OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Actualité

Encore de la répression : 2 matches à huis clos avec sursis !

Le Samedi 25 Novembre 2017 par Adri 1899

Le 23 novembre, la Commission de Discipline de la LFP a rendu son verdict suite aux "incidents" ayant eu lieu lors d'OM-PSG. Avec l'ambition de faire de notre championnat une attraction pour touristes, les hauts responsables du football français, poussés par leur grand amour du business, n'ont pas apprécié que des garants du football populaire, aux tribunes déchaînées, créent un spectacle bien supérieur au contexte de cette rencontre. La sentence est tombée : nous aurons droit à deux matchs à huit clos avec sursis pour les Virages Depé et Sud.

Du côté de l'Olympique de Marseille les dirigeants ont publié un communiqué ce vendredi après-midi :
« En égard à ces différentes sanctions, l'Olympique de Marseille rappelle à l'ensemble de ses supporters l'impérieuse nécessité de respecter la législation relative à la sécurité dans les enceintes sportives au risque de priver, dans le cadre de prochains matches, le Stade Vélodrome de la ferveur de tout ou partie de ses supporters. »

Ce double jeu incessant de la direction qui vend un "Champions Project" pour les médias et qui, dans le même temps, continue en interne à exercer une répression anti-ultras et ce, en censurant souvent les messages des groupes, en interdisant parfois ceux-ci ou des morceaux de ceux-ci, d'accéder à leurs tribunes comme ce fût le cas récemment avec le Commando Ultra et le message adressé à Evra.

Cette direction qui lance des opérations promotionnelles (cf. une place offerte pour les enfants de moins de 12 ans) dans les tribunes latérales mais qui ne fait rien pour les plus fidèles, allant jusqu'à faire passer pour des criminels les supporters mêlés à "l'affaire Evra", ceux-là qui sont présents depuis bien plus longtemps que JHE et sa bande de costumes blancs.

Nous ne sommes plus à une époque ou le 12ème hOMme de l'OM était au cœur du projet, aujourd'hui, l'Américain préfère nous coller aux sièges, un hot-dog dans une main et un soda dans l'autre, applaudissant chaque but, agiter son petit drapeau fourni par le club, puis en quittant le stade à la 75ème minute de jeu pour éviter les bouchons sur les routes...

Le combat que nous menons aujourd'hui est délicat, défendre l'institution de l'Olympique de Marseille alors que notre direction préfère faire collaboration avec la LFP qui détruit notre passion année après année. Pour les supporters, l'État de droit semble avoir disparu, traqués et pointés du doigt, marginalisés, bientôt nous ne pourrons plus encourager notre équipe debout si cela continue sur cette voie...

Mais ne serai-ce pas mieux un stade bouillant, hostile à l'ennemi comme il se doit de l'être à chaque match ? Ne serait-ce pas plus "vendeur" et profitable pour l'image de la Ligue 1 et les recettes que cela peut engendrer ? Visiblement, du point de vue de ceux qui sortent de hautes écoles de commerce, voire de Harvard, comme notre cher président, la réponse est non. Pour lui, mieux vaut avoir des spectateurs dociles et silencieux. Hors, pour nous, nos adversaires ne doivent pas venir contempler l'architecture du stade mais subir la pression de tout un peuple, car nous sommes le 12ème hOMme, que nous sommes la pour encourager notre équipe, être une vraie plus-value pour nos joueurs, déstabiliser nos adversaires. Et quand le jeu ne suit pas l'ambiance est au rendez-vous, dans certains groupes de supporters (pas encore dans la totalité des deux virages, malheureusement). Nous avons cette mentalité de ne jamais rien lâcher, de montrer qu'à Marseille le football c'est la passion (et la passion peut être parfois excessive mais elle nous semble nécessaire), donner des émotions avec des virages qui ne demandent qu'à exploser. Ici on ne commande pas les tifos, Monsieur Eyraud !

Le jour où vous vous déciderez à créer un vrai dialogue (et non pas un monologue, comme actuellement) avec les supporters ultras marseillais, pour ne plus dénoncer ce que vous qualifiez d'irresponsable mais pour collaborer avec eux/nous, l'atmosphère sera alors très certainement bien meilleure et vous ne le regretterez pas. Nous allons nous répéter, mais gardez bien cela en tête :
L'OM c'est NOUS et cela ne changera JAMAIS ! ALLEZ L'OM !

  • Olympique de Marseille
  • 5 sur NOUS
    Marque marseillaise créée en 2001. Vêtements urbains, street culture et webmedia.

Réagir sur Facebook