OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Fil info

Faut-il envoyer Abdennour en cure à Merano ?

Le Jeudi 14 Décembre 2017 à 13:30 par Casual Mars

Nous l'avons tous vu et constaté hier soir, Aymen Abdennour a été mauvais, il a paru lourd et emprunté, il était lent. En prime, il semble aussi être légèrement en surpoids, mais la trêve hivernale arrive. Faut-il en profiter pour envoyer le défenseur tunisien en cure d'amaigrissement à Merano, comme ce fut le cas pour André-Pierre Gignac, afin qu'il redevienne  le roc qu'il était à Monaco ?

À quelques kilomètres de la frontière autrichienne, au nord de l'Italie, la ville de Merano, petite ville de 30.000 habitants. Autour, il n'y a pas grand chose. Hormis un grand parc naturel, et, un peu plus au sud, la ville de Bolzano. Merano est inévitablement associé aux cures d'amaigrissement. Karim Benzema s'y est rendu en 2011 et a perdu 7 kilos. Avant lui, Yohann Gourcuff, André-Pierre Gignac, mais aussi les plus illustres comme Zidane et Maradona, sont également partis en Italie, pour se refaire une santé, avec tout autant de réussite.

Le fameux programme d'amaigrissement a été institué par un Français, Henri Chenot. Le Palace Merano a ouvert ses portes au début du XXème siècle, mais ne s'est spécialisé dans les programmes de remise en forme que dans les années '90. Un traitement basé sur « l'évolution, le temps qui passe, et le vieillissement » spécifie philosophiquement Henri Chénot. Du coup, certains joueurs de football s'y essaient.

Là-bas, on réapprend à manger, entre autres. Mais pas seulement. Le régime alimentaire n'est qu'une facette de la cure, comme l'avait expliqué à l'époque, Karim Benzema.
« Il s'agit d'un régime de désintoxication, combiné, donc, à une série de thérapies ciblées et des massages, conçus pour débarrasser le corps des toxines. »

« La cure détox débute par un programme alimentaire spécifique accompagné de boissons à base de plantes pour favoriser l'élimination et minimiser l'assimilation. Selon le cas, on privilégie certaines zones de drainage, de régénération ou d'élimination » explique Maximilian Newiger, manager général de l'établissement. En bref, on s'alimente en mode végétal (jus de gingembre, lentilles, tomates, steak de millet, tofu, quinoa...), on se fait masser, on se repose, on s'oxygène.

La décision de partir en cure au Palace Merano revient au joueur, lorsqu'il ne se sent pas bien physiquement, et même mentalement. Dans le cas d'André-Pierre Gignac, c'est le staff médical marseillais qui avait pris la décision sans consulter l'attaquant, ce qui aurait suscité quelque énervement de sa part. « J'irais jamais en Italie » aurait-il lancé, comme un minot qui ne veut pas aller chez le dentiste. Le temps a prouvé que cette cure lui a fait énormément de bien pour la suite de sa carrière.

« On m'en avait parlé. C'est vraiment un bon centre et cela fait repartir sur de bonnes bases » expliquait Benzema, au journal ibérique Marca. C'est Zinédine Zidane lui-même qui avait recommandé cette cure à l'attaquant madrilène. Peu après la fin de sa carrière, Zidane avait déclaré dans une interview à L'Equipe qu'il la fréquentait régulièrement depuis 12 ans.

Alors, serait-ce la solution pour le défenseur central olympien ? Celui que certains commencent déjà à surnommer "Abdelourd" ferait bien d'y songer, s'il souhaite lui aussi retrouver des performances dignes du haut niveau européen. Il faudrait également que Rudi Garcia face travailler durement ses défenseurs, sur le plan tactique, sur le marquage et le placement.

Néanmoins, si nous retrouvions le Abdennour de Monaco, ce ne serait pas un luxe, afin d'avoir de réelles ambitions en championnat et en Europa League.

  • Olympique de Marseille
  • Oh collègue, tu sais pas quoi te mettre cet été ?
    Bah vé un peu ces beaux tee-shirts !
    Fais-toi plaisir ! Figure de Poulpe !!
    Commande directement ici.

Réagir sur Facebook