a pas hésité un seul instant pour nous sortir le package standard dans ces cas là : Carton rouge et pénalty pour le même prix, la belle affaire pour les marseillais, et Didier Drogba qui transforme là l'occasion de revenir à égalité.

Comme au match aller, les Reds ont ouvert la marque, avant les Marseillais ne répliquent, et on se retrouve alors avec une égalité parfaite sur l'ensemble des deux matchs. Si la perspective d'une séance de tirs au but se profilait à l'horizon, il valait mieux marquer un second but pour éviter de perdre des forces.

A 11 contre 10, les choses s'annoncaient plus faciles pour les Marseillais, et au retour des vestiaires, ils prennent les choses en main, et entamment une monopolisation du ballon de tous les instants. Ils veulent ce deuxième but à tout prix. Et petit à petit ils prennent le dessus sur leurs homologues anglais, et lancent des attaques par les ailes. Ferreira a droite, en grande forme, nous gratifira de belles montées, ponctuées par des petits ponts chanceux mais opportunistes. Et c'est sur l'une de ces montées qu'il obtiendra un corner. Un énième corner. Mais nous savons tous la précision avec laquelle les coups de pied arrêtés sont tirés à l'OM. Alors On y croit sans trop y croire, et c'est Ferreira lui même qui se charge de tirer ce corner. C'est alors que surgit l'OM qui ne marque jamais à l'OM, j'ai nommé Abdou Meité. Il surgit au milieu de tout le monde pour venir placer une tête surpuissante sous la barre: 2-1. A partir de maintenant, seule la victoire compte. Plus question de faire match nul, il n'y aura pas de prolongations. La fin du match sera tendue pour tous les supporters. Les Marseillais, tentent le tout pour le tout pour faire le break face à des Anglais qui ont du mal à poser le pied sur le ballon.

Le troisième but ne venant pas, c'est presque inconsciement que l'ensemble de l'équipe s'est mis à reculer dans son propre camp pour aller jusqu'à subir durant les 10 dernières minutes, un jeu anglais abusant de longs ballons en avant pour espérer une tête miraculeuse ou un coup du sort. C'était sans aucun doute l'une des choses à ne pas faire : subir en fin de match alors qu'il y a un but à préserver. Didier Drogba lui même rappelle ses troupes à l'ordre en leur signifiant d'aller de l'avant. Et c'est ce qu'ils font durant les arrêts de jeu. L'équipe remonte et récupère plus haut les derniers ballons restant à jouer. A cet instant du match, un but de l'une ou l'autre des deux équipes aurait condamné l'autre définitivement. Mais c'est Marseille qui tient le bon bout, et à la 93eme, l'arbitre libère les joueurs ainsi que les supporters.

Ce fut un grand moment de joie pour tout le monde. La communion entre les joueurs et le public fut intense. Bref, tout était réuni pour faire de cette soirée européenne une grande soirée. Un obstacle de plus de franchi. Se dresse maintenant sur notre route l'Inter de Milan, qui a fait chuter les Sochaliens en 1/16eme. Savourons aujourd'hui notre victoire, et on ne peut que se réjouir de voir a nouveau un Ohème européen à ce niveau là de la compétition, après le mauvais passage traversé par l'équipe en championnat.

Et en parlant de championnat, il faut dès à présent s'y replonger : l'échéance de Bordeaux dimanche constitu un nouvel obstacle pour ne pas trop décrocher du haut du tableau. Les Bordelais sont sur nos talons, soyons vigilants.


A tous, je vous souhaite un bon week end, qui ne sera bon que si l'OM l'emporte Dimanche.
Allez l'OM, et vive l'europe.

  • Olympique de Marseille
  • 5 sur NOUS
    Marque marseillaise créée en 2001. Vêtements urbains, street culture et webmedia.