OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Fil info

#OM Maxime Lopez : "J'ai reçu une bonne éducation !"

Le Mardi 04 Juillet 2017 à 11h05 par Samuel Massilia

Le joueur Marseillais a accordé un long entretien au quotidien régional La Provence. Ses vacances à l'étranger en passant par un bilan de sa saison révélatrice et de ses futures ambitions, le Minot s'est dévoilé aujourd'hui.

Dans un premier temps, le Marseillais est revenus sur ses vacances... rapides : « Je suis parti avec mon frère. On est d'abord allé à La Réunion pour participer au match de gala organisé par Dimitri Payet. On a passé un très bon séjour, on a visité l'île, c'était la première fois que j'y allais. Je remercie Dim' car il n'était pas obligé de m'inviter. Ensuite, on est parti à Dubaï. Je n'ai pas trop coupé au final car j'étais avec les Espoirs après la fin de saison. J'ai eu deux semaines et demie, j'en ai profité à fond pour me ressourcer et revenir lundi, jour de la reprise, à 100 %. »

À la demande de son coach, Maxime Lopez a repris le 26 juin : « Je me connais, le football me manque vite quand je suis en vacances. Il m'a fait part très tôt de son envie que je reprenne le 26. Je n'ai pas cherché à discuter, j'ai accepté. »

Revenir plus tôt est pour lui un signe de protection de la part de Rudi Garcia : « Je pense aussi qu'il s'est dit que cette préparation est très importante. Il ne voulait pas que je rate une semaine et demie de préparation. On travaille beaucoup, notamment sur la charge physique, et je sens déjà que je prends sur tout ce qui est musculation, force. C'est du bonus pour moi. Et puis, le physique est un point sur lequel j'ai besoin de bosser. Je suis l'un de ceux qui en ont le plus besoin. »

Actuellement en Suisse à Saillon, le jeune joueur évoque l'ambiance qui règne au sein du groupe : « Paolo a fait des recrues et il nous fait cracher. Il y a un autre Paolo et Fabien. La charge est importante. On crache, comme on dit, et c'est normal. Tout le monde se sent bien. On a beaucoup couru le matin, ce qui explique la fatigue générale pour ce match. Mais comme le coach nous l'a dit, c'était une bonne séance de travail. Il fallait gagner, ça s'est bien passé et je me suis bien senti d'un point de vue personnel. Je commence la saison par une passe décisive, c'est bien. »

Révélé la saison dernière, il sait au combien cette saison sera importante pour lui : « Je ne l'appréhende pas. Je ne me pose pas de questions, même si j'ai réfléchi à cette saison. Je ne suis plus le minot qui commence à jouer, je suis presque un titulaire de l'équipe. Il va y avoir énormément d'attentes autour de moi, que ce soit de la part des supporters, des médias, du club bien sûr, du coach surtout, et de ma part aussi. Je pense avoir fait une bonne saison l'an dernier, à moi de faire tout ce qu'il faut pour la reproduire. D'où l'importance de prendre part à la préparation, car ça conditionne toute la saison. L'an dernier, j'avais bien travaillé avec le coach Passi et ça m'a permis d'être bien jusqu'au bout. À moi de me préparer mentalement, sans me mettre trop de pression non plus. Pour moi, le foot passe avant tout par le plaisir. Mais je me suis fixé mes petits objectifs dans ma tête... »

En milieu d'interview, le jeune Phocéen a déclaré les domaines dans lesquels ils voudraient progresser : « Être décisif. Je pense avoir de bonnes stats pour ma première saison, mais si je m'améliore sur ce point, je pourrai en avoir des meilleures. Aussi bien en matière de passes décisives que de buts. Je suis capable de frapper, de finir en me trouvant dans la bonne zone comme je l'ai fait à Caen. »

Le meneur de jeu ne cache pas qu'aujourd'hui il conseille également des jeunes à s'intégrer : « Je le vois par rapport aux jeunes qui ont été intégrés. Je suis le mieux placé pour les conseiller. Je les connais très bien. Depuis le début, j'essaie de bien les encadrer sans non plus faire le lourdeau. Je n'ai pas 500 matches en Ligue 1 derrière moi ! Mais à la différence des plus anciens, qui les conseillent beaucoup également, je suis passé par le même chemin. »

Valère Germain, première recrue du mercato d'été, un joueur qu'il connaît : « On se connaissait sans se connaître. J'allais souvent à Monaco avec mon frère quand on avait un petit week-end, on s'est croisé quelques fois avec Valère. Je sais ce que ça représente pour moi de jouer pour l'OM, alors j'imagine pour lui ! En plus, son père a laissé un très bon souvenir ici. On le sent heureux, déterminé, il s'est bien fondu dans le groupe. J'ai beaucoup discuté avec lui. Sur le terrain , on n'a pas encore les automatismes, on ne sait pas où il veut les ballons, mais ça va venir. Je suis très content qu'il soit là ! »

Justement, à propos du mercato, Maxime Lopez se veut patient : « Non, je n'y pense pas trop. Honnêtement, c'est à la direction de s'en occuper. On lui fait confiance car on a vu ce qu'elle a fait l'hiver dernier. Là, on a bien commencé. On se prépare, on verra qui nous rejoindra. »

Avant d'évoquer son propre avenir dans la cité Phocéenne : « De toute façon, c'est clair dans ma tête à 1000 %, je reste à Marseille. J'ai prolongé en février jusqu'en 2021. C'est une vraie marque de confiance. Les négociations n'ont pas duré longtemps, c'était réglé après une ou deux rencontres. J'ai senti que les dirigeants voulaient que je fasse partie de ce projet en tant que jeune du centre de formation. J'ai accepté, et je suis très bien. »

Enfin, Maxime Lopez s'est prononcé sur sa famille, son soutien numéro 1 : « Ils essaient de me faire garder les pieds sur terre. J'ai reçu une bonne éducation, mes parents ne m'ont jamais donné plus que ce que je ne pouvais avoir. Je ne suis pas du genre à m'enflammer rapidement. Par rapport à l'argent, quand on voit les sommes, les gens pensent qu'on peut changer. Ça arrive à certain, c'est sûr, mais je pense que ce ne sera pas mon cas. »

  • Olympique de Marseille
  • 5 sur NOUS
    Marque marseillaise créée en 2001. Vêtements urbains, street culture et webmedia.

Réagir sur Facebook