OhaiMe-Passion, l'actualité de l'OM

Fil info

Podiums, finales et instabilité : les années olympiennes de Robert Louis-Dreyfus

Le Mercredi 07 Octobre 2020 à 15h10 par Ohaime Passion

Olympique de Marseille
Fabian Matzerath/EFE/Newscom/MaxPPP

Après Bernard Tapie, Robert Louis-Dreyfus est sans conteste le dirigeant qui a le plus fait pour l'Olympique de Marseille. Pour autant, son bilan est loin d'être aussi éclatant.

Malgré la coupe Intertoto remportée en 2005, sa présidence restera marquée par deux défaites en finale de la coupe UEFA et surtout par les 19 changements d'entraîneurs qui ont eu le don d'agacer les supporters au plus haut point. RLD, qui a repris le club après 2 années passées en 2e division, a toutefois posé les bases sur lesquelles s'appuiera ensuite Didier Deschamps pour mener l'OM vers le titre de champion de France.
Cette année, l'OM retrouve la Ligue des champions. Supportez les hommes d'André Villas-Boas en pariant sur la compétition avec PMU. En plus d'offres promotionnelles régulières, le site propose un bonus plutôt intéressant pour les nouveaux joueurs : 100 € remboursé sur le 1er pari perdant (plus d'info ici).


1996 : Robert Louis-Dreyfus devient le nouvel actionnaire majoritaire de l'OM

À la suite de son titre en C1 acquis face au Milan AC, l'OM entre dans une période trouble. L'affaire VA-OM éclate, Bernard Tapie se retire. En 1995, le club est placé en faillite et repris l'année suivante par la mairie de Marseille, sous l'égide de Jean-Claude Gaudin et Renaud Muselier. L'année suivante, ces derniers auditionnent plusieurs repreneurs et c'est Robert Louis-Dreyfus qui est choisi pour devenir le principal actionnaire de l'OM.
Pour l'homme d'affaires, qui était à l'époque le président d'Adidas, cet investissement est stratégique : pour contrer la montée en puissance de Nike dans le monde du sponsoring, il veut que la marque aux trois bandes soit sur les maillots de la sélection française et d'au moins un club majeur dans chaque pays d'Europe.

1996-2004 : finale de coupe UEFA et instabilité chronique

Seize entraîneurs se sont succédé entre 1996 et 2004, une période faite de hauts et de bas. Parmi les hommes à avoir officié sur le banc, on retrouve notamment : Rolland Courbis, Abel Braga, José Anigo, Albert Emon, Alain Perrin, Josip Skoblar ou Philippe Troussier.

Lors de la saison 98-99, l'OM de Laurent Blanc et Robet Pirès atteint la finale de la Coupe UEFA. Celle-ci se soldera par une défaite 3-0 face à l'équipe de Parme, dans les rangs de laquelle on retrouve notamment Lilian Thuram et Alain Boghossian. Cette année-là, Marseille terminera 2e du Championnat de France.
En 2000 et 2001, le club évite de peu la relégation sportive, en terminant deux fois à la 15e place de la Divison 1. Ces prestations entraînent le retour de Bernard Tapie aux affaires. Pour ne rien arranger, la gestion financière du club est épinglée par la DNCG. Pour éviter la relégation administrative, le président décide de combler le déficit.

À partir de 2002, Robert Louis-Dreyfus part aux États-Unis pour soigner sa leucémie. Sa mise à l'écart oblige la nomination d'un nouveau président, fonction qu'il occupait jusque-là. Cette séparation à la fois physique et légale entre l'actionnaire majoritaire et le président entraînera de nombreuses dissensions internes.

En 2004, les hommes de José Anigo échouent une deuxième fois en finale de la Coupe UEFA. Malgré la présence de Fabien Barthez et Didier Drogba, ils sont battus par l'équipe de Valence, entraînée alors par Rafael Benitez.

2005-2007 : l'OM retrouve les sommets sous l'ère Pape Diouf

Les années Pape Diouf sont marquées par un certain nombre de succès, mais aussi par des affaires qui vont miner l'aura de Robert Louis Dreyfus.

Pape Diouf prend la succession de Christophe Bouchet à la tête du club en 2005. José Anigo est alors nommé directeur sportif et Jean Fernandez prend les rênes de l'équipe. L'OM effectue un recrutement ambitieux, avec notamment les arrivées de Franck Ribéry, Lorik Cana et Mamadou Niang. Cette même saison, le club remporte la Coupe Intertoto aux dépens du Deportivo La Corogne.

Les années suivantes sont frustrantes pour les supporters. Lors de la saison 2006, Marseille termine à la 5e place du championnat et atteint la finale de la Coupe du France (défaites 1-2 face au PSG). L'année suivante, le club finit 2e de Ligue 1 et échoue une nouvelle fois en finale de la Coupe de France (défaite contre Sochaux 2-2 et 4 t.a.b. à 5).

En 2006, est rendu le jugement de l'affaire des comptes. La direction est jugée coupable d'avoir versé des commissions obscures sur des transferts effectués entre 1997 et 1999. Couplée à une absence de titre majeur, cette affaire va déclencher l'ire des supporters, qui réclament alors la tête de Robert Louis Dreyfus.

2007-2009 : nouvelles désillusions en L1 et tentative de vente

La saison 2007-2008 commence mal pour l'OM. Albert Emon est alors limogé et remplacé par Éric Gerets. Le Belge arrive à redresser la barre et hisse le club à la 3e place de Ligue 1. Sur la scène européenne, Marseille se fait sortir en 8e de finale de la Coupe UEFA.

L'année 2007 est marquée la vente ratée du club à l'homme d'affaires canadien Jack Kachkar. Kachkar était censé apporter 115 millions lors de la reprise et 20 millions par saison. Faute de garanties bancaires, la vente échoue. En 2011, Kachkar sera condamné pour escroquerie dans le cadre de cette affaire par le tribunal correctionnel de Paris.

Olympique de Marseille

Pour l'exercice 2008-2009, l'équipe est à la lutte pour le titre de champion de France avec Bordeaux pendant toute la saison. Malheureusement, ce seront les Girondins qui seront sacrés. En coupe UEFA, les hommes d'Éric Gerets atteindront les quarts de finale (défaite face au Chakhtior Donetsk 2-0 à l'aller et 2-1 au retour).
En fin de saison, Gerets quitte le club en raison d'un différend avec RLD. Pape Diouf place alors Didier Deschamps à la tête de l'équipe. Quelques mois plus tard, le président quitte aussi le navire. Il sera remplacé par Jean-Claude Dassier.
Au mois de juillet 2009, Robert Louis-Dreyfus s'éteint à Zürich des suites de sa leucémie. Sa femme Margarita lui succédera en tant qu'actionnaire majoritaire, jusqu'à la vente du club en 2016.

Quel héritage pour Robert Louis-Dreyfus à la tête de l'OM ?

Malgré des résultats en demi-teintes sur la scène nationale et européenne, Robert Louis-Dreyfus a réussi sa mission : ramener le club vers l'Europe et le top 5 français. N'oublions pas qu'au moment de la reprise, l'OM venait tout juste de remonter en 1e division.
Qu'on le veuille ou non, la présidence de Robert Louis-Dreyfus a été à l'image de la ville de Marseille : passionnée, agitée et parfois sulfureuse. L'ancien président d'Adidas aura laissé un héritage complexe, difficile à porter, mais aussi fondateur et porteur d'espoir. La suite lui a donné raison. Malheureusement, il n'aura vu ni la rénovation du Vélodrome ni le titre de champion de France remporté en 2010, le premier depuis 17 ans.

Robert Louis-Dreyfus aura néanmoins laissé une empreinte indélébile sur le club : la saison qui a suivi sa disparition, la Commanderie a été renommée en son honneur.

  • Olympique de Marseille
  • Vous avez besoin de créer un logo ou de concevoir un nouveau design pour des flyers, cartes de visite, dépliants ou enseigne ? N’hésitez pas à contacter l’équipe de MESELITES, des graphistes à votre écoute pour vos projets.

Réagir sur Facebook